Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 13 février 2007

VIEUX FILMS

medium_images.37.jpgLes cinéphiles gardent toujours en mémoire certains vieux films de cinéma qui les avaient marqués alors qu’ils avaient d’autres yeux que ceux d’aujourd’hui. Certains de ces films étaient pourtant plutôt médiocres. Mais d’autres ont marqué des générations et, aujourd’hui, on en “remastérise” même certains en leur donnant des couleurs - alors absentes - pour leur donner un “coup de jeune”.

Regardant ces derniers jours les prestations de certains compétiteurs qui prétendent accéder à la Présidence de la République, j’ai vraiment le sentiment de revoir certains de ces vieux films, mais qu’on aurait entre temps coloriés.

Quand je vois en effet la prestation de Mr Sarkozy, quand ensuite je vois celle de Mme Royal. Quand j’entends d’abord l’un, puis ensuite l’autre, j’ai le sentiment de revoir ici le film d’un Chirac version 1995 (ou encore un autre du même en 2002), ou là d'un Mitterrand version 1981 (ou encore un autre du même en 1988) : les scénarii n’ont pas changé, les dialogues pas davantage, les effets de scène sont les mêmes, les bons mots aussi et les recettes à l’identique (coups bas aux “copains” compris). Et comme les mêmes recettes engendrent mécaniquement les mêmes effets, les foules dégustent ces spectacles avec les mêmes enthousiasmes. On applaudit à tout rompre comme si on avait oublié qu’il ne s’agit pourtant là que de vieilles rengaines venues d’un autre temps.

Quelle différence y a-t-il, en effet, entre les promesses d’hier de Mr Chirac - qu’il n’a jamais pu (ou voulu) tenir - et celles d’aujourd’hui de Mr Sarkozy ? Quelle différence y a-t-il encore entre les 110 propositions de Mr Mitterrand (qui a du bien vite les remballer 2 ans après son élection) et les 100 propositions d’aujourd’hui de Mme Royal ? Quels mots ont changé (même si les talents des acteurs hier ne sont pas toujours les mêmes que ceux d'aujourd’hui) ? Quelles mêmes utopies ont-elles été évitées ? Aucune !

Et pourtant l’environnement est considérablement plus difficile aujourd’hui qu’hier. La situation de la France s’est considérablement dégradée depuis, la compétition internationale plus impitoyable que jamais, ses moyens anéantis par une dette qu’on va même jusqu’à feindre oublier - ou seulement distraitement déplorer - en évitant surtout d’évoquer l’effort national qu’elle appelle pourtant aujourd’hui prioritairement.

On promet, on promet, on promet. On cache, on cache, on cache. Et on tire à l’encan des chèques qu’on sait pourtant être sans provisions et qui ne pourront pas être honorés. On mystifie les français par des tours de passe-passe dignes d’illusionnistes de cirques de banlieue.

Le spectacle indigent de ce duopole me désespère et m’indigne. Devra-t-on demain obliger de nouveau les français à ne pouvoir choisir qu’entre la peste et le choléra ?

J’ose espèrer qu’un autre espoir leur sera donné, qu'un langage de vérité les honorera enfin et cessera de les faire passer pour des gogos.

samedi, 10 février 2007

TRAITS de PLUME (3)

medium_medium_medium_ecrivain.2.jpgVoici très exactement un an, dans la soirée du 9 Février 2006, j’adressais un courriel à mes (±1.400) correspondants mail d’alors, à qui je transmettais régulièrement mes “Billets” (À propos de....) ou autres notes, pour les informer que, pour les lire, ils devraient désormais se connecter sur un “Blog” que j’avais créé 48 heures auparavant.

48 heures pour tâtonner, apprendre l’utilisation de ce nouvel instrument de communication dont je n’avais nulle pratique, le tester, apprendre l’usage de ses clefs, de ses codes, le choix de sa pagination, puis commencer à mettre en ligne la soixantaine de ces “Billets” et notes que j’avais en archives : le tout premier avait été écrit le.... 11 Septembre 2001, sur le choc de ces images si violentes venues en direct de New-York et nous montrant l’effondrement des deux tours du World Trade Center. J’avais donc alors une soixantaine de ces “Billets” en archives. J’ai encore souvenir de la fièvre de ces mises en page après les avoir conditionnés un par un, car j’avais constaté, au cours de mes essais, que le conditionnement “papier” était incompatible avec celui sur écran. Un énorme travail mais que j’entreprenais avec passion.

Je suppose que tous les blogueurs ont connu ces moments d’hésitation pour une aventure dont certains espéraient peut-être beaucoup, d’autres moins, mais tous ignorant ce qu’il en adviendrait. Comme ils avaient connu aussi cette autre hésitation du choix de l’hébergeur qui allait devenir rapidement une sorte de complice.

Je n’ai pas pour habitude de célébrer les anniversaires. Mais un an après, c’est le moment de s’arrêter quelques instants et jeter un coup d’oeil sur le chemin parcouru, puis faire un premier bilan.

Je l’ai déjà dit ici à plusieurs reprises : je n’ai cessé d’aller de surprises en surprises.

• surprise d’une montée en fréquentation de mon blog - devenu récemment un site www - qui me conduit aujourd’hui à voir le compteur de l’hébergeur afficher ce soir plus de 88.000 lecteurs depuis 1 an. Je n’aurais jamais osé imaginer cela. Le dixième, oui. Autant, jamais.

• surprise aussi de mes lecteurs dont.... seuls ±75% sont situés en France. En voici d’autres venus de l’Europe de l’Est, de l’Afrique francophone (ou du Maghreb), du Moyen-Orient (Liban, Israël). D’autres encore d’Espagne, de Belgique, d’Allemagne, du Royaume-Uni, d’Italie, mais aussi du Canada, d’Australie, ou encore du Japon. Mais que diable, pourquoi vient-on de si loin pour lire mes pauvres notes et billets dont je croyais qu’ils n’avaient qu’un intérêt local ou personnel ? Je ne comprends toujours pas.

• surprise aussi du choix de lectures de mes visiteurs : ils puisent sur écran non seulements mes notes les plus récentes, mais aussi en nombre des textes fort anciens et qui sont devenus depuis des sortes de “classiques” : L’École Menacée, l’Aboulie, Victoire, Rationalisme, Torture, Affaire Clemenceau, Déclinisme, Cuisines 1, et même, de façon inattendue, UMP-UDF en Mairie de NÎMES ou les Interviews Vidéo de François BAYROU sur "PoliticShow”, etc....

• surprise encore de l’intérêt soutenu porté sur mes albums photos dont, surtout, ceux de sites ou de villes du Nord qui sont pour moi autant de lieux de souvenirs car là, même si aujourd'hui je suis nîmois à part entière, là sont toujours mes racines.

• surprise de l’attention portée par mes visiteurs sur le choix de mes livres. Mais aussi les CD que j'ai pu découvrir. Les commentaires que j’y apporte sont amplement consultés. (On ne va pas jusqu’à me dire si ces consultations sont suivies d’achats !).

• surprise enfin de la montée en puissance des "Instants Musicaux” que j’ai mis en ligne tout récemment. J’y ai mis en ligne une grosse trentaine de brefs "podcasts" musicaux qui tous sont, pour moi, autant de souvenirs heureux.
Ancien élève de Conservatoire (classes de piano, orgue, harmonie et composition musicale), mes comparses étudiants - comme moi-même - aux Arts & Métiers avions aussi monté une petite formation de jazz qui a rencontré dans la région du Nord quelques succès sympathiques. Du "grand classique" (je ne vous citerai pas ici les compositeurs qui me tiennent journellement compagnie) au jazz, c’était là pour moi, en marge de mes études, une autre découverte, parfois comme interprète, de Gershwin, Porter, Kern, Kostelanetz, Bernstein, Berlin, Rodgers, outre les Armstrong, Ellington, Garner, Miller, Fitzgerald, Vaughan, Django, Ray Charles, Bechet (que j’ai eu l’occasion de côtoyer fréquemment au Festival de Juan-les Pins dont j’étais un fidèle) ou, plus récemment, Petrucciani. Et puis quelques émois avec des chansons sur des textes de Prévert, Barbara, Ferré, Trenet, Reggiani, Brassens, Brel, etc.... Je ne pourrais les citer tous. Ce sont des instants qu’on n’oublie pas.

• mais de toutes les surprises, celle qui me touche le plus est cette sorte de chaîne de l’amitié qui se crée à la fois entre blogueurs par les liens que nous nous sommes mis en ligne entre nous et nous faisant partager étroitement nos publications ; mais amitié aussi avec nombre de lecteurs que l’on découvre et qui apportent spontanément leurs commentaires. Il y a eu souvent des débats très riches, débats entre des lecteurs et moi, mais aussi des lecteurs entr’eux. Ce fut sources de richesses, foisonnement d’idées, passion aussi, même si parfois difficile à réfréner, mais ne laissant jamais indifférents. Pas une seule fois, sur un an, ai-je été conduit de supprimer un seul commentaire qui aurait pu être irrévérencieux. Nul ne peut mesurer l’immense satisfaction que j’en éprouve.

Alors, voilà le bilan d’une année écoulée et où nous avons appris à nous connaître davantage, anciens habitués de mes courriels mais, surtout, nouveaux lecteurs inconnus et qui deviennent progressivement de vrais amis.

Mes comparses - élus ou non - et partageant les mêmes choix politiques que moi, m’ont classifié comme “blog (ou site) politique” (et je suis même maintenant souvent placé fort honorablement dans des répertoires spécialisés). Cela n’a jamais été ma volonté et n'a jamais été mon objectif.

Ce site est celui d’un citoyen libre de sa pensée, comme il est et reste libre de ses engagements. Si d’autres que moi partagent la même pensée ou les mêmes engagements, je ne peux que m’en réjouir. Mais j’entends rester libre.

Mon site est, sera et restera - j'y veillerai attentivementi - l’expression de cette liberté.

jeudi, 08 février 2007

LA LIBERTÉ DOIT RESTER TOUTE-PUISSANTE

medium_images.35.jpgDans “Le Mythe de Sisyphe”, Albert Camus a écrit : “On connaît l’alternative : où nous ne sommes pas libres et Dieu tout-puissant est responsable du mal ; ou nous sommes libres et responsables, et Dieu n’est pas tout-puissant”.

LIBRES et RESPONSABLES. C’est exactement ce que revendiquent des journalistes, comme ceux de Charlie Hebdo dont les dirigeants comparaissent devant la Justice pour avoir choisi de publier les caricatures de Mahomet qui ont fait hurler certaines organisations musulmanes lors de leur parution dans un journal danois.
• LIBRES de “critiquer et de soumettre au débat démocratique” une religion, quelle qu’elle soit.
• RESPONSABLES pour avoir publié ces caricatures “avec un appareillage critique autour”, c’est-à-dire les commentaires que l’on peut attendre d’un journal auquel on ne peut reprocher de combattre encore et toujours le racisme et l’intégrisme.

Deux caricatures sont visées - ainsi qu’un dessin de Cabu - représentant Mahomet “débordé par des intégristes” et accompagné de cette bulle : “C’est dur d’être aimé par des cons”.

À la suite de cette parution, Charlie Hebdo est donc jugé pour “injures publiques envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une religion” (sic !). Et, face à lui sur le banc des plaignants, une organisation islamiste, présidée par Dalil Boubaker, qu’on entend pourtant plus habituellement sur le thème d’un islam modéré et sur des mots de paix et de liberté.

Le débat porte donc sur la décision du journal de s’en prendre à quelques musulmans - les intégristes - que Mahomet semble rejeter (selon le dessin incriminé) et non à la religion dans ses principes, et encore moins à la foi des musulmans dans leur intimité.

Ce débat fait trembler tous ceux qui sont attachés à la liberté de la presse et, plus largement, la liberté de parole (y compris d’ailleurs dans l’action politique dont certains voudraient en monopoliser les moyens et l’usage, y compris par d’indignes pressions ou autres intimidations). Et encore pour défendre la laïcité dans notre pays qui en a fait un (si joli) principe.

Je ne suis pas journaliste, mais simple citoyen français. Je m’associe pourtant pleinement à la pétition signée par plusieurs organismes, dont le Syndicat National des Journalistes (et Éric Dussart qui a écrit une excellente chronique sur ce sujet), pétition qui dit, entr’autres, que “des démocrates du monde entier, notamment des musulmans, espèrent trouver en Europe, et tout particulièrement en France, un havre laïque où leur parole n’est entravée ni par la dictature, ni par l’intégrisme”.

Soixante quatre ans après Camus, il faut encore, et encore, se battre pour dire que, plus que n’importe quel dieu, y compris Mahomet, c’est la liberté qui doit être et rester toute-puissante.

vendredi, 02 février 2007

PROPOSITIONS sur le HANDICAP

medium_images.33.jpgPropositions de François BAYROU

C'est au Centre d’Aide par le Travail (CAT) de la Bastide de NÎMES, que François BAYROU a participé à une rencontre autour des problèmes liés au handicap lundi 29 janvier. Il était accompagné d'Yvan LACHAUD, Député du GARD, dont on sait l'implication de son action en faveur des handicapés.

En France, tous handicaps confondus, ce sont près d’un million et demi de personnes qui sont concernées et 30% des familles françaises comptent une personne handicapée.

Les responsables associatifs présents, les personnes handicapées, directeurs d’établissements et le personnel encadrant, ont expliqué pendant près de deux heures que les victimes souffraient d’un manque total de reconnaissance de la part de la société et des pouvoirs publics. Ils se plaignent aussi que les lois votées ne soient jamais appliquées et que la situation des personnes handicapées ne change pas autant que les textes le laissent penser.

François Bayrou, après avoir entendu chacun, à donné des directions d’action :
• Ne rien entreprendre, ni décider sans que les personnes handicapées et les professionnels concernés ne soient consultés.
• Convenir qu’une grande partie de la solution passe par l’application des textes existants et la publication rapide de décrets d’application.

Afin que les moyens suivent les besoins, il a rappelé son opposition à une baisse importante et générale des impôts qui ne permettrait pas de répondre rapidement aux besoins essentiels de la société et singulièrement des personnes handicapées. Il faut les moyens pour garantir la bonne exécution des réformes nécessaires.

Enfin, pour aider au développement du bénévolat, si nécessaire en France, François BAYROU a rappelé sa proposition de prendre en compte le temps passé auprès des autres dans le calcul de la retraite.

HandicapNous avons fait beaucoup dans le domaine du handicap au cours de cette législature, mais il reste encore beaucoup à faire... et si je regrette que la question ne soit pas plus au coeur du débat présidentiel, je me félicite de soutenir un candidat comme François BAYROU qui n'a pas peur de prendre en main ce genre de questions.

lundi, 29 janvier 2007

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

medium_images.31.jpgAu moment où on parle beaucoup - et avec raison - du cataclysme du réchauffement climatique et de ses menaces sur notre environnement, je vous invite à visionner une brève vidéo (d'origine anglo-saxonne et précédée, pendant 47 secondes, d'un extrait du retentissant discours de Tony BLAIR à ce propos) avec ensuite des vues très remarquables sur les effets de ce réchauffement, le tout sur un fond musical des Pink Floyd.

Très beau document fort impressionnant.

samedi, 27 janvier 2007

BRAVITUDE

medium_images.30.jpgL'ESPRIT DES MOTS
par Philippe BARTHELET

Les gazettes auront beaucoup parlé de la "bravitude" que l'air de la Chine fit découvrir sur la Grande Muraille à une dame socialiste. Et flatteurs d'applaudir, et de se déclarer jaloux de l'invention de ce beau mot qui exprimerait "la pleinitude d'un sentiment de bravoure".

On remercie de la leçon d'un ancien grand maître de l'Université, et l'on est heureux d'apprendre que le superlatif des noms se forme en français avec le suffixe-tude (solitude, latitude, étude peut-être ?), nuance qui, à notre honte, nous avait jusqu'ici échappé (mais dans ce cas, révérence parler, pourquoi pas "bravouritude ?).

Notre analyste du langage conclut par une leçon de morale politique : "L'inventivité sémantique fait partie de la capacité d'un candidat à parler une autre langue que la langue de bois". Au point de parler une autre langue que la langue commune ? Comme si précisment la langue de bois" que l'on dénonce si fort chez les autres n'était pas un artifice fabriqué à mesure, né de l'incapacité à dire avec les mots de tous qu'un chat est un chat (et Rollet un fripon).

Interrogée à son retour sur ce qu'elle avait voulu dire avec son néologisme, la bravitudinaire a répondu qu'elle n'avait eu d'autre intention que de faire "de la poésie, de la philosophie".

On pourra s'inquiéter de cet aveu : si pour elle la poésie consiste à malmener sa langue et la philosophie, à dire n'importe quoi....

jeudi, 25 janvier 2007

Jean-François DENIAU

medium_thumbnail.jpg
Jean-François DENIAU, Académicien, ancien Ministre, diplomate, navigateur, homme d'une immense culture, est parti à l'issue d'un long combat.

Ceux qui visitent régulièrement ces pages savent combien j'aimais citer dans les livres à (re)lire les oeuvres de cet homme immense et riche de pensée. Son oeuvre restera à nos chevets.

Au moment de mettre en ligne, je prends connaissance de l'hommage que lui a rendu François BAYROU. Celui-ci résume fort bien tout ce que j'aurais pu ou voulu dire. Je reprends donc ici les termes du communqué de François :

"C'était une personnalité flamboyante, il était prêt à tous les combats, dès l'instant qu'ils concernaient les droits de l'homme et la liberté. Il était une personnalité flamboyante qui va manquer à la vie politique et intellectuelle française. Il vivait cette vie engagée avec une élégance, un style, presque un romantisme qui en faisait un visage à nul autre pareil. Je rends hommage à l'écrivain, l'homme de culture, l'artiste que toute sa vie révélait. Il a affronté la maladie comme il affrontait les totalitarismes : courageusement et librement, avec le refus de se soumettre"

08:25 Publié dans SOCIÉTÉ | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : UDF, politique

lundi, 22 janvier 2007

UN HOMME NOUS A QUITTÉS

medium_images.28.jpg
L’Abbé Pierre nous a quittés. Il a fait partie de ces hommes sans qui le monde d’aujourd’hui ne serait pas tout-à-fait ce qu’il est.

Sans lui, le regard que nous portons sur ces déshérités de la vie serait peut-être ou absent ou indifférent. Le message qu’il nous laisse est et demeurera bien au-delà de lui. Nous en sommes tous les porteurs.

Son œuvre est et sera à continuer inlassablement.

vendredi, 15 décembre 2006

LES CUISINES (1)

medium_mfimages.jpgDIS-MOI QUI TU HANTES....

Mr Sarkozy semble n’avoir pas beaucoup de chance dans le choix de ses “amis”. On l’a vu, lors de ses meetings, mettre au premier rang des vedettes du show-biz. Un peu à la manière de l’inénarrable Jack Lang.

Mais depuis....

• Doc Gyneco, grand maître à penser de la chanson française, “le” rappeur "branché", outre ses déclarations outrecuidantes qu’on lui connaissait déjà, vient d’être condamné à 700.000 euros d’amende pour “fraude fiscale”. Bel exemple de civisme citoyen.

• Mr Smets - alias Johnny Hallyday - vient d’annoncer qu’il va s’établir en Suisse pour mettre ses biens et ses cachets à l’abri de la rapacité fiscale des amis politiques de Mr Sarkozy. Bel exemple encore. Et pour qui lui laisse entendre que cela fait plutôt mauvais effet, il réplique "qu'il n'a rien à en f...." ! Pour le cas où on aurait pas encore compris.

• Mr Pascal Sevran, ex-intime de François Mitterrand soudain converti au sarkozisme - çà ne doit pas lui faire faire un si grand écart que çà - a exprimé son souhait que les noirs soient stérilisés. Édifiant !

Çà fait plutôt désordre dans les rangs.

Si Mr Sarkozy continue de choisir ses amis et ses soutiens comme il choisit ceux de son "fan’s club", çà promet ! Il est vrai qu’on avait déjà certains doutes. Cette fois-ci ce ne sont plus des doutes mais des faits probants.

“Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es” (Cervantès)

medium_images.22.jpgLA CUISINE DE SÉGOLÈNE....

On en voit de belles aussi du côté de Ségolène.

Il y avait le P.S.. Mais il y avait aussi "les autres”. Et aussi une certaine hantise d’un nouveau 21 Avril. Alors, on distribue à tout va.

Jean-Pierre Chevènement, un des chantres du “non” au référendum européen, a été prié de remballer ses convictions : et je te lui donne en prime 10 circonscriptions “gagnables”, plus 6 places de suppléants.

Christiane Taubira, porte-parole du Parti Radical de Gauche, a été escamotée, elle aussi, de la course : et je te donne en cadeau d'accueil 35 circonscriptions.

Les Verts ! Ah, il ne faudrait pas non plus qu’ils viennent "gâter la sauce" par des candidatures, aussi marginales soient-elles. Alors on leur tend la perche de 25 circonscriptions s'ils rentrent dans le rang derrière la "dame aux caméras". Par ici la bonne soupe !

Et, dans les coulisses, on prépare déjà les maroquins qui, si Mme Royal venait à l’emporter, seront distribués à tous ces connaisseurs de bonne cuisine.

Voilà la nouvelle façon de faire de la politique chez les amis P.S. de Mme Royal.

No comment !

jeudi, 12 octobre 2006

QUAND L'OPINION BOUGE

medium_sriimg.jpgJ’ai le sentiment que la lecture du Paris-Match (de ce 12/10) doit avoir un goût amer pour certains grands stratèges politiques, enfoncés qu’ils sont dans leurs certitudes habituelles. Cet hebdomadaire (dont on ne peut soupçonner qu’il ait particulièrement des idées gauchisantes) fait en effet paraître un nouveau sondage des personnalités politiques. Et les résultats ont de quoi surprendre et ébranler bien des clichés établis.

Vous savez le peu de goût que j’ai - par expérience - pour les sondages et la méfiance qu’ils m’inspirent en général. J’ai déjà écrit récemment sur ce sujet une note où j’avais alors fait état d’un sondage réalisé via Internet par “Agoravox” et qui plaçait François BAYROU à des scores jamais égalés, bien devant certaines “vedettes” fort médiatiquement en vue. On s’était aussitôt gaussé sur “ces” sondages Internet, prétextant que près de ±4.000 internautes qui s’étaient exprimé ne pouvaient être représentatifs de toute la population française en âge de voter. Bref : on n’allait pas alors épiloguer sur la valeur des sondages Internet.

Cette fois-ci, (le très institutionnel) IFOP semble pourtant se rapprocher des conclusions du sondage que j’évoquais alors. Que donne en effet celui qu'il a réalisé du 5 au 8 Octobre sur un échantillon de 1007 personnes selon la méthode des quotas ?

C’est assez surprenant. Jugez-en !

Si Ségolène ROYAL devance son comparse ès-médias Nicolas SARKOZY, tous deux sont cependant en baisse : 1 point en moins encore pour Mme ROYAL et 6 en moins pour Mr SARKOZY.
Cela n’a rien de très surprenant puisque chacun d’eux, dans son propre camp, doit affronter critiques et rivalités internes : à ce train-là, s'il n’y est pas mis fin rapidement, ils seront “out” avant même le jour de l’élection. Les vieux démons suicidaires dans leur propre camp sont à l’œuvre, tant au P.S. qu’à l’UMP : on ne change pas comme çà la nature des gens.

Mais, plus surprenant encore, dans ce sondage est le score de François BAYROU : avec une nouvelle hausse de 3 points, voici que François BAYROU devance maintenant..... Nicolas SARKOZY dans le classement des personnalités politiques.
(Oui ! vous avez bien lu: BAYROU est devant SARKOZY !).
De quoi donner des cauchemars à pas mal de donneurs de leçons dont le mépris coutumier n’a d’égal que leur fatuité.

Aucune conclusion ne peut être tirée de ce cliché d’un moment. La seule qu’on puisse émettre est que ce qui était vrai encore il y a quelques semaines ne l’est plus du tout aujourd’hui. Et, vraisemblablement, ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera plus demain ; et encore moins dans quelques mois.

La seule certitude est que l’opinion des français bouge, les regards deviennent différents, des discours jugés hier iconoclastes deviennent aujourd’hui entendus. Les clivages d’hier ne sont plus ceux d’aujourd’hui (et ne seront vraisemblablement plus ceux de demain).

Et, dans cette affaire, le langage vrai et libre d’un BAYROU est devenu plus audible que les vieilles rengaines que nous ressassent certains autres qui ne s’aperçoivent pas que les temps changent et que le système actuel est bien en fin de règne.

14:50 Publié dans SOCIÉTÉ | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Politique, UDF