Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 28 mars 2016

DROIT DE RÉPONSE

Politique

Je n'ai nulle intention de réveiller ici un épisode depuis longtemps oublié.

Mais, devant certaines affirmations parues récemment dans différents organes de presse et où mon nom a été prononcé, je tiens à préciser que le Maire de Nîmes - Mr Jean-Paul Fournier - ne m'a pas retiré de délégations à titre personnel : les résultats obtenus dans l'exécution de mes délégations n'étaient nullement contestés ni même contestables et avaient toujours reçu son entier soutien. Mais Mr Fournier les a retirées au Président du Groupe UDF que j'étais aussi et que je suis resté durant tout son 1er mandat.

Et ce parce que mon groupe avait unanimement décidé de ne pas participer (Décembre 2003) au vote en Conseil Municipal d'une délibération rejetée précédemment par la Commission des Finances (présidée alors par le 1er adjoint, Mr Yvan Lachaud, lui-même Président aussi de l'UDF du Gard et avec lequel je travaillais en étroite collaboration) et que les informations complémentaires que mon groupe avait ensuite sollicitées officiellement par mon intermédiaire lui avaient été refusées. Mon groupe, en son entier, avait donc décidé de ne pas participer au vote de la délibération présentée mais incomplètement informée selon les règles du CGCT (*). Mais il n'a voté ni contre, ni ne s'est abstenu à son propos : il n'y a donc jamais eu aucune rupture formelle de la majorité municipale de la part de l'UDF (puis du MoDem) sous mon mandat de Président de ce groupe (jusque 2008).

Malgré cet incident de procédure, mes relations personnelles avec Mr Jean-Paul Fournier n'en ont jamais été affectées : elles sont toujours restées mutuellement empruntes de respect et de courtoisie. Et celui-ci, en accord avec moi, m'a ensuite confié de nouveau, peu après, les délégations que je souhaitais remplir et m'a même fait siéger au sein d'autres importantes instances délibératives, y compris régionales.

(*) CGCT : Code Général des Collectivités Territoriales qui, notamment, fixe le droit à l'information de tout élu avant d'avoir à en délibérer et auquel je me suis référé pour justifier la non participation de mon groupe lors du vote de cette délibération litigieuse.

Dont acte.

14:28 Publié dans VIE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique

Les commentaires sont fermés.