Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 07 janvier 2015

MESSAGE OUVERT à Mr Jean-Paul FOURNIER

Le MIDI LIBRE fait paraître ce jour une information qui remplit de stupeur les adhérents du Mouvement Démocrate (MoDem) du GARD et vise directement la personne de leur nouveau Président Départemental, Mr Bernard BON.

 

Si l'on en croit cette information, Mr BON se serait rendu "coupable", à l'endroit de ses partenaires de l'actuelle opposition, de propos qui auraient fait "sortir de ses gonds" le Secrétaire Départemental de l'UMP, Mr Jean-Paul FOURNIER.

 

Cette affirmation est aberrante. Pour preuve, les faits officiels qui suivent et, seuls, font foi:

 

1°/ Mr Bernard BON, n'ayant pas de site Internet personnel a, le 1erJanvier à 10h32, utilisé, comme des millions de français, le biais d'un réseau social pour présenter ses vœux personnels à tous ses amis et à la population dont il fut longtemps l'un de ses élus.

 

Voici la teneur exacte de ce message de vœux (qu'on peut toujours trouver sur ce réseau social) :

 

Bernard Bon

1 janvier, 10:32 ·

 

A tous, mes meilleurs vœux pour 2015 :

Santé, Bonheur et réussite.

 

2°/ Mr Bernard BON, en sa qualité de tout nouveau Président élu du Mouvement Démocrate du GARD, a usé, de son côté, du site Internet de ce Mouvement, le 3 Janvier 2015, à 17h49, par mon intermédiaire (puisque je suis le seul responsable légal de ce site), pour adresser, ès-qualité de sa nouvelle fonction, ses vœux aux adhérents de ce Mouvement. 

 

En voici le lien :

 

http://lemouvementdemocratedugard.hautetfort.com/archive/2015/01/03/les-voeux-du-president-bernard-bon-5525466.html

 

Pour qui prend connaissance de ces deux textes, adressés à des publics différents l'un de l'autre (dont celui privé des adhérents du Mouvement Démocrate du GARD), l'on cherche en vain quelqu'agression que ce soit qu'on puisse y trouver vis-à-vis de nos partenaires de l'UDI, ou de nos alliés potentiels de l'UMP, dans le cadre précis des futures élections départementales où, il est vrai, Mr Bernard BON se présente avec une partenaire issue des rangs de l'UMP sur le canton de Beaucaire.

 

Nous ignorons quelle information a bien pu être communiquée à Mr FOURNIER pour susciter de sa part une telle opprobre et une condamnation aussi cinglante à l'encontre de Mr Bernard BON, allié, dans le cadre de l'Alternative, à ses partenaires de l'UDI et à sa partenaire de l'UMP.

 

C'est la raison pour laquelle j'invite personnellement, en ma qualité de Secrétaire Départemental du Mouvement Démocrate, mon homologue, le Secrétaire Départemental de l'UMP, Mr FOURNIER, à vérifier ses sources dont les références officielles sont ci-dessus mentionnées et font foi de la seule vérité qui compte. Toute autre interprétation n'est que mensongère.

 

Mais, voici qu'au moment d'envoyer ce message, la nation toute entière est justement émue de l'odieux attentat qui vient d'avoir lieu à Paris contre la liberté d'expression de la presse et celle de tous les citoyens.

 

À cette occasion, on entend de toutes parts un appel à se rassembler, dont celui du nouveau Président de l'UMP, Mr Nicolas SARKOZY, qui rappelle, dans un très digne message, à tous les français : "les principes républicains les plus chers : la liberté d'expression".

 

Même si le motif de cet appel est d'une toute autre importance en comparaison du motif ici invoqué pour exclure aujourd'hui étrangement Mr Bernard BON de notre volonté commune de changer l'actuelle majorité départementale - et dont on semble perdre de vue l'objectif initial - je ne peux que souhaiter que cet appel au rassemblement soit entendu de tous.

 

Le temps n'est plus aux querelles des virgules derrière les mots.

 

François VAN DE VILLE

Secrétaire Général du Mouvement Démocrate (MoDem) du GARD

mardi, 06 janvier 2015

REGARDS SUR 2014

BILLET du 6 JANVIER 2014          

 

        Alors que nous venons d'ouvrir la page de l'année 2015, je suis tenté de jeter un regard sur celle que nous venons de traverser. Et, à bien examiner les événements traversés, cette année 2014 a été une année charnière dans plusieurs domaines.

 

        J'aperçois d'abord deux ruptures :

 

       1°/ la première rupture, celle du Parti Socialiste : au-delà des différents courants qui s'agitent ou vocifèrent, une certaine gauche archaïque, dont les conceptions en matière économique consistaient à prôner une "politique de la demande", a bien explosé en vol. Cette gauche-là n'a plus du tout voix au chapitre. L'arrivée d'un Manuel Valls, et surtout cette d'un Emmanuel Macron (qui semble vouloir supplanter le premier), marquent un tournant de l'ancienne politique de la demande vers une "politique de l'offre". Un nouveau débat droite-gauche s'établit et ouvre de nouvelles perspectives. Quoiqu'en disent certains, il ne s'agit pas d'une reddition de la social-démocratie à la droite mais d'un progrès vers plus de lucidité qui consiste à reconnaître qu'avant de redistribuer et de partager, il faut d'abord produire. C'est un tournant historique du P.S..

        Le débat droite-gauche ne s'est pas évanoui pour autant : il change surtout de niveau pour passer de celui "politique" à celui plus "économique". Les "frondeurs" ont tort quand ils plaident pour une autre voie que la politique de l'offre : que ce soit sur la question de l'équité ou de la redistribution, s'ouvre désormais la possibilité d'un vrai débat droite-gauche.

        Malheureusement le retard accumulé depuis deux ans par François Hollande est dramatique : il est tard - il est même trop tard - et il n'y aura pas d'effets bénéfiques significatifs du changement de cap avant 2017.

 

        2°/ la deuxième rupture est tout autre et dans un tout autre domaine : c'est celle qui se dessine au sein du  Vatican. Le récent discours du pape François est à lui seul une rupture par son audace inouïe quand il dénonce, en guise de vœux, les quinze maladies qui menaceraient selon lui la Curie, dont la "pétrification mentale et spirituelle", le "schizophrénie existentielle" ou encore les "têtes d'enterrement" ou les "figures lugubres" des cardinaux. J'ai déjà eu l'occasion d'évoquer récemment ce discours dans un autre court billet mais, puisqu'on parle ici de "ruptures", celle-ci est vraiment historique. C'est la raison pour laquelle j'y reviens. Je lisais récemment, sous la plume du philosophe Luc Ferry, que le pape François est, sans nul doute, le chef d'état le plus remarquable de l'année 2014. Je partage tout-à-fait son opinion.

 

        Revenant donc sur ces deux ruptures tout-à-fait étrangères l'une à l'autre :

       • on ne peut que regretter d'abord le retard accumulé de François Hollande, le fait que le tournant opéré récemment par l'arrivée de Manuel Vals et d'Emmanuel Macron n'est ni suffisant ni assez audacieux pour apporter des résultats. Mais le changement de cap opéré par eux va dans le bon sens et il est de nature à modifier la nature du débat politique.

     • l'autre rupture est donc celle du pape François face aux positions de ses prédécesseurs, Benoït XVI et Jean-Paul II. Il envoie un message innovant non seulement aux 1,2 milliard de catholiques du monde entier, mais aussi aux non-croyants. Ses propos - entr'autres - sur les homosexuels, sur le fait qu'il s'estime "non habilité pour juger autrui", rompent de manière radicale avec la théologie morale jusqu'ici bien établie, théologie jusqu'ici partagée par les franges les plus conservatrices des catholiques. C'est un retour aux sources, aux origines du christianisme, un message d'amour qui rend plus optimiste face à la dépression généralisée. Son message s'adresse aux orthodoxies les plus rudes, celles des pharisiens et autres ayatollahs de la pensée dite "moderne".

      Le P.S., lui, ne revient pas aux sources originelles : il progresse, mais lentement - très lentement, vraisemblablement trop lentement - mais quand même dans une certaine lucidité qui semble l'avoir touché soudain pour enfin se rapprocher des partis sociaux-démocrates européens, et pour oser enfin paraître ce qu'il doit être, à savoir non pas une version édulcorée du marxisme mais une pensée de gauche enfin démocratique et significativement plus intelligente.

 

ET LA DROITE EN 2014 ?

 

        Il est évident que la droite est en très grande difficulté. Elle gagnera sans doute les élections de 2017, mais sans convaincre pour autant; : c'est simplement la gauche qui perdra. Un remake à l'envers de 2012 quand la gauche n'a pas gagné faute de cohérence, mais Nicolas Sarkozy a simplement lassé son électorat.

 

        Au sein de l'UMP, l'on observe donc désormais trois courants inconciliables :

       • une "droite libérale", humaniste, favorable à une politique de l'offre et de réduction des déficits, mais aussi européenne. Cette droite est incarnée par Alain Juppé et elle est susceptible de s'allier avec le Centre, même y compris avec la social-démocratie évoquée ci-dessus

      • une "droite souverainiste", eurosceptique, qui n'est pas hostile aux déficits publics et incarnée notamment par Henri Guaino

      • enfin une "droite naturaliste", genre "Manif pour tous", qui pense que le corps social doit être administré par ce que St Thomas appelait "la loi naturelle".

      Voilà trois droites divergentes à l'extrême entr'elles. Quand Alain Juppé déclare qu'il n'abrogera pas la Loi Taubira sur les couples homosexuels, il perd nécessairement les voix de la "Manuf pour tous". Et, entre la "droite libérale" et la "droite souverainiste", on voit bien que l'opposition est radicale sur les questions européennes et économiques. Quand Nicolas Sarkozy veut donc s'adresser aujourd'hui à ces trois droites-là, ce ne peut être qu'au prix de grandes incohérences idéologiques. C'est ce qui rend son actuel discours totalement inaudible.

 

        Il y a bien sur le F.N. et sa montée en puissance.

     Cette montée est surtout due au fait que les gouvernements successifs n'ont pas réussi à résoudre le problème du chômage, mais surtout le fait que dans le contexte de la mondialisation, le retour au "cocon national" est extrêmement tentant : la solidarité nationale ne se joue pas au niveau européen ou mondial, les budgets de la santé, de l'éducation, de la protection sociale sont exclusivement français. L'argument des souverainistes, c'est que dans le contexte de la mondialisation, l'Europe ne nous protège plus. Même si l'argument est fallacieux, il très parlant pour beaucoup.

     Et quant à l'Euro, monnaie dont la puissance devrait nous mettre à l'abri des grandes tempêtes internationales, on n'a jamais vu une monnaie exister longtemps sans une tête unifiée, sans harmonisation fiscale, sans une politique monétaire commune aux états. C'est aberrant.

 

     La vérité, c'est qu'il ne faut pas moins d'Europe mais PLUS d'Europe, mais d'une Europe UNIFIÉE.

 

       Hélas, il est très difficile de faire comprendre cela au grand public : les conclusions peuvent paraître mauvaises, même quand les arguments sont bons.

 

       Faut-il les taire pour autant ?

lundi, 30 décembre 2013

VŒUX 2014

politique,débats de société

lundi, 04 novembre 2013

À PROPOS DU "NOTRE PÈRE"

NotrePère.jpgCes jours derniers, l'attention des chrétiens de confession catholique a été attirée par une nouvelle traduction qu'on introduirait bientôt sur un passage - resté il est vrai toujours très controversé - du “Notre Père” : "et ne nos inducas in tentationem", traduit récemment, et assez curieusement, en "et ne nous soumets pas à la tentation", en accord œcuménique avec les églises sœurs (celles issues de la réforme ou celles orthodoxes). Ce qui laisserait entendre, à bien lire cette traduction, que c'est Dieu lui-même qui soumettrait le faible pécheur (que nous sommes tous) à la tentation, une façon de nous déculpabiliser nous-mêmes ! C’est pour le moins curieux.

Le hasard de mon existence m’a permis de côtoyer longuement, au milieu des années 40, le R.P. José Feder (SJ) alors qu’il résidait au Collège St Joseph (Lille) et que j’y étais moi-même pensionnaire (à presque plein temps puisque je ne retournais à cette époque dans ma famille qu’environ toutes les 6 semaines, rigueur des facilités très restreintes de déplacement de cette époque difficile).

J’évoque ici le souvenir de José Feder car ce jésuite était déjà alors très connu comme un bibliste exégète, traducteur érudit des textes hébraïques et latins auxquels il se référait constamment avec un grand souci de fidélité, auteur de nombreux ouvrages fondamentaux. Et le R.P. José Feder avait alors entrepris d’écrire un nouveau missel qu’il voulait “dépoussiéré” (c’était le terme qu’il utilisait) - travail énorme qui l’a occupé plusieurs années, ouvrage un peu pré-conciliaire dans son esprit - pour sortir des emphases du très officiel Dom Gaspar Lefebvre (1920) écrit dans un style qui commençait alors à dater quelque peu.

J’ignore en quelles circonstances le R.P. José Feder m’avait alors introduit, avec 4 ou 5 autres condisciples, dans un petit groupe de travail qui se réunissait régulièrement, le soir, au moins une fois par semaine dans son étroit bureau, petit groupe auquel il soumettait le résultat de ses travaux de traduction pour recueillir, peut-être, nos propres réactions à leur lecture. Et je me souviens très bien de ses interrogations d’alors sur ce passage du “Notre Père” qui le préoccupait particulièrement. Je me souviens qu’il exposait que la traduction du texte original grec (“eisphero”) se traduisait littéralement par “faire entrer”, ce qui impliquait la traduction de ce passage en “et ne nous fais pas entrer en tentation”. Traduction pas neutre du tout dans son esprit mais très différente de l’officiel “et ne nous laissez pas succomber à la tentation” en vigueur.

Je rapproche d’ailleurs cette traduction d’un livre devenu “rare” (et très recherché) que je possède encore intitulé “Nouveau paroissien romain très complet”, ouvrage daté de 1864, et ayant reçu à cette époque l’imprimatur de la hiérarchie. Je relève que la traduction de cette époque de ce passage était déjà : “et ne nous laissez pas succomber à la tentation”, formulation reprise ultérieurement par le Dom Gaspar Lefebvre. Dans un autre ouvrage ancien et "rare" (1891) que je possède aussi, une traduction différente (mais aussi couverte par l'imprimatur officiel) était cependant proposée : “et ne nous induisez pas en tentation”. Ce qui prouve que le débat sur cette traduction était déjà très ouvert.

On peut comprendre combien la traduction que proposait de faire publier José Feder dans son nouveau missel était innovante face à ces différentes variantes. Je comprends sa réflexion basée sur le texte grec initial qui lui commandait et balayait pas mal de travaux précédents.

Les circonstances du déroulement de mes études ont voulu qu’ensuite je sois éloigné de St Joseph pour gagner une autre institution. Quoique cette dernière soit encore tenue par des jésuites, je n’ai cependant jamais plus rencontré le R.P. José Feder (qui avait quitté aussi  la région du Nord) : je l’ai toujours regretté tant nos discussions avaient atteint, avec le temps, une richesse de réflexion que je ne soupçonnais pas et prolongeait nos soirées avec beaucoup de passion. Mais quand le "missel Feder" a ensuite été publié (début des années 50) avec l’immense succès que l’on sait, je me suis aperçu que José Feder était resté sur la traduction ancienne de cette strophe du Notre Père, probablement sur instruction de sa hiérarchie qui a du juger qu’un tel bouleversement était peut-être prématuré. Il a du, probablement, le regretter car il était homme de grande rigueur et de conviction.

Mais, aujourd’hui, quand je vois que la nouvelle traduction proposée serait : “et ne nous laisse pas entrer en tentation”, je regrette que le R.P. José Feder ne soit plus de ce monde : il aurait été certainement heureux de constater qu’il triomphe enfin, avec, parait-il, un avis non formellement opposé des autres églises sœurs qui salueraient aussi un progrès dans la conformité de cette nouvelle traduction avec les textes initiaux. Ce qui ne veut pas dire que le débat soit pour autant définitivement clos.

Je m’en réjouis donc ici pour lui et en hommage aux valeurs qu'il nous avait inculquées dans nos longues discussions vespérales dont la rigueur de réflexion m'a beaucoup marqué, encore aujourd'hui.

AMDG.

samedi, 28 septembre 2013

L'UDI, le MoDEM : une union nécessaire ?

Hier, l’UDI réunissait ses troupes à Poitiers. Ce week-end, le MoDem se réunit à son tour en Bretagne.

Que ce soit ici ou là, le principal sujet de conversation a été (ou sera certainement pour le MoDem qui ne clôt ses débats que demain), ce sujet est le regroupement projeté du centre pour en faire une véritable force indépendante afin de créer une autre forme d’opposition face au nécessaire redressement de la France et briser ce bipolarisme qui paralyse notre pays.

UN ÉVÉNEMENT

bayroo_borloo.jpgEt, que ce soient la presse quotidienne, la radio, la télé ou les hebdomadaires, tous sentent à l'unisson que ce rapprochement risque de changer considérablement le panorama de la vie politique de notre pays. Il n’est plus aujourd'hui une interview où cela ne soit évoqué, (même hier, Mr Sarkozy a été interrogé à Nice à ce propos !), plus un hebdomadaire qui ne consacre des pages entières face à cet événement. Les partis politiques eux-mêmes, UMP comprise, revoient leurs stratégies en constatant que des lignes et des alliances risquent de bouger. Et, quant aux militants de ces deux familles qui se réclament du centre, il n’est plus de conversation où les uns laissent paraître une forme d’inquiétude sur l’avenir de leur parti et des valeurs qu’il portait et qu'ils défendaient parfois avec passion, les autres une forme d’enthousiasme face à une réalité brutale : si le centre ne se regroupe pas, soit il se vassalise complètement près l'un des deux "grands" dominants, soit il est promis à sa disparition. Dure et implacable constatation.

Outre la presse qu’on lit ou les interviews qu’on entend, je relève souvent les mêmes interrogations : "est-ce que c’est Borloo qui va engloutir Bayrou, ou sera-ce l’inverse ?", "est-ce que c’est l’UDF d'hier qui va se reformer ?", "est-ce un accord limité pour le temps de quelques élections proches pour reprendre ensuite chacun sa liberté ?", ou "n’est-ce qu’un mariage de raison entre un vrai leader sans vrai parti (Bayrou et "son" MoDem), et d’un vrai parti mais sans véritable leader (l’UDI et Borloo) ?".

Et de relever l’ambiance un peu contrastée hier chez l’UDI à Poitiers où Mr Borloo, face aux rivalités internes de son parti qui finissent visiblement par le lasser, laisse planer le doute sur sa propre place à la tête de l’UDI et, étrangement, ferait appel à “l’inflexible” Bayrou pour l’aider à remettre les choses en ordre après avoir fait le deuil de son “indéfectible alliance” avec une UMP en pleine déliquescence et qu’il a solennellement déclarée “morte”.

QUI VA MANGER L'AUTRE ?

Cependant, j’ai relevé, quant à moi, dans l’hebdomadaire “L’Express” (daté du 25 Septembre), un article de Benjamin Sportouch (l’actuel président de la presse ministérielle) dont le titre m’interpelle quelque peu :

“Comment Bayrou va manger Borloo ?”,

question posée avec une quasi certitude de la réponse.

Et d’avancer qu’il s’agirait en fait d’une sorte d’OPA que lancerait Bayrou sur l’UDI, malgré les forces apparentes de ce parti, mais en raison des ressources morales d’un Bayrou et dont l’UDI serait aujourd'hui dépourvue. Et de rappeler une toute récente déclaration d’Yves Jégo (UDI) à propos de Bayrou : (Bayrou) a quelque chose que personne n’a chez nous (l’UDI) : les millions de français qui ont voté pour lui”. Il est vrai qu’en 2007, plus de 6,3 millions de français ont voté pour la seule personnalité de Bayrou, et encore plus de 3,2 millions en 2012, même dans le climat délétère que l’on sait face à la vague anti-Sarkozy.

UN ARGUMENT DÉRANGEANT

L’argument n’est pas sot. Plus : il est imparable. Mais, pourtant, cet argument me dérange.

Il me dérange car, sans soupçonner qu’une main aurait pu guider la plume de Benjamin Sportouch pour titrer cet article, l’on voudrait faire capoter le grand projet initié aujourd'hui par le couple Bayrou/Borloo, on n’écrirait pas autre chose.

Si le rapprochement MoDem/UDI devait ressembler en effet à une sorte d’OPA d’un parti sur l’autre, quelque soit celui dominant (l’UDI ou le MoDem), ce rapprochement serait condamné d’avance et nous - nous et notre volonté de recréer un centre rassembleur qui est le fil conducteur de cette démarche - nous irions, tous, tout droit vers l’échec.

Quelle que soit l’énergie que déploie un Bayrou, soulagé de sortir d’un mortel isolement où il s’était placé volontairement, et galvanisé aujourd'hui par l’envie maintenant d’en découdre (je cite ici l’article de Mr Sportouch) face à un Hollande - un Hollande qu’il avait cependant solennellement mis en garde lors de sa (célèbre) déclaration d’entre les 2 tours des présidentielles qui avait tant étonné - mais un Hollande qui reste sourd et ne se soucie que du seul P.S. et de ses alliés de circonstance, il faut éviter pourtant que Bayrou prenne maintenant toute la place face à un Borloo quelque peu désenchanté, ou par une lassitude que l’on peut comprendre en raison des conflits internes à l’UDI, ou par tempérament (on évoque souvent avec raison chez Borloo son côté cyclothymique et velléitaire. Il y a toujours chez lui une certaine fragilité que j’ai bien connue déjà quand j’étais moi-même élu dans ma région d'origine quand lui y était le maire tout proche de Valenciennes).

UNE AUTRE AMBITION

Je crois que tous leurs entourages respectifs, celui de Borloo comme celui de Bayrou, en ont conscience, ce qui me rassure quelque peu. Bayrou semble, de son côté, désormais moins obsédé par l’horizon présidentiel, en se ralliant notamment à l’idée d’une "primaire" du centre où il pourrait être confronté avec un, ou d’autres, centriste(s), dont - pourquoi pas ? - J.L. Borloo lui-même s’il lui prenait enfin l’envie de se battre (il en a la capacité et tout le talent). Et Bayrou en sait le risque.

Voilà donc notre Béarnais, lui le centriste ”authentique” et inflexible, lui le “centre incarné”, et (maintenant) le “converti” de bonne foi, voici donc Bayrou de nouveau replacé au centre (tout court) du jeu politique. Et Benjamin Sportouch d’affirmer que même Hervé Morin, le Président du Nouveau Centre, préfère maintenant soutenir un Bayrou qu’un Lagarde aux longues dents. Et quand on sait aussi les relations glaciales qui existent entre Morin et Borloo, on sent chez ces deux-là une sorte de compétition pour savoir qui est - ou sera demain - le meilleur ami de Bayrou.

Mais, pour autant, peut-on ignorer les réalités ?

morin.jpgRefaire l’UDF d’autre fois, avec ses courants contradictoires et ses chapelles, qui avait pourtant fait émerger en son sein de très grands leaders et même hisser un Président de la République, refaire une UDF avec ses divisions qui l’ont conduite finalement à l’échec - celui-ci étant, il est vrai, soigneusement organisé par un Chirac dès 2002 qui voulait sa complète disparition puisque trop dérangeante - refaire donc aujourd’hui une Nième UDF en tentant d’instaurer une sorte de caporalisme, ce serait nous conduire vers un autre échec. Même si beaucoup, tant à l’UDI qu’au MoDem, veulent un vrai chef, cette notion de “chef” semble vouloir évoluer vers une autre conception de ce rôle, avec plus de dialogue, plus d’écoute, plus de respect de partenaires aux sensibilités souvent très différentes. Donc plus de démocratie.

Bayrou, il est vrai, a été, à ce propos, à la bonne école des échecs qui lui ont été imposés ces dernières années. Hervé Morin le constate lui-même et, en parlant de Bayrou et tournant enfin le dos à leur querelle des toutes dernières années, dit : “on s’est revus et on s’est reparlé comme si on s’était quitté la veille : il y avait de la curiosité et du plaisir”. Une sorte de gourmandise l’un de l’autre.

UNE SAGE ET PRUDENTE DÉMARCHE

Les proches de Bayrou et de Borloo, conscients de cette nécessité, s’affaireraient activement, si j'en crois la presse, à trouver une “formule souple” permettant aux 2 formations de cohabiter au sein d’une même structure : personne ne demande à Bayrou de fondre le MoDem dans l’UDI (le voudrait-il qu’il n’y parviendrait certainement pas !). Et aucune démarche n’est entreprise au sein de l’UDI de rejoindre Bayrou et le MoDem pour la même raison. C’est une sage démarche. Et, pour assurer la coexistence des courants UDI et MoDem, une forme de "secrétariat permanent" pourrait voir le jour - dit-on - pour éviter les divergences dans les prises de parole des uns ou des autres.

Et les militants dans tout cela ?

On me fait l'amitié de m’appeller souvent - même des adhérents de l’UDI que je connais de longue date pour avoir été pendant des années le secrétaire général de l’UDF du Gard et membre du Bureau politique national de l’UDF - on m’appelle donc pour recueillir mon avis sur ce bouleversement politique qui se dessine. Ceux-là sont, majoritairement, des inquiets de ces évolutions : je comprends leurs craintes et je respecte leurs motivations. Mais à ceux-là qui sont aujourd’hui au MoDem et très attachés à ses valeurs fondatrices - et dont je connais aussi la sensibilité de gauche - je peux attester la détermination de Bayrou de n’être pas plus demain le supplétif de l’UMP “buissonnière” (du courant Buisson/Copé/Peltier et de sa droite dure, j’entends) que d’un P.S. autiste et obsédé par ses seuls courants internes et qui n’entreprend rien des réformes nécessaires à la France.

Mais, comme le souligne encore Benjamin Sportouch, dans cette démarche vers un rassemblement du centre, Bayrou n’est pas homme à s’encombrer non plus des réserves des quelques gauchisants du MoDem qui rêveraient encore d’une possible alliance avec le seul P.S.. Ceux-ci devront donc revoir leurs stratégies (et j'observe que déjà ils s'y plient). Ce qui ne veut pas dire que le MoDem deviendrait pour autant “buissonnier” à son tour : le MoDem est et reste attaché à ses valeurs d’indépendance vis-à-vis des 2 blocs dominants.

Je n’ai pas été le seul surpris, lors de la réunion mensuelle de Septembre du MoDem du Gard (lors de ses traditionnels 3èmes mardis), de constater sur ce point l’accord de la majorité de nos adhérents qui sont à la fois très attachés aux valeurs fondatrices de notre Mouvement (l’esprit de Seignosse), mais parallèlement décidés de respecter les futurs arbitrages qui seront pris au niveau national par les instances communes UDI/MoDem en cours de création. Et ce bien au-delà des interrogations que ces accords pourront poser. C’est un nouvel élan, une nouvelle dynamique et une volonté qui se créent dans la durée. Cette détermination était particulièrement frappante.

MAINTENANT OU JAMAIS

Il m’a été rapporté que, autant chez nos (futurs ?) partenaires de l’UDI, comme aussi chez certains de nos adhérents du MoDem (je l’ai entendu), il s’en trouve certains qui préconiseraient que cet accord de regroupement ne prenne effet  qu’après les municipales, c’est-à-dire seulement à partir de la campagne des européennes de Juin 2014.

Je réfute totalement leurs arguments : ce serait une dramatique erreur.

Comment imaginer un seul instant que des candidats UDI, alliés avec je ne sais qui aux municipales par opportunisme local, soient opposés à des candidats MoDem alliés avec d’autres, pour les mêmes raisons, et ce jusqu’au soir du 30 Mars (2ème tour des municipales) et, dès le 31 Mars matin, partiraient ensuite bras dessus bras dessous ensemble pour faire campagne commune pour les européennes ? Ce serait se moquer totalement des électeurs et compromettre gravement les chances de succès d’un centre qui veut s’affirmer définitivement. Ce serait perdre toute sa crédibilité.

L’accord de rassemblement du centre n’est pas, et ne peut être, un accord électoral d’un moment mais un accord fondé nécessairement sur la raison, donc sur la durée. Donc à effet immédiat. Ou il n’y aura jamais d’accord possible. Et tant pis si cela perturbe quelque peu d’éventuelles négociations locales en cours ! Il est temps de bâtir des stratégies à visions plus lointaines que les petits intérêts locaux du moment à courte vue.

IL FAUDRAIT ÊTRE C....

“Nous avons un boulevard devant nous : il faudrait être c.... pour ne pas en profiter” a déclaré récemment J.L.Borloo. Il a raison.

Borloo et Bayrou ont besoin aujourd’hui l’un de l’autre, autant l'un que l'autre. La construction d’un centre réel a besoin de ces deux-là et des forces qu’ils peuvent ensemble fédérer.

C’est là un changement que n’avait pas du prévoir Mr Hollande dans ses plans.

Mais l’incapacité chronique de Mr Hollande d’entreprendre les réformes nécessaires au redressement de la France a fait de la reconstruction d’un centre indépendant des deux blocs dominants - qui nous ont conduits tous deux dans le mur où nous sommes aujourd’hui placés - est devenu une nécessité incontournable.

C’est un pari, c’est un défi qui nous sont lancés. Serons-nous demain à la hauteur de ces enjeux ?

lundi, 11 février 2013

LA DÉMISSION DE BENOÏT XVI

b_xvi.jpg


Je salue avec respect la décision totalement inattendue de Benoît XVI de se retirer en raison de son état de santé et de son âge qui ne lui permettent plus, selon lui, d’affronter au quotidien les devoirs d’une charge écrasante, dans un monde dont les changements ne cessent de s’accélérer et nécessitent des réponses dont l’exigence est croissante.

Cette décision marque un tournant décisif pour l’Église catholique où il devient évident qu’on ne peut plus, et qu’on ne pourra jamais plus désormais, en être le pasteur jusqu’à l’agonie. C’est un signe de modernité évident face à une tradition qui paraissait pourtant être bien établie.

Le monde change. La papauté s’adapte, à son tour, à ce changement.

Même s’il ne faut pas attendre des bouleversements dans la doctrine pris dans la précipitation des événements - c’est déjà le cas de toutes les grandes religions répandues de par le monde entier qui restent toutes fermes dans leurs convictions - cette décision historique de Benoît XVI est un signe porteur d’espérance pour beaucoup de chrétiens confrontés au monde moderne, aux menaces qui les assaillent de toutes parts, y compris dans les fondements mêmes de nos sociétés.

Cette décision de Benoît XVI est aussi un exemple pour celles ou ceux qui s’accrochent désespérément à un pouvoir qui leur a été jadis confié, mais dont les effets du temps ou de l’âge les éloignent aujourd’hui des réalités qu’ils ne perçoivent plus avec l’acuité souhaitable dans l’exercice de leurs responsabilités.

C’est une grande leçon pour tous.

mardi, 06 novembre 2012

À PROPOS DU GAZ DE SCHISTE

À PROPOS DU RAPPORT GALLOIS

ET LE GAZ DE SCHISTE


schiste.jpgC’est l’une des qualités du rapport Gallois, qui fait actuellement l'actualité (inspiratrice, peut-être ?) de la future politique gouvernementale, de ne pas faire l’impasse sur cette ressource énergétique - je parle ici du gaz de schiste - ressource immense qui se trouve sous nos pieds et dont les énormes réserves pourraient assurer tant le relais des énergies fossiles (qui s’épuisent et arriveront bientôt à leur terme), que notre indépendance énergétique pour de très nombreuses décennies. À côté, bien sur, des énergies renouvelables dont chacun sait à la fois les ressources mais aussi leurs limites, sans oublier l’énergie nucléaire dont on connaît aussi les risques et ses propres limites.

On sait les réserves, qui ne sont pas sans fondements, que font certains face à cette ressource nouvelle tant son exploitation peut être dangereuse pour notre environnement.

Le problème n‘est pas le gaz en lui-même, mais les techniques à mettre en œuvre pour l’extraire et l’exploiter dans des conditions sures : il est certain que ces techniques ne sont pas encore au point et on peut comprendre ceux qui s’élèvent contre toute exploitation aveugle, comme on le constate ici ou là dans nombre de pays étrangers, dans des conditions aussi incertaines et périlleuses.

FAUT-IL INTERDIRE ?

Mais le grand tors de cette attitude est d’interdire purement et simplement toute recherche et fermer la porte à cette ressource sous prétexte que nous ne maîtrisons pas encore une technique pérenne et respectueuse pour l’exploiter. C'est une attitude suicidaire.

Quand on voit fleurir certaines pancartes qui affichent “Non au gaz de schiste !”, c’est là une attitude aussi coupable que celle de ces exploitants hâtifs qui font fi, par ailleurs, des risques encourus. Et interdire, comme on le fait aujourd’hui, de s’approprier les techniques nécessaires pour sécuriser l’exploitation de cette ressource est une attitude totalement irresponsable, donc à bannir fermement : c’est nier la compétence et la capacité inventive de nos chercheurs, de nos ingénieurs, de nos techniciens pour résoudre une difficulté qui, comme toute autre, ne peut être indéfiniment insurmontable.

Le devoir de nos décideurs est donc d’encourager ces recherches, leur donner les moyens nécessaires pour qu’à terme elles trouvent une issue à la difficulté actuelle de cette exploitation. Car, en dépit des protestations aveugles de certains, exploitation de ce gaz il y aura bien un jour ou l’autre, car elle sera une nécessité absolue pour notre développement économique face à nos concurrents, et la défense de nos emplois.

Le devoir de nos décideurs est donc de se préparer dès aujourd’hui, et avec une constante application, à relever ce défi qui, quoiqu’en disent certains, conditionnera bien notre avenir.

Ce n’est pas là le moindre des mérites du rapport Gallois de ne pas se taire à ce propos.

dimanche, 16 septembre 2012

POURQUOI VOULOIR DEVENIR BELGE ?

Il ne fait plus bon vivre riche en France.

mouvement démocrate,bayrou,politique,débats de sociétéSurtout quand les riches voient que l'effort "exceptionnel" qui leur est demandé pour redresser la situation en France - ce qui pourrait être fort louable - n'est accompagné d'aucun effort de la part de l'état qui continue, de son côté, de dépenser à gogo.

"Exceptionnel", ensuite, dans la bouche de nos "politiques" qui ne nous ont guère habitués à supprimer des impôts et les brandissent même comme des trophées de guerre, çà veut dire quoi ? Pour 2 ans, pour 5 ans, ou pour "perpète" ? C'est le flou absolu : aucun engagement ferme sur ce point.

Résultat : près de 500.00 contribuables français - et pas seulement des milliardaires mais des gens plus modestes qui ne veulent pas, en fin de carrière, se faire confisquer le fruit du travail de toute une vie - se sont installés en Grande-Bretagne : il est vrai, que là-bas, l'impôt sur les sociétés, qui était de 28%, a été ramené à 24% et devrait passer à 22% d'ici 2 ans ; le taux maximal sur les hauts salaires (+ de 190.000 €) a été ramené de 50 à 45%, et il n'y a pas d'ISF. En Belgique, il n'y a ni ISF, ni impôt sur les plus-values : des français s'y installent désormais par milliers. En Suisse, 1 français s'y installe par jour. etc....

Y a-t-il donc de la grandeur d'âme à vouloir se laisser plumer ?

Mais, ce qu'il y a de plus grave dans cet exode, ce n'est pas seulement des capitaux français qui s'évadent pour s'investir à l'étranger, mais ce sont des cerveaux, des chercheurs, des universitaires formés et diplômés en France qui se mettent au service d'états qui les respectent, eux, comme il se doit ; ce sont aussi des sociétés incitées à délocaliser leur siège social, etc.....

Voilà pourquoi "on peut avoir envie de devenir belge", pour répondre à la question posée récemment sur une grande radio nationale.

Quand l'état se laisse aller au vieux démon de la confiscation des forces vives d'une nation et de ses richesses potentielles pour satisfaire des promesses hasardeuses - tout en se préservant soigneusement de tels efforts pour lui-même - voilà le résultat !

Faut-il s'en étonner ?

lundi, 10 septembre 2012

LA CULTURE MUSICALE OCCIDENTALE....

cult.music.jpgJ'ai réécouté ce soir avec plaisir le concert donné en 2010 au Musikverein de Vienne (Autriche) par cet extraordinaire pianiste chinois : Lang-Lang.

Quelle technique ! Quelle sensibilité ! Quel enthousiasme ! Même si cela l'entraîne parfois à des vélocités auxquelles je suis peu habitué encore.

Mais, en "off", j'entendais après ce concert qu'il y a en Chine 50 millions de jeunes chinois qui apprennent le piano et de présenter quelques échantillons de leur savoir-faire : éblouissant de maîtrise !

Comment s'étonner qu'il n'y a désormais plus un concours en Occident sans qu'un chinois, ou un asiatique, n'emporte un prix souvent fort mérité ? Et d'entendre aussi un vieux professeur chinois de piano dire : "Chopin, c'est toute mon âme. Et Debussy toute ma culture".

Curieux : je n'ai jamais entendu un seul de mes maîtres au Conservatoire me tenir un tel langage. Faut-il aller désormais en Chine pour se pénétrer de notre culture musicale occidentale ?

Je m'interroge.

jeudi, 22 mars 2012

LES CONSÉQUENCES DE TOULOUSE

mouvement démocrate,bayrou,politique,débats de sociétéAlors que chacun, avant les dramatiques événements de Toulouse et Montauban, constatait l’énorme retard du candidat Sarkozy, prix d’une impopularité incontestable dans l’immense majorité des couches de la société française, alors que d’aucuns estimaient même qu’il fallait qu’il arrive un événement “imprévisible” de dimension ou internationale ou nationale pour que le candidat Sarkozy arrive à redresser la situation, l’imprévisible est bien arrivé ; mais dans l’odieux de drames successifs qui ont saisi toute notre nation.

Ceci ne sera pas sans conséquences.

Il n’est pas impossible que la détermination du Président encore en exercice dans le déroulement des faits qui ont suivi - et qui se présente toujours essentiellement comme le “protecteur” des français face à tous les dangers qui les guettent, à défaut de tout autre vrai programme de redressement de notre Nation - il n’est donc pas impossible que cette détermination profite au candidat Sarkozy.

Oh rien n’est joué cependant ! Mais les dés risquent fort d’être bousculés. D’où ces violences verbales, souvent indignes, qui fleurissent de tous bords et émaillent une campagne, soudain réveillée, de déclarations assassines qui trahissent un certain désarroi dans les états majors des différents candidats. Mme Le Pen s’en prend aux médias, à Mr Bayrou et à Mr Mélenchon ; Mr Juppé ou Mr Copé s’en prennent eux aussi à Mr Bayrou et à Mr Hollande : ils flairent tous où est maintenant le danger pour leur camp.

François Bayrou, en posant implicitement la question du “Comment la République peut-elle enfanter des Mohamed Merah ?”, met toute l’institution en cause. Donc le pouvoir lui-même qui n’a pas su prévenir de tels drames. Et l’absence de réponses chez nombre de candidats, plus portés aux bonnes paroles et fausses promesses qu’à la réalité du mal de notre Société, ne fait plus illusion comme hier encore.

Je crois que Toulouse est un tournant majeur dans une campagne qui frisait jusqu’ici la morosité et l’ennui.