Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 28 mars 2016

DROIT DE RÉPONSE

Politique

Je n'ai nulle intention de réveiller ici un épisode depuis longtemps oublié.

Mais, devant certaines affirmations parues récemment dans différents organes de presse et où mon nom a été prononcé, je tiens à préciser que le Maire de Nîmes - Mr Jean-Paul Fournier - ne m'a pas retiré de délégations à titre personnel : les résultats obtenus dans l'exécution de mes délégations n'étaient nullement contestés ni même contestables et avaient toujours reçu son entier soutien. Mais Mr Fournier les a retirées au Président du Groupe UDF que j'étais aussi et que je suis resté durant tout son 1er mandat.

Et ce parce que mon groupe avait unanimement décidé de ne pas participer (Décembre 2003) au vote en Conseil Municipal d'une délibération rejetée précédemment par la Commission des Finances (présidée alors par le 1er adjoint, Mr Yvan Lachaud, lui-même Président aussi de l'UDF du Gard et avec lequel je travaillais en étroite collaboration) et que les informations complémentaires que mon groupe avait ensuite sollicitées officiellement par mon intermédiaire lui avaient été refusées. Mon groupe, en son entier, avait donc décidé de ne pas participer au vote de la délibération présentée mais incomplètement informée selon les règles du CGCT (*). Mais il n'a voté ni contre, ni ne s'est abstenu à son propos : il n'y a donc jamais eu aucune rupture formelle de la majorité municipale de la part de l'UDF (puis du MoDem) sous mon mandat de Président de ce groupe (jusque 2008).

Malgré cet incident de procédure, mes relations personnelles avec Mr Jean-Paul Fournier n'en ont jamais été affectées : elles sont toujours restées mutuellement empruntes de respect et de courtoisie. Et celui-ci, en accord avec moi, m'a ensuite confié de nouveau, peu après, les délégations que je souhaitais remplir et m'a même fait siéger au sein d'autres importantes instances délibératives, y compris régionales.

(*) CGCT : Code Général des Collectivités Territoriales qui, notamment, fixe le droit à l'information de tout élu avant d'avoir à en délibérer et auquel je me suis référé pour justifier la non participation de mon groupe lors du vote de cette délibération litigieuse.

Dont acte.

14:28 Publié dans VIE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique

mercredi, 07 janvier 2015

MESSAGE OUVERT à Mr Jean-Paul FOURNIER

Le MIDI LIBRE fait paraître ce jour une information qui remplit de stupeur les adhérents du Mouvement Démocrate (MoDem) du GARD et vise directement la personne de leur nouveau Président Départemental, Mr Bernard BON.

 

Si l'on en croit cette information, Mr BON se serait rendu "coupable", à l'endroit de ses partenaires de l'actuelle opposition, de propos qui auraient fait "sortir de ses gonds" le Secrétaire Départemental de l'UMP, Mr Jean-Paul FOURNIER.

 

Cette affirmation est aberrante. Pour preuve, les faits officiels qui suivent et, seuls, font foi:

 

1°/ Mr Bernard BON, n'ayant pas de site Internet personnel a, le 1erJanvier à 10h32, utilisé, comme des millions de français, le biais d'un réseau social pour présenter ses vœux personnels à tous ses amis et à la population dont il fut longtemps l'un de ses élus.

 

Voici la teneur exacte de ce message de vœux (qu'on peut toujours trouver sur ce réseau social) :

 

Bernard Bon

1 janvier, 10:32 ·

 

A tous, mes meilleurs vœux pour 2015 :

Santé, Bonheur et réussite.

 

2°/ Mr Bernard BON, en sa qualité de tout nouveau Président élu du Mouvement Démocrate du GARD, a usé, de son côté, du site Internet de ce Mouvement, le 3 Janvier 2015, à 17h49, par mon intermédiaire (puisque je suis le seul responsable légal de ce site), pour adresser, ès-qualité de sa nouvelle fonction, ses vœux aux adhérents de ce Mouvement. 

 

En voici le lien :

 

http://lemouvementdemocratedugard.hautetfort.com/archive/2015/01/03/les-voeux-du-president-bernard-bon-5525466.html

 

Pour qui prend connaissance de ces deux textes, adressés à des publics différents l'un de l'autre (dont celui privé des adhérents du Mouvement Démocrate du GARD), l'on cherche en vain quelqu'agression que ce soit qu'on puisse y trouver vis-à-vis de nos partenaires de l'UDI, ou de nos alliés potentiels de l'UMP, dans le cadre précis des futures élections départementales où, il est vrai, Mr Bernard BON se présente avec une partenaire issue des rangs de l'UMP sur le canton de Beaucaire.

 

Nous ignorons quelle information a bien pu être communiquée à Mr FOURNIER pour susciter de sa part une telle opprobre et une condamnation aussi cinglante à l'encontre de Mr Bernard BON, allié, dans le cadre de l'Alternative, à ses partenaires de l'UDI et à sa partenaire de l'UMP.

 

C'est la raison pour laquelle j'invite personnellement, en ma qualité de Secrétaire Départemental du Mouvement Démocrate, mon homologue, le Secrétaire Départemental de l'UMP, Mr FOURNIER, à vérifier ses sources dont les références officielles sont ci-dessus mentionnées et font foi de la seule vérité qui compte. Toute autre interprétation n'est que mensongère.

 

Mais, voici qu'au moment d'envoyer ce message, la nation toute entière est justement émue de l'odieux attentat qui vient d'avoir lieu à Paris contre la liberté d'expression de la presse et celle de tous les citoyens.

 

À cette occasion, on entend de toutes parts un appel à se rassembler, dont celui du nouveau Président de l'UMP, Mr Nicolas SARKOZY, qui rappelle, dans un très digne message, à tous les français : "les principes républicains les plus chers : la liberté d'expression".

 

Même si le motif de cet appel est d'une toute autre importance en comparaison du motif ici invoqué pour exclure aujourd'hui étrangement Mr Bernard BON de notre volonté commune de changer l'actuelle majorité départementale - et dont on semble perdre de vue l'objectif initial - je ne peux que souhaiter que cet appel au rassemblement soit entendu de tous.

 

Le temps n'est plus aux querelles des virgules derrière les mots.

 

François VAN DE VILLE

Secrétaire Général du Mouvement Démocrate (MoDem) du GARD

lundi, 09 juillet 2012

NÎMES : LA DRAMATIQUE FERMETURE DU Bd de PRAGUE

mouvement démocrate,bayrou,politiqueQuand le directeur de l’Atria élève le débat pour attirer l’attention des responsables sur l’avenir de son entreprise, c’est parce qu’il sait que le véritable parcours du combattant auquel on soumet désormais sa clientèle pour y accéder aura pour inévitables conséquences de l’en détourner et de l’orienter vers des établissements concurrents, notamment ceux situés en périphérie du centre ville. Et ce n’est pas la présence à deux pas de son établissement des arènes ou des vastes espaces AEF - trop souvent inoccupés - qui inverseront cette tendance.

Plus grave est la situation, outre celle des autres activités économiques autour du Bd de Prague fatalement condamnées à disparaître tôt ou tard, est celle du Courbet dont la dégradation - déjà bien entamée - transformera à terme cette artère en une zone bordée de commerces fermés ou, au mieux, de locaux occupés par des établissements de 3ème ou 4ème catégorie (type de ceux qui bordent déjà Faïta ou le bas du Gambetta) lesquels auront vite saisi l’opportunité de l’effondrement des prix de ces locaux pour les acquérir. Ce n’est pas ce genre d’activités, sur cette artère-clef, qui favorisera le développement des activités touristiques ou culturelles de Nîmes mais dégradera durablement son image de marque. Et le projet immobilier flatteur de Foster sur les Carmes sera très insuffisant pour relever ce vaste niveau général.

Et si, même à terme, d’autres responsables revenaient à la raison en faisant sauter l’absurde bouchon du Bd de Prague qu’on place aujourd’hui, les dégâts sur l’axe Courbet/Carmes seront tels que les traces seront indélébiles et cet axe restera une artère durablement dégradée.

Je ne conteste pas le professionnalisme des concepteurs et paysagers quand ils ont dessiné le projet AEF, mais je conteste leur professionnalisme qui les a conduits à cette décision de couper Nîmes en deux en un point clef, et ignorer les règles élémentaires des flux économiques qui commandent les réflexes des chalands au moment où ils décident de faire un achat. Ces concepteurs et paysagers sont, dans ce domaine, d’une totale incompétence. Incompétence ensuite partagée par des décideurs qui les écoutent aveuglement et se rangent trop facilement à leurs arguments.

Je ne m'étends pas davantage sur le contournement proposé de ce bouchon qui sépare désormais l'Ouest de Nîmes de sa partie Est par le contournement de l'Écusson via les boulevards qui le borde. Là où 50 mètres sont désormais fermés à toute circulation, le contournement obligé entame désormais un parcours de près de 2 kms, au travers de voies déjà très encombrées, et parsemées de ±5 feux, non programmés entr'eux, qui condamnent à d'interminables attentes. Sans parler du bruit et de la pollution d'un tel trafic.

On cherche, mais en vain, la cohérence d'une telle décision.

jeudi, 22 septembre 2011

Le projet de l'Ilot Grill à NÎMES

En réponse à une observation dans la presse locale de Mr Éric GIRAUDIER, Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de NÎMES, à propos du projet d'implantation d'un "Musée de la Romanité" en plein cœur de ville, j'ai communiqué la note suivante :


J’ose espérer que la prise de position du Président Giraudier face au projet de construire sur l’îlot Grill un musée, en cet endroit stratégique, entraînera la nécessaire réflexion sur son opportunité.

mouvement démocrate,bayrou,politiqueUn musée de plus, au côté de tant d’autres qui occupent déjà d’immenses espaces, certains somptueux, du patrimoine nîmois sans qu’aucun bilan ne soit jamais tiré de leur fréquentation réelle et d'une utilisation plus rationnelle, exige déjà une première réflexion.

Revitaliser l’axe Victor Hugo>Place des Arènes>accès vers l’Amiral Courbet est devenu aujourd’hui une autre exigence urgente de réflexion face à la mort lente et inexorable du cœur de ville :

• le Bd Victor Hugo parce que trop de linéaire y est figé par des établissements non commerciaux (banques, sociétés de service) fermés dès la fin d’après-midi et longuement tous les week-ends

• la Place des Arènes, lieu pourtant ô combien mythique de par son emplacement, est devenu le lieu le plus déserté de la ville pour les raisons que l’on sait

• le Bd Amiral Courbet, jusque au moins les Carmes, promis au gel progressif de ses flux commerciaux de par la sotte décision de couper le contournement de l’esplanade AEF pour d’insipides raisons.

Alors que nous avons aujourd'hui la chance de disposer, en prolongement du Victor Hugo, face à cette Place des Arènes et à deux pas du Courbet, d’un immense espace qui pourrait réanimer ces quartiers - et le projet évoqué d’un Palais des Congrès plus proche du centre-ville par Mr Giraudier n’est qu'une proposition parmi d’autres - y construire là un nième musée est, à mes yeux, tout-à-fait inapproprié.

Réfléchir et concerter avant de décider : une autre "règle d’or" que j'invite qu'elle soit instaurée pour éviter d'autres nouveaux et coûteux déboires.

lundi, 23 août 2010

DÉMOCRATIE ET CORRIDAS

À la suite d'une décision du Parlement catalan de Barcelone qui n'autorisera bientôt plus les corridas dans sa province - décision plus destinée à marquer son particularisme et son indépendance politique et culturelle vis-à-vis de son écrasant voisin, l'Espagne, qu'à condamner les corridas elles-mêmes, bien ancrées dans l'âme populaire, même si tous les catalans ne sont pas des "aficionados" acharnés - les réactions se sont multipliées en France, surtout là où les arènes sont devenues parmi les plus mportantes du monde.

 

corrida.jpgÀ Nîmes, réactions et inquiétudes sont partagées. Il est vrai que si, par malheur, une telle décision venait à y être prise, les dommages économiques dans toute notre région seraient considérables. Et ce ne sont pas les courses de vachettes - qui sont à la corrida ce que sont les mini-golfs face aux grands parcours de golf - qui sauveraient la situation, ces courses étant d'une banalité déconcertante et assourdissantes de messages publicitaires qui les polluent totalement.

 

François VAN DE VILLE a fait publier un message sur le sujet et qui traite surtout du rapport de la corrida et la démocratie.

 

En voici la teneur :

 

"Bien qu’homme du Nord je sois mal placé pour défendre la tauromachie - quoiqu’en Flandre, d’où je suis issu, les combats de coqs sont bien plus cruels encore car, là, c’est un animal qui tue avec le pire acharnement son propre congénère - je ne défends pas la tauromachie en tant que telle mais un principe auquel je suis attaché : la défense des minorités, leurs cultures et leurs traditions.

"Toute démocratie ne s’honore qu’en respectant ses propres minorités et en défendant avec une même volonté leurs droits de participer à ses propres rites. Quoique le chiffre de 10% de vrais "aficionados" que je lis parfois me paraisse faible, surtout dans nos régions, ils ne seraient même que 2% que leurs droits seraient les mêmes et tout autant respectables. Les bannir parce qu’ils sont minoritaires est une forme de dictature qui est à condamner sans appel.

"Toute autre considération est sans valeur, même sous couvert d’une “sensiblerie” déplacée, d’un “business” ou d’un “snobisme” honnis, lesquels arguments n’ont aucunement leur place dans le fond du débat. Et ce au nom de la démocratie et de son exigence.

“Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire” (Voltaire).

"Vous pouvez remplacer les mots “ce que vous dites” par “ce que vous aimez”, la conclusion serait “que vous puissiez continuer”. Voltaire aurait certainement applaudi, car cela relève de la même pensée : la sienne, celle de l'esprit de tolérance qui fait partie de la grandeur de la France et son honneur."

mercredi, 21 octobre 2009

LES TICKET-RESTAURANTS EN MAIRIE DE NÎMES

Le Midi Libre de ce 21 Octobre évoque de nouveau, en page 2 de son édition de Nîmes, la question des ticket-restaurants au personnel municipal.

Quoique n’étant plus élu municipal ni en charge du personnel - et que je veuille exercer un droit de réserve absolu sur les décisions prises par la nouvelle équipe et ceux qui ont en charge cette lourde délégation - je dois rappeler que cette question des ticket-restaurants est une très vieille revendication que j’avais déjà en mains pendant les années où j’en avais la délégation (2001-2003).

ticket.jpg Les études que j’avais fait alors entreprendre sur ce sujet m’avaient conduit à être favorable à l’instauration de ces tickets et j’avais alors présenté un projet de mise en place de ce système de rémunération ; lequel, s’il est bien assorti de certains avantages en matière de charges pour l’employeur, a aussi un certain coût financier qui, on le conçoit, peut faire reculer les décideurs financiers dans le cadre d’une gestion purement comptable.

Ma proposition d’instauration avait donc été rejetée pour ce motif.

Mais, au-delà de toute polémique, je maintiens que je reste favorable à cette instauration : si, dans un cadre comptable étroit on peut en effet être porté à rejeter ce système en raison de son coût relatif, j’avais alors considéré qu’il fallait aussi élargir le champ de vision et voir les retombées économiques que ce système aurait sur l’économie nîmoise, et particulièrement sur les métiers de bouche (*). Ce serait pour eux un booster non négligeable : et, comme beaucoup, ils en ont besoin. C’est pourquoi, vu sous cet angle, j’étais favorable à l’instauration de cet avantage salarial.

C’est donc une question de culture et de stratégie économique globale. Mais c’est surtout un choix politique.

Même si je respecte celui en vigueur actuellement, je n’en partage pas pour autant sa vision.

François VAN DE VILLE
Ex-élu municipal de Nîmes en charge du personnel
Ex-Conseiller d'Orientation au Centre National de la Fonction Publique Territoriale


(*) : la Mairie de NÎMES compte plus de 2.000 agents titulaires

samedi, 29 novembre 2008

L'INTÉGRALE DES SONATES DE BEETHOVEN

Le Théâtre de NÎMES s'honore de présenter pendant 5 jours, 10 concerts, l'intégrale des sonates pour piano de Beethoven.

Un évènement en France, organisé par René MARTIN, créateur (notamment) des Folles Journées de Nantes.

Tout savoir sur cet évènement

12:21 Publié dans VIE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 15 décembre 2007

BUDGET 2008 Ville de NÎMES

1e85846c09999a9b88132c8be5d2f281.jpgIntervention de Mr François VAN DE VILLE, Président du Groupe du Mouvement Démocrate en Mairie du NÎMES

Le 15 Décembre 2007

Monsieur le Maire, chers collègues,

M'exprimant ici en qualité de Président du Groupe du Mouvement Démocrate (ex-UDF), mon intervention s'insert sur le budget en général, même si celui-ci se décompose administrativement en 2 parties distinctes : le vote du taux des taxes locales et le vote ensuite du budget primitif, le tout ne formant finalement qu’un même projet.

Le budget qui est donc aujourd’hui présenté à notre approbation est un budget charnière : en effet il est, d’une part, dans le prolongement de ceux que nous avons approuvés pendant tout un septennat et, d’autre part, celui qui prépare une nouvelle étape avec des élections qui, dans peu de mois, mettront aux responsabilités de notre collectivité, une nouvelle équipe, quelque qu’elle soit, avec ou non d’autres hommes ou femmes, mais avec leurs propres choix et leurs propres priorités.

....

Lire la suite

vendredi, 14 décembre 2007

MUNICIPALES À NÎMES

MUNICIPALES à NÎMES :

Philippe BERTA investi par le Mouvement Démocrate


e54fd809d2cd85cac970f97b00cefbce.jpg

La nouvelle est tombée ce mercredi 12 Décembre directement de la bouche de François BAYROU par un coup de fil que celui-ci a passé à Régis VEZON, Président par intérim du Mouvement Démocrate du GARD : Philippe BERTA, 47 ans, candidat présenté par la Fédération du GARD, a été investi par les instances nationales du Mouvement Démocrate.

Après des études de biochimie et de génétique à Montpellier, Philippe BERTA est entré à vingt-huit ans au CNRS avant d'intégrer à Londres une équipe de recherche sur le cancer qui découvre le gène de la détermination du sexe. En 1995, il est directeur de recherche à l'Inserm à Montpellier et, parallèlement, porte à Nîmes une entreprise de biotechnologies. ”C'était un challenge, mais la CCI et les acteurs locaux m'ont fait un bon accueil. Un pôle important s'est désormais constitué autour de cette première entreprise”.

Ce pédagogue crée aussi en 1998 l'École de l'ADN pour initier le grand public à la génétique, succès qui débouche sur un réseau européen. Il monte ensuite une filière universitaire sur les sciences de la vie et, en 2004, prend la direction du Centre Universitaire de Nîmes où il développe des niches prometteuses : bio-ingénierie, design urbain, gestion des déchets... Tout en mettant en place des licences professionnelles, il est membre du comité stratégique du pôle de compétitivité biologie-santé Orpheme. Il organise aussi ”Les mardis de Nîmes”, rencontres suivies par 600 auditeurs et auxquelles il convie des personnalités de tous horizons. (Source : Les Échos) Il a conduit enfin les négociations aboutissant à la création, fin 2006, de l’Université autonome de NÎMES dont il était le Président. Il a quitté cette fonction en 2007. Il est, enfin, Député Européen suppléant sur la liste UDF des régions du grand sud.

Ce mercredi soir, ils étaient nombreux les internautes de NÎMES, membres du Mouvement Démocrate, à se réunir pour faire connaissance avec ce nouveau candidat qui leur a été présenté par Régis VEZON. Il a tracé devant son auditoire les grandes lignes de sa vision et de son projet pour NÎMES, s’appuyant et sur son expérience personnelle et sur les travaux entrepris par les équipes thématiques du Mouvement gardois. D’autres rencontres suivront celle-ci pour entraîner ces équipes dans une nouvelle dynamique pour NÎMES.



Voir le site LE MOUVEMENT DÉMOCRATE DU GARD

samedi, 02 juin 2007

ILS SONT DÉJÀ....

À lire ILS SONT DÉJÀ.... sur le blog LE MOUVEMENT DÉMOCRATE du GARD, à propos des 690 nouveaux adhérents du mois de Mai au MoDem du GARD

13:35 Publié dans VIE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (0)