Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 août 2014

LA 2ème GIFLE de Mr MONTEBOURG

Curieuse idée : j'ai ce soir une pensée particulière pour l'ex-ministre de l'Économie, Mr Arnaud Montebourg. Non seulement celui-ci a joué au "con" en se croyant tout permis, y compris, lui Ministre de la République, de tourner en dérision le Président de la République lui-même - oh l'insolence ! - qui lui avait confié cependant d'importantes responsabilités.

index.jpgLa gifle - que la majorité des français semble aujourd'hui approuver - n'a pas tardé : il s'est fait virer comme un malpropre dans les heures qui ont suivi sans même avoir le temps de s'en expliquer. Je ne rentrerai pas dans le débat politique qui opposait depuis des lustres ces 2 hommes qui se détestent à l'excès, ni sur l'erreur du Président de nommer un tel électron libre à la tête d'un ministère aussi symbolique que celui de l'Économie. C'était une erreur de casting de plus de Mr Hollande...., comme il en a l'habitude.

Mais, si ce soir j'ai une pensée particulière pour Mr Montebourg, c'est en constatant la 2ème gifle magistrale qui lui a été infligée à nouveau aujourd'hui lors de la nomination de son successeur : Mr Emmanuel MACRON (photo ci-dessus).

On aurait pu croire que Mr Valls, avec la complicité certaine de Mr Hollande, aurait nommé, pour lui succéder, un ministre de transition pour arrondir les angles abrupts qu'avait forgés Mr Montebourg dans ses (difficiles) "relations" avec ses partenaires économiques. Eh non : Mr Valls a passé le siège de Mr Montebourg au plus opposé des membres du P.S., situé à son aile la plus droitière qui soit, ardent défenseur de l'équilibre des finances publiques et de la liberté de jeu des marchés. Un anti-Montebourg pire que celui-ci ne pouvait imaginer pour occuper désormais son fauteuil à Bercy. Un virage à 180° dans la politique de ce ministère...., si on lui en laisse le loisir, évidemment.

Et quand on voit le brillant parcours de cet énarque exposé soudainement en pleine lumière médiatique, quand on sait que celui-ci a fait toutes ses études secondaires chez les jésuites à Amiens (il a même épousé son professeur de français qui enseignait dans cet établissement), quand on sait qu'il a fait partie de la Commission Attali (désignée par Nicolas Sarkozy et dont il fut même le rapporteur !), quand on sait ensuite qu'il a été formé à l'école de la Banque Rothschild où il a mené de brillantes négociations financières qui lui ont rapporté une confortable fortune, je n'ose imaginer la nuit que va passer Mr Montebourg pour préparer le discours d'usage pour accueillir son successeur : un vrai cauchemar ! Dur, dur ! Alors que Mr Montebourg, lui, est désormais au  chômage (il n'est pas député mais simple conseiller général) et en recherche d'emploi dans la magistrature (il était avocat).

images.jpgEnfin, à Bercy, on écoutera aussi d'autres musiques, sur d'autres gammes : Mr Macron a été 3ème prix de piano au Conservatoire d'Amiens. Peut-être la musique y sera-t-elle différente et nous changera des petites phrases assassines qu'on y entendait couramment ?

Sacha Guitry pourrait réécrire une nouvelle version de sa célèbre pièce : "Faisons un rêve". Il est vrai que l'heure où je rédige cette petite réflexion s'y prête.

Bonne nuit à vous tous.

Les commentaires sont fermés.