Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 juillet 2012

NÎMES : LA DRAMATIQUE FERMETURE DU Bd de PRAGUE

mouvement démocrate,bayrou,politiqueQuand le directeur de l’Atria élève le débat pour attirer l’attention des responsables sur l’avenir de son entreprise, c’est parce qu’il sait que le véritable parcours du combattant auquel on soumet désormais sa clientèle pour y accéder aura pour inévitables conséquences de l’en détourner et de l’orienter vers des établissements concurrents, notamment ceux situés en périphérie du centre ville. Et ce n’est pas la présence à deux pas de son établissement des arènes ou des vastes espaces AEF - trop souvent inoccupés - qui inverseront cette tendance.

Plus grave est la situation, outre celle des autres activités économiques autour du Bd de Prague fatalement condamnées à disparaître tôt ou tard, est celle du Courbet dont la dégradation - déjà bien entamée - transformera à terme cette artère en une zone bordée de commerces fermés ou, au mieux, de locaux occupés par des établissements de 3ème ou 4ème catégorie (type de ceux qui bordent déjà Faïta ou le bas du Gambetta) lesquels auront vite saisi l’opportunité de l’effondrement des prix de ces locaux pour les acquérir. Ce n’est pas ce genre d’activités, sur cette artère-clef, qui favorisera le développement des activités touristiques ou culturelles de Nîmes mais dégradera durablement son image de marque. Et le projet immobilier flatteur de Foster sur les Carmes sera très insuffisant pour relever ce vaste niveau général.

Et si, même à terme, d’autres responsables revenaient à la raison en faisant sauter l’absurde bouchon du Bd de Prague qu’on place aujourd’hui, les dégâts sur l’axe Courbet/Carmes seront tels que les traces seront indélébiles et cet axe restera une artère durablement dégradée.

Je ne conteste pas le professionnalisme des concepteurs et paysagers quand ils ont dessiné le projet AEF, mais je conteste leur professionnalisme qui les a conduits à cette décision de couper Nîmes en deux en un point clef, et ignorer les règles élémentaires des flux économiques qui commandent les réflexes des chalands au moment où ils décident de faire un achat. Ces concepteurs et paysagers sont, dans ce domaine, d’une totale incompétence. Incompétence ensuite partagée par des décideurs qui les écoutent aveuglement et se rangent trop facilement à leurs arguments.

Je ne m'étends pas davantage sur le contournement proposé de ce bouchon qui sépare désormais l'Ouest de Nîmes de sa partie Est par le contournement de l'Écusson via les boulevards qui le borde. Là où 50 mètres sont désormais fermés à toute circulation, le contournement obligé entame désormais un parcours de près de 2 kms, au travers de voies déjà très encombrées, et parsemées de ±5 feux, non programmés entr'eux, qui condamnent à d'interminables attentes. Sans parler du bruit et de la pollution d'un tel trafic.

On cherche, mais en vain, la cohérence d'une telle décision.

Les commentaires sont fermés.