Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 31 mai 2008

LA QUALITÉ ESSENTIELLE DE LA FEMME

920043023.jpgCurieux, mais grave, jugement que celui prononcé à Lille ces derniers jours et qui a décidé de l’annulation d’un mariage sous prétexte que la mariée n’était plus "vierge" le jour de ses noces - ce qu’elle avait soigneusement caché à son promis, on peut la comprendre - et considérant que la virginité d’une mariée était une “qualité essentielle”.

Voilà une bien curieuse interprétation de l’article 180 du Code Civil. Jusqu’à présent, on considérait que l’annulation d’un mariage pouvait se justifier si l’un des conjoints, par exemple, avait caché qu’il était divorcé (ou était encore marié), ou avait menti sur sa nationalité, ou encore était sous curatelle, ou n’était pas apte à entretenir des relations sexuelles normales, etc.... Bref des raisons “essentielles” qui faisaient qu’un mariage était viable ou pas dès le premier jour. Oui, là, un juge était fondé de déclarer nul un mariage.

Mais annuler un mariage parce que la mariée n’était plus vierge le jour de ses noces et l'avait caché, est-ce une raison ? Le marié (d’un certain âge quand même et apparemment bien intégré dans la vie sociale), lui, était-il encore puceau le jour de son mariage ? N'a-t-il jamais menti ? Peut-il en apporter les preuves ? Et si la mariée s’était fait réparer l’hymen (opération très banale pratiquée couramment et sans anesthésie ni hospitalisation), le mensonge aurait-il été différent ? Et pourquoi avoir choisi la voie de l’annulation alors qu’un divorce à l’amiable pouvait être prononcé si les deux parties en étaient d’accord. Que va donc devenir cette femme honteusement répudiée ? Y a-t-on pensé ?

On se croirait revenu au Moyen-Âge où l’on mettait au bûcher les femmes dont on doutait de la moralité des mœurs.
 
On pourrait se poser la question de cette recherche effreinée de la virginité chez la femme dans certaines peuplades ou civilisations. Sans qu'il y ait aucun lien entre ces deux faits, il est paradoxal d'observer qu'un Fourniret ne violait que des jeunes filles vierges avant de les assassiner. Il n'y a en effet aucun rapport, mais on ne peut s'empêcher de se poser la question. Et quand certaines civilisations autorisent ou recommandent aux hommes d'avoir plusieurs épouses ("polygamie"), pourquoi la femme devrait-elle accepter de s'unir à un homme qui, très officiellement, n'en est plus à son premier rapport sexuel avec d'autres femmes.
 
Nous avions jusqu’ici la naïveté de croire que les qualités essentielles d’une épouse était d’être proche et solidaire de son époux, de bien élever ses enfants et leur donner la meilleure éducation possible, et aussi tenir correctement sa maison pour en faire un lieu de vie agréable pour toute la famille. Mais nous étions naïfs et nous ne nous doutions pas que des mœurs archaïques issues d’un autre âge, entretenues par des intégrismes religieux primitifs, puérils et arriérés, allaient bouleverser ces valeurs-là.

Ce jugement de Lille est une grave remise en cause de la laïcité et du droit de la femme. C’est encore une remise en cause du droit de chacun de disposer de son corps. C’est un pas en arrière et à contresens des droits de l’homme (et de la femme) inscrits dans notre Constitution.
 
Il est devenu urgent de remettre à leur vraie place les prétentions de certains de donner le pas à des préceptes religieux sur les Lois de la République. Aujourd’hui, ces Lois ont été dévoyées.

Ce juge lillois a déshonoré la Justice, quoiqu’en dise Mme Dati. On ne peut se désintéresser d’une question d’une telle importance. C'est une vraie priorité pour notre société.

Commentaires

C'est encore du grand n'importe quoi cette histoire ! Totalement loufoque !

Écrit par : Thierry GIRAUD | samedi, 31 mai 2008

Les commentaires sont fermés.