Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 19 mars 2008

300.000

300.000 !

772533361.2.jpg

 

Ce site personnel a dépassé, au cours des tout derniers jours, le cap des 300.000 visiteurs, et ce après seulement 25 mois d'existence, et sans tapage ni publicité. Il est maintenant lu dans 90 pays du monde entier.

Pourquoi tairais-je mon plaisir et ma fierté de ce qui n'a jamais été, pour moi, un objectif que je me serais fixé à un moment quelconque ?

Je remercie de nouveau ici tant d'amis qui me font l'honneur de leurs visites assidues et ne manquent pas d'enrichir ce site de leurs commentaires.

François VAN DE VILLE 

Commentaires

Monsieur Van de Ville,
Non ! Pas vous !
Comment pouvez vous écrire de telles choses
? Où bien y a t il un second degré dans vos phrases, si subtil que je ne l'assimile pas. La seule chose que je ressens, c'est : Gloups !
Je suis effectivement d'accord que l'épisode des municipales a été plus que mal préparé, administré, vécu... Ces accords de part et d'autre n'ont fait, une fois de plus, que jeter le trouble chez nos partisans. Je ne comprends d'ailleurs toujours pas pourquoi un tel manque d'intégrité dans ces démarches. On voit bien ici l'appât du petit pouvoir local d'adjoint ou de conseiller ... C'est un constat déplorable auquel notre leader (s'il l'est toujours) n'a pas su palier. Mais il ne faut pas sur lui seul jeter la pierre. Avec vos 300.000 visites, comment se fait-il qu'à l'échelle de notre simple département, il n'y ai pas eu plus de cohésion, de force, de rigueur ??? Cet outil formidable, dont l'ex fier UDF et ce bien orange pâle MODEM ont su très bien se servir, n'aura été qu'un coup de peinture sur un banc rouillé ...
__________________________________________________
RÉPONSE :
Il y a eu manque évident de visibilité dans la stratégie nationale du MoDem vis-à-vis de l'opinion. Ici, on acceptait de pactiser avec l'UMP contre un P.S., là on pactisait avec le P.S. contre un UMP, et ailleurs on refusait de pactiser ni avec l'un ni avec l'autre sans motifs clairement définis. Il fallait choisir ou de pactiser partout ou ne ne pas pactiser du tout et nulle part avec qui que ce soit. Mais, hélas, on a fait tout et n'importe quoi. On constate aujourd'hui le résultat....
Rassurez-vous : notre leader s'appelle bien François Bayrou et son objectif d'indépendance est celui qu'il nous faut suivre. Mais de quelle indépendance parlons-nous aujourd'hui quand on voit ce meli-melo d'alliances en tous sens ? L'indépendance ce n'est pas çà.
Le chemin devant nous est fort long et parsemé d'embuches. Mais il nous faut continuer à creuser un sillon bien rectiligne et non plus en zig-zag.

Écrit par : Renald FRAISSE | mercredi, 19 mars 2008

Les commentaires sont fermés.