Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 31 octobre 2007

À PROPOS D'UNE RÉVOLUTION

BILLET du 1er NOVEMBRE 2007


ab52911475bf8d61290b6582d2ba0158.jpg

Depuis le temps qu’on attendait ce moment. Ce moment où enfin nos dirigeants consentiraient à entendre les appels de détresse venus de toutes parts à propos du devenir de notre planète et des espèces qui en vivent. Pourquoi aujourd’hui ne goûterions-nous pas notre plaisir ?

RÉVOLUTION ou ESBROUFE ?

Et, cependant, en écoutant l’allocution de clôture - très médiatisée - de ce “Grenelle” par notre Président, on peut se poser la question : révolution ? Ou esbroufe ? Et se poser cette double question, c’est déjà y répondre : il y a un peu des deux dans cette nouvelle démarche.

Révolution, parce qu’il y a une prise de conscience chez les participants, mais aussi chez tous les français, que le modèle de développement sur lequel nous avons vécu depuis des décennies n’est plus prolongeable indéfiniment. Indépendamment de l’écologie, du réchauffement de la planète, etc...., c’est une prise de conscience qu'on ne peut pas en faire bénéficier le monde entier - c'est-à-dire des milliards d’êtres humains - comme en ont bénéficié quelques centaines de millions (seulement) du monde industriel, à partir du XIXème siècle. Autrement dit, le gaspillage à l’échelle de la planète est désormais quelque chose d’impensable car devenu insupportable.

Lire la suite

mardi, 23 octobre 2007

DU SENS DES MOTS

784d79ac07fd39a3c67b254af340b6c9.jpg

Les mots ne sont jamais innocents. Chacun se souvient du “détail de l’Histoire” lancé un jour par Mr LE PEN au sujet des chambres à gaz. L’odieux du terme employé à ce propos a soulevé un tollé unanime. Tollé parfaitement justifié.

Depuis, il nous faut observer que le vocabulaire politique s’est singulièrement enrichi. On a entendu dans la bouche de Mr SARKOZY le mot “racaille” pour désigner les petits malfrats qui perturbent les cités et nos banlieues. Même si cela n’avait rien de comparable à côte du “détail” de Mr LE PEN, il faut admettre que c’était quand même un peu “limite” : des populations entières issues de ces cités se sont senties brimées.

On a aussi entendu dans la bouche de Mr DEVEDJAN, le mot “salope” pour désigner une élue de la région Rhône-Alpes. C’était parfaitement scandaleux, surtout quand s’adressant à une femme qui n’a en rien démérité au cours des mandats importants dont elle a assumé la charge. C’était une goujaterie immonde.

Lire la suite

dimanche, 07 octobre 2007

À PROPOS D'UNE DESTINÉE

BILLET du 7 OCTOBRE 2007


0d4bce4a2f8bb3e29a1a7d6cd16e5b83.jpg

La question est souvent posée : entre une droite solidement installée et sans complexes, et une gauche idéologiquement perdue et politiquement affaiblie, y a-t-il encore une place pour le centre de François Bayrou ? Et celui-ci n’est-il pas devenu aujourd’hui le premier opposant ?

Je crois qu’on se trompe profondément quand on imagine que François Bayrou est “dans les choux”. Évidemment, il a été, ces derniers mois, à la fois trahi et réduit considérablement : • trahi par ceux qui ont choisi d’aller dans le gouvernement et qui l’ont laissé tomber après avoir défendu sa position pendant des années (il y a encore des judas au 21° siècle, même, surtout et y compris, en politique) • réduit parce qu’il n’a plus que trois ou quatre députés là où il en avait près d’une trentaine.

DANS L'OPPOSITION MALGRÉ LUI

Mais, en dépit de ces apparences, il ne faut pas se tromper : le fait qu’il n’ait pas, en ce moment, un pouvoir politique fort n’empêche en rien le fait qu’il développe un discours d’opposition - même s’il ne revendique pas être dans l’opposition - face à Nicolas Sarkozy et le gouvernement actuel, discours qui a toutes les chances d’être extrêmement efficace.

Lire la suite

mercredi, 03 octobre 2007

À PROPOS de l'ÉQUITÉ SOCIALE

BILLET du 3 OCTOBRE 2007


0fc2bce3028efedaf2e6324d253059a7.jpg

Ceux qui me lisent régulièrement savent que je suis, depuis longtemps, clairement favorable à la réforme des régimes spéciaux. Je l’étais déjà en 1995 lors de la réforme proposée par Mr Juppé sur la Sécurité Sociale. J’ai aujourd’hui moins de raisons que jamais de changer d’avis : ces régimes sont une survivance devenue plus qu’anormale de privilèges accordés en d’autres temps, en d’autres circonstances et pour d’autres raisons : ils n’ont plus lieu d’être aujourd’hui.

Mais.... Même si le terme “privilège” que j’utilise ici peut paraître à certains un peu provocateur, surtout quand il s’applique à des cheminots, des gaziers, des agents de la fonction publique, nos députés, ou encore les clercs de notaire. Avant de les stigmatiser comme des "privilégiés", je pense que Mr Sarkozy ferait bien de tenir toutes ses promesses en même temps.

Les STOCK-OPTIONS = 4 milliards

Le hasard veut en effet qu’au moment où on évoque ce sujet, est publié le nouveau rapport de la Cour des Comptes présenté par Mr Seguin. Et celui-ci nous révèle que les “stock-options”, parce qu’ils ne sont pas assujettis à contributions sociales, coûtent à la Sécurité Sociale 4 milliards d’€. Quand on sait que le déficit de la Sécurité Sociale s’élève à 15 ou 16 M€, cette exonération de contributions représente donc le quart de ce déficit.

Lire la suite