Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 juin 2007

ET LA CONSTITUTION ?

b16c601d17f5388c52ebf5aa8b3b2aa6.jpgNous sommes en train de changer de République. Et ce sans modifier la Constitution.

Pour ceux qui suivent ici même mes billets, on se souvient que je m’étais déjà élevé contre la pratique de la Constitution quand on avait entendu de la bouche de Mr Chirac un ”J’ordonne, il exécute” s’adressant alors à un Ministre de son gouvernement : Mr Nicolas Sarkozy.

Aujourd’hui celui-ci dit et redit : ”Je suis un gouvernement qui gouverne” en jetant à son tour par-dessus les moulins les articles 5 & 20 de la Constitution et en appelant les électeurs à aller voter pour le plébisciter - c’est le seul mot qui convient ! - et non pour avoir des représentants du peuple à l’Assemblée Nationale.

Pauvre Constitution de nouveau bafouée quand un Premier Ministre est ainsi ramené au rang de simple Directeur de Cabinet alors qu’il est sensé, aux termes de la Constitution, ”déterminer et conduire la politique de la Nation”, alors que le Président, lui, doit ”veiller au respect des institutions, assurer, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État, être le garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité du territoire et du respect des traités”. Deux rôles distincts mais essentiels et aujourd’hui ignorés car confondus.

Le ”Président de tous les Français ?” Non : plutôt un Président en campagne permanente pour les Législatives et, déjà, pour les Présidentielles de 2012.

”Une présidence à l’américaine”  osent dire de bons esprits qui se prétendent même politologues. C’est oublier (entre autres) le poids, aux USA, du Congrès et des États. Poids qui n’existe pas dans l’usage actuel de notre démocratie.

VERS UNE PRÉSIDENCE À LA RUSSE....

Soyons un peu sérieux. La démocratie, ce n’est pas seulement le pouvoir de la majorité, c’est aussi le respect et la représentativité des oppositions. Nous sommes plutôt dans un système présidentiel à la russe.  En tous cas, nous sommes dans un système unique en son genre dans les démocraties pluralistes. Avec un règne oligarchique et monarchique qui se réclame.... de la République !

Peut-être faudrait-il créer un Ministère de l’identité républicaine suggère l’éditorialiste Daniel Riot ? Cela supposerait un monarque éclairé, et pas seulement sous les sunlights. Un Roi confronté à un vrai Parlement, celui-ci doté de vrais pouvoirs et non servi par une assemblée de courtisans enrégimentés. Un monarque qui sache, comme disait Tacite, que ”la plus vile espèce d’ennemis, ce sont les louangeurs” et que ”le désir de dominer est une passion dévorante qui étouffe tout”. Un Roi qui se souvienne qu'une majorité trop forte devient vite non maîtrisable et qu'un peuple qui se sent mal représenté finit par se révolter.

Enfin, inutile de se prendre la tête : rien de tragique en vue pour l'instant.

L’état de grâce aussi est d’origine monarchique. Comme la concentration des pouvoirs, judiciaires compris (ce qui est une insulte à Montesquieu). Et c’est un fait historique et sociologique qui fait des ravages de temps à autre en notre bonne et belle France : ”on” s’en veut toujours d’avoir coupé la tête du Roi Louis XVI. L’une des vraies ”exceptions” françaises vient de là.

Qui parlait récemment de ”Tiers-État” ? Ah oui : c’est Bayrou. Prémonitoire ?  Attendons la suite.

”Tout ce qu’on ne connaît pas parait magnifique”, constatait encore Tacite. Il n’est toujours pas interdit de rêver, tant que le rêve peut encore trouver place.

Alors, dépêchons-nous de rêver. Quand il en est encore temps !

Les commentaires sont fermés.