Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 octobre 2009

LES TICKET-RESTAURANTS EN MAIRIE DE NÎMES

Le Midi Libre de ce 21 Octobre évoque de nouveau, en page 2 de son édition de Nîmes, la question des ticket-restaurants au personnel municipal.

Quoique n’étant plus élu municipal ni en charge du personnel - et que je veuille exercer un droit de réserve absolu sur les décisions prises par la nouvelle équipe et ceux qui ont en charge cette lourde délégation - je dois rappeler que cette question des ticket-restaurants est une très vieille revendication que j’avais déjà en mains pendant les années où j’en avais la délégation (2001-2003).

ticket.jpg Les études que j’avais fait alors entreprendre sur ce sujet m’avaient conduit à être favorable à l’instauration de ces tickets et j’avais alors présenté un projet de mise en place de ce système de rémunération ; lequel, s’il est bien assorti de certains avantages en matière de charges pour l’employeur, a aussi un certain coût financier qui, on le conçoit, peut faire reculer les décideurs financiers dans le cadre d’une gestion purement comptable.

Ma proposition d’instauration avait donc été rejetée pour ce motif.

Mais, au-delà de toute polémique, je maintiens que je reste favorable à cette instauration : si, dans un cadre comptable étroit on peut en effet être porté à rejeter ce système en raison de son coût relatif, j’avais alors considéré qu’il fallait aussi élargir le champ de vision et voir les retombées économiques que ce système aurait sur l’économie nîmoise, et particulièrement sur les métiers de bouche (*). Ce serait pour eux un booster non négligeable : et, comme beaucoup, ils en ont besoin. C’est pourquoi, vu sous cet angle, j’étais favorable à l’instauration de cet avantage salarial.

C’est donc une question de culture et de stratégie économique globale. Mais c’est surtout un choix politique.

Même si je respecte celui en vigueur actuellement, je n’en partage pas pour autant sa vision.

François VAN DE VILLE
Ex-élu municipal de Nîmes en charge du personnel
Ex-Conseiller d'Orientation au Centre National de la Fonction Publique Territoriale


(*) : la Mairie de NÎMES compte plus de 2.000 agents titulaires

Les commentaires sont fermés.