Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 mars 2011

À PROPOS DE CHRISTIANISME ET LAÏCITÉ

BILLET du 3 MARS 2011

 

udf,mouvement démocrate,bayrou,politique,débats de société

 

UNE DÉCHRISTIANISATION EN MARCHE ?

Comment expliquer le déclin constaté partout en Europe de la connaissance et de la pratique du christianisme ? Pourquoi cette ignorance des jeunes, comme souvent aussi celle de leurs parents, de l’enseignement du christianisme, et du catholicisme en particulier ?

On utilise à ce propos le mot “déclin” : on use même, maintenant, celui de “déchristianisation”.

Si ce que j’avance ici n’explique pas tout, on ne peut ignorer qu’en moins d’un siècle, le christianisme, qui était une religion surtout européenne, est devenu, très majoritairement, une religion du tiers-monde. On se souvient encore de ce qualificatif de “France, fille aînée de l’Église” qu’on aimait évoquer non sans fierté.

Où est cette France-là, aujourd’hui ? Jean-Paul II avait posé la question voici quelques années avec justesse. Je ne prétends pas y répondre.

Si l’on prend les chiffres actuels des grands pays catholiques dans le monde, en tête on trouve le Brésil, suivi ensuite par le Mexique, puis les Philippines, et enfin les États-Unis. Hors le fait de l’évolution des populations globales, aucun pays européen ne figure plus dans le peloton de tête des pays chrétiens ou catholiques. Le fait est là, massif. Qu’est-ce qui justifie aujourd’hui encore qu’un pape soit, nécessairement, d’origine européenne ? Plus rien : c’est même, presque, un non-sens à le vouloir encore.

Mais si l’on prend référence à ce qui se passe aux USA, le déclin, qui touche aussi bien le catholicisme que les autres religions protestantes, n’a rien de comparable à celui constaté en Europe. Les catholiques représentent aux USA le quart de la population. Et ce malgré les récentes affaires de pédophilie qui n’ont pas affecté sensiblement la pratique religieuse.

Mais, en ce qui concerne le reste du monde, il est spectaculaire de voir d’un côté, en Europe - et spécialement en France - le déclin de la croyance et de la pratique religieuse chrétienne, face à la montée spectaculaire, par ailleurs, de cette croyance et de la pratique sur d’autres continents, notamment en Afrique où le nombre de baptisés croît de façon étonnante, tout comme aussi en Asie : par exemple, en Corée, il y a un siècle, il y avait seulement 2 à 3% de chrétiens ; aujourd’hui, ils sont 30%.

PHÉNOMÈNE DE CISEAUX

Il y a donc un “phénomène de ciseaux” entre le Tiers-Monde, d’un côté, et l’Europe d’un autre.

Le christianisme a, globalement, reculé dans le monde de 30 à 27% de la population mondiale : mais il faut tenir compte, dans ces pourcentages, de la montée exponentielle des non-chrétiens dans certains pays à très forte population, comme l’Inde par exemple.

On considère par contre qu’en France il y a entre 30 à 35% de chrétiens en moins par rapport aux années 50. C’est vrai aussi dans toute l’Europe, sauf dans quelques îlots comme la Pologne. Par contre, chez ceux qui sont encore chrétiens, le rapport à la théologie a majoritairement disparu. On est catholique, mais on a oublié l’essentiel des dogmes et des règles fondamentales de la foi.

LE MOUVEMENT DE

DÉCONSTRUCTION DES VALEURS
 

Si l’on cherche les raisons d’un tel désintérêt (elles sont multiples !), on peut expliquer aussi qu’on a vécu au siècle dernier en Europe - et comme nulle part ailleurs dans le monde -  un véritable mouvement de déconstruction des valeurs traditionnelles.

Par exemple, dans les années 50, il y avait en France 6 millions de paysans : il en reste aujourd’hui moins de 600.000. Ce phénomène social a changé en profondeur le paysage physique et géographique de la France, mais aussi son paysage moral, politique ou religieux. Cette déconstruction des valeurs a frappé partout, aussi bien le Parti Communiste que les syndicats ou les églises : tout ce qui était “traditionnel” et établi en fait comme tel, a été ébranlé en profondeur.

On  était, il y a peu encore, chrétien par habitude : tout le monde, à presque 85%, (sauf, évidemment, les juifs ou les musulmans) allait à la messe le dimanche. On était croyant “par habitude”, on était catholique “par habitude”. Tout cela, même ces habitudes apparemment si bien ancrées, tout ce qui était donc “traditionnel” a, depuis, été remis en cause au fil des années. Et Mai 68 a marqué la quintessence de ce mouvement.

Autre raison aussi de ce désintérêt : nous avons, singulièrement en France, au sein de l’Europe - et Descartes en a été le premier des grands représentants - une culture particulièrement déconstructrice. Lorsque Descartes met, par ses écrits, le doute en exergue, c’est tout ce qui venait de la tradition qui est mis en doute. La religion et ses arguments d’autorité en ont “pris un coup” ! Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que les œuvres de Descartes ont été mises à l’index peu d’années après sa mort.

Les jacobins et les révolutionnaires français de la fin du 18° siècle n’ont guère été, ensuite, que des cartésiens élevés à cette école. Ils ont critiqué tant les héritages que les traditions. Nous étions pourtant alors 3 siècles avant le nôtre ! Le phénomène n’est donc pas nouveau.

L’on constate donc qu’il y a désormais, en Europe, dissociation entre la religion “traditionnelle”, essentiellement la religion chrétienne, voire catholique, agissant comme base sociologique, surtout par son enseignement - enseignement auquel, en profondeur, les populations ne croyaient que peu ou prou, pas plus que les grecs anciens croyaient à leurs mythes - et la “croyance personnelle”. Croyance personnelle entretenue notamment par le biais de courants nouveaux, plus ou moins envahissants, apparentés plus ou moins au protestantisme, beaucoup plus dynamisants que le catholicisme enfermé trop souvent dans des rites immuables. Mais il faut aussi reconnaître que, de ce côté-là, çà commence à changer.

DÉCHRISTIANISATION,

OU RECHRISTIANISATION ?

Quand donc on parle de “déchristianisation”, on peut aussi parler, assez paradoxalement et parallèlement, de “rechristianisation”. Par le biais, notamment, d’autres courants d’inspiration essentiellement “privée”, comme le pentecôtisme par exemple.

Le résultat final est que les valeurs chrétiennes non seulement survivent, mais elles deviennent plus en vogue que jamais. Alors que, paradoxalement, sur le plan théologique comme sur le plan de la pratique, le christianisme continue de décliner, inexorablement.

Mais le fond du message chrétien - particulièrement le message d’amour (écrit d’ailleurs dans le Lévitique 1.500 ans avant JC mais mis en valeur au début de notre ère par le christianisme au point d’en faire une valeur universellement plébiscitée, y compris par les non-croyants) - et cet autre message encore qui affirme que la valeur morale de tout individu ne dépend pas, comme l’affirmait le monde aristocratique, des talents naturels issus des héritages patrimoniaux mais de ce qu’on en fait (cf la parabole des talents dans St Mathieu), c’est-à-dire ce message qui affirme que le plus humble ou le plus déshérité de tous les individus a autant de valeur morale que tout autre, fut-il un génie. Ces messages-là, pour ne citer qu’eux, sont bien d’origine chrétienne : et ils sont devenus aujourd’hui des valeurs républicaines !

L’enseignement de nos anciens instituteurs - si bien narré par Pagnol - celui du “peut mieux faire”, leur message qui préfère un élève peu doué mais travailleur à un élève ayant certaines facilités mais qui ne travaille pas, ce message est en parfaite harmonie avec la morale chrétienne.

Cette morale chrétienne et sa spiritualité sont donc plébiscités dans les écoles de la République et notre société, sans même que les gens le sachent ou en soient conscients.

On peut citer l’exemple de ces nombreux non-croyants qui “bouffent du curé”, plus ou moins par tradition sinon par conviction, mais qui défendent de fait, dans leurs discours, des valeurs authentiquement chrétiennes ! Mais tout en condamnant, non toujours sans raisons, la pratique, la théologie, la papauté, l’Église catholique, les dogmes, Rome, etc.... Autant d’institutions héritées des siècles et marquées par leurs différents courants. Ces institutions, déformées par le temps et l’usage, portent cependant toutes une grande responsabilité dans ce qui s’est passé ensuite. Dont l’implacable dégradation actuelle.

Il faut reconnaître qu’au 19° siècle, l’Église catholique a abandonné le monde des pauvres au profit de celui des puissants, des “traditionnels”, des autorités en place. Conséquence peut-être de la Révolution française ? Il est vrai que cette dernière, en déclenchant le conflit avec l’Église et son clergé, a accentué les réflexes conservateurs les plus primaires. D’où cette déformation de ce siècle post-révolutionnaire.

Mais, au-delà de ces péripéties, ceci ne change en rien que les vérités chrétiennes continuent de courir le monde, sans même que ce monde cherche à savoir d’où elles sont originaires. Un philosophe britannique écrivait récemment que “le monde est plein de vérités chrétiennes devenues folles”.

LA LAÏCISATION DES VALEURS CHRÉTIENNES

Avec la Révolution et la philosophie qui l’a suivie, il y a donc eu une sorte de lente mais profonde laïcisation des valeurs chrétiennes.

Le monde entier vit aujourd’hui - actuellement encore, l’actualité en témoigne chaque jour - la révolution des “Droits de l’Homme”, désormais internationalisée. On ne peut nier que cette révolution-là est bien, philosophiquement, d’origine chrétienne.

Ce qui n’est pas, d’ailleurs, sans poser ici ou là, essentiellement dans les nations musulmanes, quelques problèmes d’adaptation. L’appartenance de cette charte qui prétend être “universelle” et vouloir s’imposer à tous les états et à tous les peuples, de toute culture, cette charte des “Droits de l’Homme” porte trop, à leurs yeux, la marque de son inspiration chrétienne. Et cela freine leur enthousiasme à les mettre en pratique dans leurs lois internes. On accuse même, dans certains pays musulmans, cette charte d’être une nouvelle forme insidieuse.... de "colonialisme" rampant !

Je reviens donc à ce phénomène universel de “laïcisation des valeurs chrétiennes” ? Il n’y a rien de choquant à utiliser ce terme. Pourquoi ?

En revenant sur le fondement même de la laïcité, historiquement, c’est bien le christianisme qui a permis la laïcité : les sociétés démocratiques et laïques, les sociétés républicaines dans lesquelles nous vivons aujourd’hui - et singulièrement en France - sont issues de valeurs fondamentalement chrétiennes. Et, malgré les apparences, celles germées à la Révolution française - qui a vu s’affronter l’Église et la démocratie naissante - c’est bien le christianisme, sur le fond, qui a permis l’émergence de nos actuelles sociétés laïques.

LE FORUM INTÉRIEUR

Comment ? Parce que la religion chrétienne repose sur une sorte de “forum intérieur”. Je vais revenir sur ce terme.

udf,mouvement démocrate,bayrou,politique,débats de sociétéQuand, dans l’épisode de la femme adultère, le Christ dit “la Loi (judaïque alors en vigueur), c’est la lapidation, mais que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre”, il renvoie chaque individu à sa conscience. Il joue l’esprit contre la lettre de la Loi. Et quand on lit l’évangile, notamment celui de Jean, il n’y a aucune juridification de la vie quotidienne. Il y a le "monde de César" et il y a le "monde de Dieu".

Dans le christianisme, aucune règle n'est fixée quant au mode de vie qu’on doit suivre, hors les règles morales de base : il n’y a aucune obligation, ni sur la façon de s’habiller, ni la façon de vivre, ni la manière de prier.

Les préceptes qui ont suivi beaucoup plus tard, comme celle de “devoir” manger, par exemple, du poisson le vendredi, ne sont que des inventions du 19° siècle. Çà n’a rien à voir avec l’Évangile !

L’Évangile des chrétiens marque en effet, en la matière, une très grande différence de conception avec le Talmud ou le Coran. Encore plus avec la charia : IL N'IMPOSE RIEN !

C’est là que se situe ce “forum intérieur” que j’évoquais plus haut : ce “forum” renvoie chaque individu à son intériorité. Et il ouvre grande la porte à la laïcité où aucune contrainte religieuse n’est imposée : moins la religion juridifie en effet la vie quotidienne, plus aisée est le passage à la laïcité. Moins l’on a d’impératifs religieux à respecter dans la vie quotidienne, plus le monde démocratique peut s’épanouir. On renvoie donc la croyance à la simple intériorité de son propre “forum intérieur”.

Et, toujours dans l’Évangile, le Christ théorise cette non juridification des rapports sociaux en faisant la distinction entre “ce qui appartient à César et ce qui appartient à Dieu”. C’était la première formulation, il y 21 siècles de cela, de cette distinction essentielle à l’Occident. Une révolution en soi, bien avant la tempête de 1789 !

À la différence des autres religions, le christianisme n’est donc pas une religion de la lettre mais une religion de l’esprit.

POURQUOI CE RECUL DU CHRISTIANISME ?

Pourquoi donc - dans ce contexte, on peut se le demander - ce recul du christianisme aujourd’hui et que j’évoquais plus haut ?

Simplement, je pense, parce que l’Europe républicaine a absorbé le message chrétien et qu’elle l’a supplanté. Au point d’en oublier son origine historique.

Si l’on se réfère à la parabole des talents, celle qui dit, comme je le rappelais plus haut, que la valeur d’un individu ne dépend pas de ses dons naturels mais de ce qu’il en fait, de la façon qu’il les transforme, celle du “peut mieux faire”, la religion chrétienne est celle qui a aussi mis en valeur le travail. C’est ce qui explique peut-être pourquoi les civilisations chrétiennes ont été celles où le progrès a été le plus rapide à se développer par rapport à d’autres qui sont restées plus stagnantes. Même les moines chrétiens, au travers de leur règle, s’astreignent aussi, quotidiennement et encore aujourd’hui, à  travailler de leurs mains, en plus de la prière et de la méditation qui est la base de leur vie.

Le christianisme, c’est donc la mise en valeur pratique des talents de chacun pour les faire fructifier. C’est la mise en valeur de l’homme dans son élan. La formule canonique du “peut mieux faire”, c’est l’idée de progrès, l’idée de travail, l’idée qu’avec ses propres talents naturels, on peut faire plus, on peut faire mieux.

LA BASE DU PRINCIPE RÉPUBLICAIN

Le christianisme est donc bien, on le constate, un rejet du monde aristocratique, de ses héritages patrimoniaux et sa cohorte de privilèges. Il est bien la base du principe républicain que l’on retrouve, notamment en France, dans sa devise : Liberté, Égalité, Fraternité.

“Liberté”, celle des choix où chacun est libre de décider dans son “forum intérieur” de son comportement personnel, sans que nul, ni nulle religion, ne puissent lui imposer quoique ce soit.
“Égalité”, celle de tous les individus, quels que soit leur origine sociale, dont la seule valeur reconnue est celle de leur travail personnel à vouloir développer leurs propres talents naturels.
“Fraternité”, celle de l’effort collectif pour permettre à chacun d’accéder au progrès, condition de l’épanouissement de tout individu.

La République, ses valeurs, celles des “Droits de l’Homme”, sont donc une continuité de l’héritage chrétien.

Étrange paradoxe, donc, que cette apparence qui voudrait que l’un ne puisse se bâtir que sur les ruines de l’autre.

Il n’en est rien, tout au contraire : l’une, la République, n’est que le prolongement de l’autre, le christianisme.