Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 02 mars 2007

UN ESPOIR EST NÉ

Je fais partie de ceux, vous le savez, qui détestent les sondages tant ils s’en méfient. Et surtout ceux de 2ème tour qu’on voit ici ou là et qui sont une véritable escroquerie.

Mais quand ce soir du 1er Mars un sondage de 1er tour, effectué sur un panel de 22.578 votants, nous donne les résultats suivants :

François BAYROU : 23,97% (qualifié pour le 2ème tour)
Nicolas SARKOZY : 21,59% (qualifié pour le 2ème tour)
• Ségolène ROYAL : 20,25%
• Jean-Marie LE PEN : 17,42%
(tous les autres candidats étant largement en dessous des 5%)

une vérité éclate : le paysage politique en France a, ces derniers jours, totalement changé.

On comprend mieux maintenant la hargne qui a soudain saisi le duo SARKO-SEGO vis-à-vis de François BAYROU qu’ils n’ont de cesse, désormais, de couvrir de leur opprobre et de leurs sarcasmes. J’ai tout lieu de croire que leur acharnement à tourner en dérision ce candidat, qu’hier ils voulaient encore ignorer, va redoubler.

Et pour qui a vu ce soir l’exceptionnel reportage de France 2 sur François BAYROU (voir ci-contre rubrique "PRESSE VIDÉO" Envoyé Spécial (1/2 & 2/2)), chez lui, dans son intimité, avec sa femme, ses animaux, et développant dans ses confidences une humanité qui le rendait proche de nous tous au point qu’on avait le sentiment de pouvoir le toucher, voilà enfin un candidat qui nous sort des poncifs vus et revus des deux autres “grands” candidats. Ouf ! On commence à respirer !

Avec François BAYROU, la campagne va enfin prendre de la hauteur et une autre dimension. C’est un grand et nouvel espoir qui se lève chez les français.

Sachons tous l’accompagner et le soutenir avec ardeur.

samedi, 24 février 2007

COQUINS & COPAINS

medium_images.41.jpgLe fils de feu Michel DEBRÉ, "père" de la Constitution de la V° République - le prénommé Jean-Louis - précédemment Président de la (défunte) Assemblée Nationale, voit sa carrière couronnée de la plus brillante façon qui soit : comme prévu, il vient d'être nommé Président du Conseil Constitutionnel, la plus haute juridication de nos institutions.

Un cadeau de Mr CHIRAC à l'un de ses plus proches inconditionnels avant son départ de l'Élysée. Un cadeau vraisemblablement fort utile et intéressé quand on a en perspective d'avoir quelques comptes à rendre à la Justice sitôt franchi le seuil de son Palais.

Un "fait du prince" de plus de cette "monarchie républicaine" qu’on appelle encore (pourquoi ?) la "République Française" (celle des des copains et des coquins ?).

Archaïsme digne d'un autre siècle et anomalie outrageante.

Face à ces situations, il est utile de comparer les programmes des différents candidats actuellement en lice. Et force est de constater que seul François BAYROU prévoit une réforme en profondeur du mode de désignation des membres de ces organismes chargés de contrôler et de garantir le respect des règles fondamentales.

Il est vrai que tant à gauche qu'à droite on a usé et abusé de ces "passe-droits" institutionnels et que çà peut toujours resservir. Alors pourquoi en changer ?

vendredi, 23 février 2007

SONDAGE "VOTEZ 2007"

medium_Sondage3.jpgLes habitués du Web suivent régulièrement chaque semaine les sondages effectués et publiés sur la toile par le site "Votez 2007".

Depuis des mois, on assiste à la sempiternelle alternance SARKO-SÉGO ou SÉGO-SARKO.

Cette semaine, cette alternance a été bouleversée : pour la première fois, pour le second tour, nous avons une confrontation SARKO-BAYROU. Les internautes peuvent se prononcer jusqu'à dimanche soir en votant eux-mêmes pour l'un ou l'autre de ces deux candidats.

Il semble, à en juger par ce sondage - et auquel participent plusieurs milliers d'internautes (cette semaine 16.103 votants) - que les temps sont au changement.

Vous pouvez tous participer à ce(s) vote(s). Aucune inscription préalable. Un seul vote autorisé par adresse IP.

Même sans tomber victime de la dictature des sondages, c'est quand même intéressant à suivre.

01:45 Publié dans SOCIÉTÉ | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : UDF, Politique

mardi, 20 février 2007

BAYROU VAINQUEUR AU SECOND TOUR

medium_images.39.jpgSONDAGE IFOP du 19 Février 2007

Si François BAYROU était présent au second tour face à Nicolas SARKOZY ou à Ségolène ROYAL, il emporterait la mise quelque que soit son challenger :

• face à Nicolas SARKOZY, François BAYROU obtiendrait 52% des votes.

• face à Ségolène ROYAL, François BAYROU obtiendrait 54% des votes.

(En cas d’un duel Nicolas SARKOZY face Ségolène ROYAL, SARKOZY l’emporterait avec 53%)

Au premier tour de l’élection présidentielle :

• Nicolas SARKOZY recueillerait 32 % des intentions de vote (soit moins 0,5% par rapport à Janvier)
• Ségolène ROYAL recueillerait 25,5% (soit moins 2,5% par rapport à Janvier)
• François BAYROU recueillerait 16% (soit plus 3,5% par rapport à Janvier). C’est là son score le plus élevé jamais atteint.
• Jean-Marie LE PEN se maintient pour sa part à 11%.

Enfin, 83 % des Français plébiscitent (quel que soit le candidat élu) la constitution d’un gouvernement d’union nationale composé de personnalités de divers camps politiques.

Voilà un sondage qui bouleverse totalement le paysage politique. Quand un autre précédent révélait, il y a quelques jours, que 79% des français affirmaient que ”rien n’était joué”, on mesure mieux aujourd’hui la portée de cette affirmation.

Même s'il ne s'agit que d'un sondage à un instant donné (et que tout peut toujours changer d'ici 2 mois), c'est un vrai plébiscite pour François BAYROU.

01:15 Publié dans SOCIÉTÉ | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : UDF, Politique

dimanche, 18 février 2007

SONDAGE C.S.A.

medium_nouvisage.2.jpgLE SONDAGE QUI DÉRANGE

Un sondage CSA démontre que la majorité des français souhaite désormais que François BAYROU soit présent au 2ème tour.

Voilà qui ne va pas faire plaisir à tout le monde. Ceux qui faisaient déjà des plans sur la comète vont commencer à avoir des cauchemars et passer des nuits blanches. Surtout quand un autre sondage récent démontre que plus de 70% des français estiment que "rien n'est joué".

Les prochains 60 jours risquent d'être palpitants. Rien n'est gagné pour personne.

À suivre....

21:10 Publié dans SOCIÉTÉ | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : UDF, POLITIQUE

BOUCHE COUSUE

medium_bouchecousuepm.jpg

Cette image, que j’ai trouvée par hasard sur le Web, semble résumer assez bien le panorama politique où on essaie aujourd’hui d’enfermer les français. Nous sommes passés sous la tyrannie du “Moi, je” où il y a d’un côté ceux qui ont confisqué le droit de dire parce qu’il se sont arrogé le monopole de la pensée (forcement unique), et les autres qui n’ont qu’un droit : celui de “la boucler”. C’est aussi vrai, que l’on soit chez les Sarko, chez les Ségo ou dans les médias.

Chez les Sarko....

Bouche cousue, c’est l’image idéale d’un élu UMP, qu’il soit Député à l’Assemblée Nationale ou, plus modestement, simple élu dans une assemblée régionale ou locale.
Quand on est élu UMP, on doit fermer sa gu....”, on n’a pas le droit de lever le petit doigt, de faire la moindre proposition, sans qu’aussitôt les foudres célestes ne vous tombent dessus (à moins que vous fassiez partie du cercle très restreint des privilégiés, souvent des encenseurs patentés). On doit obéir et aussi fermer les yeux : car il ne faut pas non plus demander de voir (ce qui ne vous regarde pas !).
Et si, par malheur, vous êtes un élu qui a été conduit à cohabiter dans la même majorité que ces gens-là, c’est pire : vous n’avez pas le temps de lever le petit doigt et commencer à formuler votre question qu’aussitôt on vous fait immédiatement “sauter”, on vous retire aussitôt délégations et mandats sur le champ et on vous met à l’écart de tout. Plus aucune invitation pour quoique ce soit, on devient le banni, on vous fait porter toute l’opprobre même si, jamais, vous n’avez voté une seule fois contre quelque projet que ce soit présenté dans le cadre de cette majorité. Chez ces gens-là, on a des instincts de primates.
Et quand je constate qu’il en est, chez ses amis, qui commencent à chiffrer le catalogue des promesses de Mr Sarkozy pour démontrer “qu’il ne tient pas la route” face à la réalité financière de la France, je les trouve bien téméraires. On verra bien.... Peut-être ne faut-il pas désespérer ?

Chez les Ségo....

Bouche cousue là aussi car il ne fait pas bon non plus de paraître vouloir lever le petit doigt face à la nouvelle madone des médias.
Mr Montebourg qui, observant très justement que dans le couple Hollande-Royal il y avait plus que “de l’eau dans le gaz” quand il s’agissait du projet présidentiel de la candidate (puisqu’elle a rejeté en vrac le projet socialiste), il s’est vu remettre aussitôt le bonnet d’âne pour un mois. Au piquet !
Et quand, par ailleurs, un spécialiste “maison” en matière d’économie a voulu oser chiffrer, lui aussi, le prix du catalogue des promesses de Mme Royal - et où il devenait éclatant qu’elle avait “tout faux” et qu’elle mettait en marche un épouvantable “descenseur” social - le réaction fut aussi sèche : exclusion forcée.
On ne lèse pas comme çà sa “majesté”, même avec des chiffres : c’est un crime impardonnable.

Chez les médias....

Ce n’est pas tout que les Sarko ou les Royal aient leurs propres médias attitrés à leur dévotion - y compris leurs chaînes de télé - il faut aussi que leurs journalistes ”ferment leur gu....”
Que l’un d’eux, au cours d’un colloque privé dans un amphi de Sciences-Po et réunissant quelques dizaines d’étudiants, alors qu’il faisait une analyse (pas toujours très tendre) sur les programmes des différents candidats, confie ensuite qu’à choisir entre tous il préfère finalement le candidat Bayrou, patatras : suspendu d’antenne !
Ah, me direz-vous, que faites-vous du “devoir de réserve” qui doit s’appliquer à tous ?
Nous sommes en pleine hypocrisie, voire en plein archaïsme : encore la tyrannie du “Moi, je”.
Il existe bien des journalistes, moins ouverts quand à leurs choix politiques, mais qui, dès lors que leur image parait à l’antenne, “puent” leur préférence à plein nez.
Mieux : ce dimanche 18 Février après-midi, une grande chaîne publique a reçu plusieurs heures durant, au cours d’une émission “phare”, l’épouse d’un leader politique emblématique du P.S. (Mme Sinclair, épouse de Mr Strauss-Kahn). Eh bien là, pas de sanction ! Considère-t-on déjà qu’il n’est pas assuré que les Strauss-Kahn-Sinclair voteront pour sa majesté Royal, ceci expliquant peut-être cette indulgence ? On souffle même que ceux-ci ont hâte d’être au lendemain des élections qui verront la Royal rejetée par les français pour enfin reprendre possession du P.S. dont elle s’est totalement accaparé.
Qui, après çà, pourra prétendre encore qu’il n’y a pas deux poids, deux mesures entre ces deux candidats “vedettes” préférés des médias et les autres qui n'ont pas leur faveur.

Complices ces deux-là ? Mais çà saute aux yeux.

Espérons que les français ne voudront pas remettre çà encore en Avril pour 5 ans et qu’ils donneront enfin un bon coup de pied pour mettre fin à ces ententes tyranniques.

Les "bouches cousues" : çà suffit !

jeudi, 15 février 2007

LES COMPLICES

medium_images.38.jpgLa montée en puissance de François BAYROU commence à inquiéter sérieusement les “grands” candidats. Et le fait qu’il semble se confirmer que celui-ci a doublé durablement Mr Jean-Marie LE PEN pour se positionner désormais en “troisième homme” - ce qui ouvre la voie à ce qu’il puisse jouer un rôle important au 2ème tour, voire même à “en être” - commence à les rendre quelque peu fébriles.

Alors tous les coups sont permis : on débauche ici des députés plus ou moins assujettis à l’un des candidats, là on fait pression sur les autres et on utilise le chantage des soutiens lors des législatives de Juin, etc.... Que ne voit-on ? Tous les coups sont permis.

La dernière : Mr HOLLANDE (le compagnon attitré de l’un des deux candidats) s’est fendu d’une belle déclaration pour vanter les mérites de Mr LE PEN qui, à ses dires, ne peut être que ce “troisième homme” de la campagne présidentielle et qu’il appelle de ses vœux pour qu’il soit celui-là. Belle leçon de républicanisme de la part d’un responsable de parti politique - soutien d’une candidate dite “de gauche” - et dont on croyait jusqu’ici qu’ils donnaient la priorité aux valeurs de la République et non à celles des extrémistes.

Croyez-vous que cela ait indigné l’un ou l’autre des compères SEGO-SARKO ? Oh que non : quand il s’agit de défendre leur petit pré-carré habituel et leurs petites affaires “entr’amis”, ces deux-là sont tout-à-fait complices.

Les masques sont bien tombés.

mardi, 13 février 2007

VIEUX FILMS

medium_images.37.jpgLes cinéphiles gardent toujours en mémoire certains vieux films de cinéma qui les avaient marqués alors qu’ils avaient d’autres yeux que ceux d’aujourd’hui. Certains de ces films étaient pourtant plutôt médiocres. Mais d’autres ont marqué des générations et, aujourd’hui, on en “remastérise” même certains en leur donnant des couleurs - alors absentes - pour leur donner un “coup de jeune”.

Regardant ces derniers jours les prestations de certains compétiteurs qui prétendent accéder à la Présidence de la République, j’ai vraiment le sentiment de revoir certains de ces vieux films, mais qu’on aurait entre temps coloriés.

Quand je vois en effet la prestation de Mr Sarkozy, quand ensuite je vois celle de Mme Royal. Quand j’entends d’abord l’un, puis ensuite l’autre, j’ai le sentiment de revoir ici le film d’un Chirac version 1995 (ou encore un autre du même en 2002), ou là d'un Mitterrand version 1981 (ou encore un autre du même en 1988) : les scénarii n’ont pas changé, les dialogues pas davantage, les effets de scène sont les mêmes, les bons mots aussi et les recettes à l’identique (coups bas aux “copains” compris). Et comme les mêmes recettes engendrent mécaniquement les mêmes effets, les foules dégustent ces spectacles avec les mêmes enthousiasmes. On applaudit à tout rompre comme si on avait oublié qu’il ne s’agit pourtant là que de vieilles rengaines venues d’un autre temps.

Quelle différence y a-t-il, en effet, entre les promesses d’hier de Mr Chirac - qu’il n’a jamais pu (ou voulu) tenir - et celles d’aujourd’hui de Mr Sarkozy ? Quelle différence y a-t-il encore entre les 110 propositions de Mr Mitterrand (qui a du bien vite les remballer 2 ans après son élection) et les 100 propositions d’aujourd’hui de Mme Royal ? Quels mots ont changé (même si les talents des acteurs hier ne sont pas toujours les mêmes que ceux d'aujourd’hui) ? Quelles mêmes utopies ont-elles été évitées ? Aucune !

Et pourtant l’environnement est considérablement plus difficile aujourd’hui qu’hier. La situation de la France s’est considérablement dégradée depuis, la compétition internationale plus impitoyable que jamais, ses moyens anéantis par une dette qu’on va même jusqu’à feindre oublier - ou seulement distraitement déplorer - en évitant surtout d’évoquer l’effort national qu’elle appelle pourtant aujourd’hui prioritairement.

On promet, on promet, on promet. On cache, on cache, on cache. Et on tire à l’encan des chèques qu’on sait pourtant être sans provisions et qui ne pourront pas être honorés. On mystifie les français par des tours de passe-passe dignes d’illusionnistes de cirques de banlieue.

Le spectacle indigent de ce duopole me désespère et m’indigne. Devra-t-on demain obliger de nouveau les français à ne pouvoir choisir qu’entre la peste et le choléra ?

J’ose espèrer qu’un autre espoir leur sera donné, qu'un langage de vérité les honorera enfin et cessera de les faire passer pour des gogos.

samedi, 10 février 2007

TRAITS de PLUME (3)

medium_medium_medium_ecrivain.2.jpgVoici très exactement un an, dans la soirée du 9 Février 2006, j’adressais un courriel à mes (±1.400) correspondants mail d’alors, à qui je transmettais régulièrement mes “Billets” (À propos de....) ou autres notes, pour les informer que, pour les lire, ils devraient désormais se connecter sur un “Blog” que j’avais créé 48 heures auparavant.

48 heures pour tâtonner, apprendre l’utilisation de ce nouvel instrument de communication dont je n’avais nulle pratique, le tester, apprendre l’usage de ses clefs, de ses codes, le choix de sa pagination, puis commencer à mettre en ligne la soixantaine de ces “Billets” et notes que j’avais en archives : le tout premier avait été écrit le.... 11 Septembre 2001, sur le choc de ces images si violentes venues en direct de New-York et nous montrant l’effondrement des deux tours du World Trade Center. J’avais donc alors une soixantaine de ces “Billets” en archives. J’ai encore souvenir de la fièvre de ces mises en page après les avoir conditionnés un par un, car j’avais constaté, au cours de mes essais, que le conditionnement “papier” était incompatible avec celui sur écran. Un énorme travail mais que j’entreprenais avec passion.

Je suppose que tous les blogueurs ont connu ces moments d’hésitation pour une aventure dont certains espéraient peut-être beaucoup, d’autres moins, mais tous ignorant ce qu’il en adviendrait. Comme ils avaient connu aussi cette autre hésitation du choix de l’hébergeur qui allait devenir rapidement une sorte de complice.

Je n’ai pas pour habitude de célébrer les anniversaires. Mais un an après, c’est le moment de s’arrêter quelques instants et jeter un coup d’oeil sur le chemin parcouru, puis faire un premier bilan.

Je l’ai déjà dit ici à plusieurs reprises : je n’ai cessé d’aller de surprises en surprises.

• surprise d’une montée en fréquentation de mon blog - devenu récemment un site www - qui me conduit aujourd’hui à voir le compteur de l’hébergeur afficher ce soir plus de 88.000 lecteurs depuis 1 an. Je n’aurais jamais osé imaginer cela. Le dixième, oui. Autant, jamais.

• surprise aussi de mes lecteurs dont.... seuls ±75% sont situés en France. En voici d’autres venus de l’Europe de l’Est, de l’Afrique francophone (ou du Maghreb), du Moyen-Orient (Liban, Israël). D’autres encore d’Espagne, de Belgique, d’Allemagne, du Royaume-Uni, d’Italie, mais aussi du Canada, d’Australie, ou encore du Japon. Mais que diable, pourquoi vient-on de si loin pour lire mes pauvres notes et billets dont je croyais qu’ils n’avaient qu’un intérêt local ou personnel ? Je ne comprends toujours pas.

• surprise aussi du choix de lectures de mes visiteurs : ils puisent sur écran non seulements mes notes les plus récentes, mais aussi en nombre des textes fort anciens et qui sont devenus depuis des sortes de “classiques” : L’École Menacée, l’Aboulie, Victoire, Rationalisme, Torture, Affaire Clemenceau, Déclinisme, Cuisines 1, et même, de façon inattendue, UMP-UDF en Mairie de NÎMES ou les Interviews Vidéo de François BAYROU sur "PoliticShow”, etc....

• surprise encore de l’intérêt soutenu porté sur mes albums photos dont, surtout, ceux de sites ou de villes du Nord qui sont pour moi autant de lieux de souvenirs car là, même si aujourd'hui je suis nîmois à part entière, là sont toujours mes racines.

• surprise de l’attention portée par mes visiteurs sur le choix de mes livres. Mais aussi les CD que j'ai pu découvrir. Les commentaires que j’y apporte sont amplement consultés. (On ne va pas jusqu’à me dire si ces consultations sont suivies d’achats !).

• surprise enfin de la montée en puissance des "Instants Musicaux” que j’ai mis en ligne tout récemment. J’y ai mis en ligne une grosse trentaine de brefs "podcasts" musicaux qui tous sont, pour moi, autant de souvenirs heureux.
Ancien élève de Conservatoire (classes de piano, orgue, harmonie et composition musicale), mes comparses étudiants - comme moi-même - aux Arts & Métiers avions aussi monté une petite formation de jazz qui a rencontré dans la région du Nord quelques succès sympathiques. Du "grand classique" (je ne vous citerai pas ici les compositeurs qui me tiennent journellement compagnie) au jazz, c’était là pour moi, en marge de mes études, une autre découverte, parfois comme interprète, de Gershwin, Porter, Kern, Kostelanetz, Bernstein, Berlin, Rodgers, outre les Armstrong, Ellington, Garner, Miller, Fitzgerald, Vaughan, Django, Ray Charles, Bechet (que j’ai eu l’occasion de côtoyer fréquemment au Festival de Juan-les Pins dont j’étais un fidèle) ou, plus récemment, Petrucciani. Et puis quelques émois avec des chansons sur des textes de Prévert, Barbara, Ferré, Trenet, Reggiani, Brassens, Brel, etc.... Je ne pourrais les citer tous. Ce sont des instants qu’on n’oublie pas.

• mais de toutes les surprises, celle qui me touche le plus est cette sorte de chaîne de l’amitié qui se crée à la fois entre blogueurs par les liens que nous nous sommes mis en ligne entre nous et nous faisant partager étroitement nos publications ; mais amitié aussi avec nombre de lecteurs que l’on découvre et qui apportent spontanément leurs commentaires. Il y a eu souvent des débats très riches, débats entre des lecteurs et moi, mais aussi des lecteurs entr’eux. Ce fut sources de richesses, foisonnement d’idées, passion aussi, même si parfois difficile à réfréner, mais ne laissant jamais indifférents. Pas une seule fois, sur un an, ai-je été conduit de supprimer un seul commentaire qui aurait pu être irrévérencieux. Nul ne peut mesurer l’immense satisfaction que j’en éprouve.

Alors, voilà le bilan d’une année écoulée et où nous avons appris à nous connaître davantage, anciens habitués de mes courriels mais, surtout, nouveaux lecteurs inconnus et qui deviennent progressivement de vrais amis.

Mes comparses - élus ou non - et partageant les mêmes choix politiques que moi, m’ont classifié comme “blog (ou site) politique” (et je suis même maintenant souvent placé fort honorablement dans des répertoires spécialisés). Cela n’a jamais été ma volonté et n'a jamais été mon objectif.

Ce site est celui d’un citoyen libre de sa pensée, comme il est et reste libre de ses engagements. Si d’autres que moi partagent la même pensée ou les mêmes engagements, je ne peux que m’en réjouir. Mais j’entends rester libre.

Mon site est, sera et restera - j'y veillerai attentivementi - l’expression de cette liberté.

jeudi, 08 février 2007

LA LIBERTÉ DOIT RESTER TOUTE-PUISSANTE

medium_images.35.jpgDans “Le Mythe de Sisyphe”, Albert Camus a écrit : “On connaît l’alternative : où nous ne sommes pas libres et Dieu tout-puissant est responsable du mal ; ou nous sommes libres et responsables, et Dieu n’est pas tout-puissant”.

LIBRES et RESPONSABLES. C’est exactement ce que revendiquent des journalistes, comme ceux de Charlie Hebdo dont les dirigeants comparaissent devant la Justice pour avoir choisi de publier les caricatures de Mahomet qui ont fait hurler certaines organisations musulmanes lors de leur parution dans un journal danois.
• LIBRES de “critiquer et de soumettre au débat démocratique” une religion, quelle qu’elle soit.
• RESPONSABLES pour avoir publié ces caricatures “avec un appareillage critique autour”, c’est-à-dire les commentaires que l’on peut attendre d’un journal auquel on ne peut reprocher de combattre encore et toujours le racisme et l’intégrisme.

Deux caricatures sont visées - ainsi qu’un dessin de Cabu - représentant Mahomet “débordé par des intégristes” et accompagné de cette bulle : “C’est dur d’être aimé par des cons”.

À la suite de cette parution, Charlie Hebdo est donc jugé pour “injures publiques envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une religion” (sic !). Et, face à lui sur le banc des plaignants, une organisation islamiste, présidée par Dalil Boubaker, qu’on entend pourtant plus habituellement sur le thème d’un islam modéré et sur des mots de paix et de liberté.

Le débat porte donc sur la décision du journal de s’en prendre à quelques musulmans - les intégristes - que Mahomet semble rejeter (selon le dessin incriminé) et non à la religion dans ses principes, et encore moins à la foi des musulmans dans leur intimité.

Ce débat fait trembler tous ceux qui sont attachés à la liberté de la presse et, plus largement, la liberté de parole (y compris d’ailleurs dans l’action politique dont certains voudraient en monopoliser les moyens et l’usage, y compris par d’indignes pressions ou autres intimidations). Et encore pour défendre la laïcité dans notre pays qui en a fait un (si joli) principe.

Je ne suis pas journaliste, mais simple citoyen français. Je m’associe pourtant pleinement à la pétition signée par plusieurs organismes, dont le Syndicat National des Journalistes (et Éric Dussart qui a écrit une excellente chronique sur ce sujet), pétition qui dit, entr’autres, que “des démocrates du monde entier, notamment des musulmans, espèrent trouver en Europe, et tout particulièrement en France, un havre laïque où leur parole n’est entravée ni par la dictature, ni par l’intégrisme”.

Soixante quatre ans après Camus, il faut encore, et encore, se battre pour dire que, plus que n’importe quel dieu, y compris Mahomet, c’est la liberté qui doit être et rester toute-puissante.