Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 17 mai 2007

SARKOZY à l'Élysée

9e2655eb7b94ca01fa1430fc898357e2.jpg

Un beau sacre républicain


Il les a bien enfilés ses habits neufs de Président de la République ! Solennel, quand il faut. Recueilli, quand cela s’impose. Ému, avec retenue. Humain, avec un baiser tendre à Cécilia. Grave, mais souriant. Respectueux du protocole… en prenant plaisir à le transgresser. Pour des mini bains de foules comme il les aime. Pour reprendre le pas de "l’homme pressé". Pour jouer du portable dans sa voiture. Un peu lent, pour lui, le pas des chevaux de la Garde ou des marches de la revue des troupes (d’élites) !  

Il a applaudi Chirac à sa sortie de l’Elysée. Comme pour mieux marquer sa différence dans sa première allocution sous les lambris dorés de sa nouvelle résidence. Un vrai programme qui annonce bien des changements. Une rupture avec des "comportements passés".

”Enfants de France”

 
Ce n’était pas le Panthéon... Mais la cérémonie du Bois de Boulogne a pris à la tête, au cœur et aux tripes les plus blasés des citoyens. Merci Max Gallo ! Merci pour cette Marseillaise chantée qui fait se lever les corps. Merci pour cette lettre d’adieu de Guy Môquet qui arrache les larmes. Merci pour ce Chant des Partisans qui, dans ce lieu tranquille du Bois de Boulogne, près de la cascade, est en fait un rappel : construisons une Europe unie, un avenir ”où les bourreaux n’auront plus leur place”

”Enfants de France"… Je pleure et l’applaudis, écrit Daniel Riot. Comme Delanoë, visiblement. Comme tous les Républicains. Et les gros plans du visage du nouveau Président pendant le Chant des Partisans resteront comme des images dignes de l’événement. Du grand Sarkozy. Le nouveau Président a marqué son entrée dans l’Histoire sous le signe d’une Histoire tournée vers l’avenir.

Il est des moments où toutes les polémiques politiciennes, tous les désaccords politiques, toutes les appréhensions (même légitimes)  s’effacent naturellement.  Nicolas Sarkozy a brillement réussi son entrée en fonction.

C’est bien pour la France. Qu’il passe sans transition du ”sacre” parisien à Berlin est une excellente chose pour l’Europe. Que souhaiter de plus en ce jour qui marquera la mémoire collective des Français ?

dimanche, 13 mai 2007

UN APPEL de PERSONNALITÉS de la SOCIÉTÉ CIVILE

POUR LE MOUVEMENT DÉMOCRATE

INDÉPENDANT et RÉNOVATEUR


Le verdict des urnes est sans appel. Félicitations et encouragements au nouveau Président. Sa légitimité est incontestable et, avec respect et esprit de responsabilité, nous souhaitons qu’il puisse réussir pour la France au-delà des impasses dans lesquelles les fausses alternances l’ont placée.

Mais la démocratie ne se réduit pas à une seule élection. La démocratie est un jardin exigeant et chatoyant nécessitant une attention permanente. C’est l’engagement citoyen qui est le ferment du ”Vivre ensemble”.

En même temps, nous nous devons de rester lucides. Les constats sont évidents :

• La forte participation électorale est une marque d’intérêt des citoyens pour la démocratie que l’on se doit de faire vivre et améliorer en permanence, à tous les niveaux.

• La finale ”bipolaire” des Présidentielles qui a opposé une droite ”décomplexée” à une gauche bien ”floue” ne signifie pas que les français ont voulu pérenniser un système qui coupe la France en deux, voire en deux clans. Les chocs idéologiques hérités des siècles passés n’ont plus de fondements rationnels et raisonnables.

•Les volontés de ”rassemblement” ou de ”ralliement” affichées par les uns et les autres sont plus des choix tactiques que de conviction.

• L’attrait pour les idées défendues par François BAYROU est porteur de sens et d’espoir, pour une France nouvelle et une pensée politique nouvelle.

Nous sommes au début d’une ère de restructuration et de clarification sur l'ensemble de l’échiquier politique et nous nous y inscrivons dans la fidélité aux idées de François BAYROU.

Les signataires de ce texte, par conviction, soutiennent l’initiative de François BAYROU de créer un ”Mouvement démocrate” central  ouvert et équilibré. Souhaitées par les Français, la ”social-économie” et la ”démocratie sociale”, au cœur du projet porté par François BAYROU, sont les deux piliers du renouvellement d’une pensée politique adaptée aux impératifs d’aujourd’hui et aux défis de demain.

Il s’agit de remettre l’Homme au cœur de toute action. Pour concilier compétitivité et solidarité et retisser ainsi un tissu social déchiré. Pour qu’une France redevenue fière d’elle-même, sans arrogance, soit désormais le moteur d’une véritable Europe politique.

Voilà pourquoi nous nous engageons, courageusement et honnêtement.

Le meilleur moyen de continuer la ”révolution tranquille et sereine” initiée par François BAYROU, est de rejoindre sans délai le ”Mouvement Démocrate”, au carrefour des héritages authentiquement libéraux, radicaux, gaullistes sociaux, chrétiens-démocrates, sociaux-démocrates, écologistes donc humanistes et personnalistes.

C’est ce que nous ferons ensemble à travers les grandes figures du centrisme du siècle passé, où la tolérance et le respect de la diversité ont toujours prévalu.

vendredi, 11 mai 2007

À CEUX QUI NOUS QUITTENT....

”Dans la vie, quand c'est l'essentiel qui est en jeu et que l'on subit des pressions, au fond, la question est très simple : vous n'avez le choix qu'entre deux attitudes, vous n'avez le choix qu'entre céder ou résister.

"Ma conviction profonde est que c'est plus facile de céder. Mais c'est sans avenir et il est plus juste, plus loyal, plus promoteur, plus important de résister et de montrer ainsi de quel bois l'on est fait, de quel métal, de quelle structure, de quelle charpente l'on est fait”.

(Extrait du discours de François BAYROU le 10 Mai 2007)

mardi, 08 mai 2007

DÉCLARATION de François BAYROU

”La démocratie, ce n'est pas seulement l'affaire des vainqueurs : ceux qui ont gagné et ceux qui n'ont pas gagné sont coresponsables de l'avenir du pays. Toutes les forces politiques vont devoir apprendre à travailler ensemble” (François Bayrou le 6 Mai 2007).

Le "Mouvement Démocrate" prendra toute sa part dans la reconstruction et la rénovation de la vie politique : ”les démocrates seront des rénovateurs et des rassembleurs”.

14:35 Publié dans SOCIÉTÉ | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : UDF, Politique, Bayrou

SITE MOUVEMENT DÉMOCRATE

Le Conseil National de l'UDF se réunit ce Jeudi 10 MAI à PARIS à la Mutualité pour fonder le "MOUVEMENT DÉMOCRATE".

C'est anticiper les décisions de ce Conseil National que déjà envisager les modalités d'adhésion à ce nouveau mouvement.

Toutefois un site Internet du MOUVEMENT DÉMOCRATE est déjà ouvert et qui propose même de pouvoir s'inscrire en ligne.

Ayant reçu de multiples courriels pour demander comment soutenir ce nouveau mouvement, je vous livre simplement cette information. Vous y découvrirez au passage le sigle (définitif ou non ?) de ce mouvement.

01:00 Publié dans SOCIÉTÉ | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : UDF, Politique, Bayrou

lundi, 07 mai 2007

APRÈS LE 6 MAI

Les dés sont jetés. Et le score est sans appel et sans surprise. Celui ”qui voulait le plus la France” l’a gagnée. La machine la plus huilée et la mieux organisée lui a permis de l’emporter. Requiem pour la "Madone". Une belle réussite personnelle préparée depuis longtemps. Chapeau bas !

Bienvenue donc en ”Sarkoland” ? Pas de plaisanterie : la France  a connu d’autres risques. Et le suffrage universel, souverain, impose le respect. A Nicolas SARKOZY de se montrer digne de ses responsabilités et à la hauteur des nombreux défis qu’il a à relever.

Au-delà des faits, on peut déjà observer une certaine jubilation chez les ”sarko-centristes” qui vont tout faire pour brûler celui sans lequel le ”Centre”, même borgne, n’existerait plus depuis 2002. Rien que le sourire de Judas de Gilles DE ROBIEN a de quoi mettre de mauvaise humeur les esprits les plus sereins en cette journée de vote qui est d’abord, pour tous les démocrates, une fête de la démocratie. Et ne parlons pas du duo SANTINI-CHARASSE !

Chez les militants qui restent proches de François BAYROU, il faut attendre de leur part, dès jeudi, avec la fondation du ”Mouvement Démocrate”, détermination, esprit de combat, mobilisation. L’ampleur de la défaite de Mme ROYAL renforce encore la responsabilité d’homme ”central” de François BAYROU, non pas entre mais au-dessus des deux camps.

Mais oui ! François BAYROU n’est-il pas le seul qui ait fait bouger les lignes dans le champ républicain, SARKOZY les ayant fait bouger à la droite extrême ? François BAYROU n’est-il pas le seul qui, avec sa social-économie et sa démocratie sociale, ait rénové la pensée politique pendant cette campagne marquée par une droite ”décomplexée” mais classique et par une gauche bien ”floue” et archaïque ?

Nombre de celles et de ceux qui ont voté pour François BAYROU au premier tour ont bien des raisons de croire  en l’avenir de sa ”révolution tranquille” malgré la désertion des notables soucieux de leur ”soupe”, les tentatives d’OPA sur tout (y compris sur le sigle UDF), les traîtrises en tous genres.

”Ceux qui ont rejoint l’UMP n’étaient pas de vrais UDF” a déjà dit François BAYROU. Ceux qui ont conservé leur étiquette UDF en appelant à voter SARKOZY dès le premier tour, ou en cassant la campagne du même BAYROU de ”l’intérieur”, auraient moins de cas de conscience et se laveraient une âme bien noire en rejoignant aujourd’hui avec clarté l’UMP.

”Un traître, en nous quittant, nous affaiblit bien moins qu’un lâche défenseur”, écrivait Jean RACINE.

Il leur sera beaucoup pardonné.

Les grandes trahisons sont toujours effacées par l’Histoire. Alors, courage, vous les valets du centre excentré, vous les amateurs de potages servis par l’UMP, vous les champions de valeurs proclamées mais oubliées ou plutôt dévoyées ! Il est des moments où la  clarté est un devoir citoyen.


La vie continue. Et les combats politiques aussi. Avec les législatives en ligne de mire.

vendredi, 04 mai 2007

MOUVEMENT DÉMOCRATE

On apprend de l'entourage de François BAYROU la création du MOUVEMENT DÉMOCRATE.

Un Conseil National exceptionnel de l'UDF serait convoqué dès Jeudi 10 Mai à PARIS pour officialiser cette décision.

Le MOUVEMENT DÉMOCRATE présentera ses candidats dans les 577 circonscriptions aux prochaines législatives. Les matériels de campagne seront mis à la disposition des candidats et des miltants dès les prochains jours.

jeudi, 03 mai 2007

L'INUTILE DÉBAT

J'AI VU, J'AI ENTENDU.... ET ALORS ?


Il est des moments où l’on envie les téléspectateurs ”supporters” de l’une ou de l’autre : ils peuvent crier victoire quelque soit leur "champion”, remarque Daniel Riot. Il a raison. D’autant plus que les buts des deux intervenants étaient différents : l’un devait conserver son avance, l’autre devait mener l’offensive… Ce sont évidemment les hésitants, les indécis, les versatiles qui seront  les vrais juges de ce débat... pendant lequel l’importance des affaires européennes et des fonctions spécifiquement régaliennes du ”poste” disputé a été, hélas, trop négligée.

Comme prévu, Sarkozy a fait des efforts sur lui-même : calme, surtout être calme. Afficher du sang-froid. Paraître serein. Juste une pointe, par ci par là, griffes rentrées : "Vous n’avez pas besoin d’être méprisante pour être brillante”.

Des efforts trop poussés peut-être…

Il semblait presque terne, le grand bateleur ! Avec des allures d’écolier devant sa maîtresse d’école. Avec la tête souvent basse. Avec quelques coups portés mal encaissés ! Gentil et poli, Sarkozy, à coup de «Madame” glissés en tout et pour tout … Beau joueur, sinon galant, il a même donné du temps de parole à son "adversaire”.

DOUX COMME UN MOUTON, LE LION


Tout au plus, Sarkozy a su jouer les séducteurs avec sa voix et ses regards. Des regards qui, dommage pour lui, fuyaient souvent les yeux de Ségolène quand il se voulait critique ! Du velours, Sarkozy… "Doux comme un mouton” dit Jean d’Ormesson.

Mais son jeu était moins bon qu’on pouvait l’imaginer : il sonnait même un peu faux, de temps à autre. Il est meilleur d’ordinaire dans ses rôles de composition. Même quand, face à une ”saine colère” de Ségolène, il se fait un petit plaisir en mettant en relief les qualités de… calme qu’exigent les fonctions présidentielles. L'impulsif avait-il abusé de la tisane calmante?   

Comme annoncé aussi, Mme Royal a montré qu’elle n’est pas femme à se laisser marcher sur les pieds. Et à se laisser mener par le bout du nez, surtout pas dans un débat aux enjeux majeurs. Pugnace, ”la Royale”. Mordante, même, comme une louve affamée. Mais je le reconnais : elle a été meilleure que jamais. Meilleure même que je pouvais l’imaginer. Comme quoi, l’être humain a une caractéristique essentielle : sa perfectibilité.

DES PIÈGES ÉVITÉS ET D'AUTRES BIEN TENDUS


Audacieuse, Mme Royal ! Offensive, oui. Maîtresse de l'ordre du jour. Habile même : n’a-t-elle pas piégé son ”partenaire en débats d’idées” sur quelques sujets, sur le nucléaire par exemple, sur la sécurité (mais oui !) ou, surtout, sur la question (imprévue) de l’insertion des handicapés dans les écoles de la République, sujet sur lequel Mr Sarkozy propose des mesures appliquées par Mme Royal quand elle était "sous-ministre" et supprimées par l’UMP… ?

N’a-t-elle pas évité, aussi,  d’être piégée sur le terrain de l’économie et de la croissance (en dépit de quelques manques de précisons chiffrées) ?

N’a-t-elle pas paru, y compris dans son (très inattendu) ”coup de colère”, comme plus déterminée, plus moderne, plus dynamique. Plus crédible, même. Plus fiable. Avec une ”bravitude” qui force le respect (pas seulement celui proclamé à tout bout de phrases par Sarkozy)

En fait, Ségolène a réussi une chose qu’elle aurait dû tenté depuis longtemps : Sarkozy est apparu comme un ”sortant”, avec ce que cela comporte de responsabilité dans le bilan.

Elle a réussi aussi à paraître plus sincère  dans ses engagements et  dans sa défense du type de société qu’elle ”veut” que Sarkozy pour les siens.

Surtout, en dépit de son ”étatisme” persistant, elle a affiché un socialisme moderne, à visage nouveau. En se dégageant de toute contrainte, y compris de ce qu'a pu dire François Hollande. ”Libre”, elle ne s'est ”rien interdit”. Elle a eu raison.

C’est important pour les électeurs qui regrettent les archaïsmes d’un P.S. resté passéiste sur bien des plans.

C’est important aussi dans son rapport de force avec Sarkozy : l’esprit de ”rupture tranquille” de celui qui veut une ”France qui gagne” et qui se veut le ”candidat du mouvement”, est apparu comme l'expression d'un conservatisme bien conformiste, par opposition au caractère novateur de la démarche, des idées (y compris institutionnelles) et de la manière de gouverner de ”Madame Royal”

Il y a là une inversion d'image. Au moins le temps (long) de cette émission.

CE QUI A CHANGÉ POUR MOI


Rien ! À l’UDF, nous n’avons pas l’habitude de donner des consignes de vote (c’est pour çà que j’y suis bien !) : on fait appel à la responsabilité de chacun.

Je respecte celles et ceux - fort minoritaires, apparemment - qui ont appelé à voter Sarkozy. Je respecte de même celles et ceux - plus nombreux (peut-être ?) - qui voteront pour Mme Royal.

Quant à moi, même si cela n’offre qu’un intérêt fort mineur, je veux dire ici que je ne vote pas pour un homme, ni pour une femme, quelques qu’en soient les talents respectifs. Je ne vote pas davantage parce qu’un parti, ou parce que des intérêts partisans m’inciteraient à le faire et incliner pour tel ou telle. Je vote pour des convictions profondes qui sont les miennes. Et rien d'autre.

Ce que j'ai entendu hier soir me confirme dans l'idée qu'il faut une troisième force libre qui ne soit ni de droite ni de gauche.


Mon vote sera donc strictement personnel. Ce sera un vote blanc qui signifie que ce n'est pas dans l'affrontement mais dans le rassemblement que la France se remettra d'aplomb. Car telle est ma conviction.

La parole est aux français. Elle est à la démocratie. La suite à dimanche soir…

samedi, 28 avril 2007

MERCI Mr ROSTROPOVITCH

medium_images.57.jpgL’immense violoncelliste Mstislav ROSTROPOVITCH est décédé.

Je me souviens encore de cette belle et chaude soirée d’été, il y a peu d’années, dans les arènes de NÎMES. Je vois encore Mstislav Rostropovitch y pénétrer, seul, sur l’immense scène sous un faisceau lumineux qui l’accompagnait. Puis, ignorant les acclamations d’un public déjà conquis, s’est calmement assis en plein centre. Un moment de silence, comme pour un nécessaire recueillement.

Je me souviens de cette magie qui a alors envahi ce lieu et les milliers de spectateurs présents d’où nul bruit n’osait ensuite troubler le silence.

Je me souviens de ce Prélude de la Suite n° 1 de Bach dont les notes semblaient monter vers la voûte céleste comme pour l’imprégner mieux encore dans une sorte d’éternité au milieu des étoiles.

Ces arènes, ce personnage simple et porté par cette musique si chaleureuse qu’il faisait émerger de son instrument, cette musique qui touchait au divin....

Ce sont des moments qui restent inoubliables et restent gravés au plus profond de nous.

Oui, je m’en souviens encore.

Merci Mr Rostropovitch.

17:25 Publié dans SOCIÉTÉ | Lien permanent | Commentaires (1)

vendredi, 27 avril 2007

POSITIONS à propos du 2nd Tour

Vous trouverez, à propos du second tour de l'élection présidentielle, la position de François BAYROU, puis ensuite la position d'Yvan LACHAUD, Député UDF du GARD.

Il ne faut voir aucune contradiction entre ces deux positions apparemment opposées : François BAYROU lui-même ayant déclaré ne pas vouloir donner de "consigne de vote" aux 7 millions de françaises et de français qui avaient porté au 1er tour leur choix sur son nom.

Certains d'entre nous feront leur choix quand ils auront écouté et entendu les déclarations et les propositions des deux candidats en lice.

Tous nous nous retrouverons autour de François BAYROU au sein du futur "Parti Démocrate" qui sera une force de contre-pouvoir capable de dire "oui" quand l'action du futur gouvernement ira dans le bon sens et "non" quand elle ira dans le mauvais sens.

18:40 Publié dans SOCIÉTÉ | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : UDF, Politique, Bayrou