Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 24 mai 2007

HISTOIRE DE FRIC

dec0b5565282b564f79153a4318675ab.jpgFrance 3 en a fait un reportage dans le 19-20 avec une image de Morin, pâle et livide mais silencieux, qui inspire plus de pitié qu’autre chose. Le Canard enchaîné s’en est fait aussi l’écho : voici que le chef du ”commando Ravaillac”, Ministre de la Défense, est passé à l’attaque. Il a mis toute sa famille et ses collaborateurs en ordre de bataille pour les Législatives. 

Non seulement François Bayrou a été lâché et trahi par Morin qui est allé au rata, mais le Ministre de la Défense s’illustre en donnant une bien vilaine image de ce que peut être un ”centriste” qui se lâche. On savait depuis longtemps que le pouvoir rend fou, mais à ce point ! Et aussi vite !

Hervé Morin ”aurait” donc quitté Bayrou ”dans les larmes et dans la douleur ?” Mais il s’est aussitôt auto-proclamé général en chef des ”flingueurs” de Bayrou, du ”commando Ravaillac” qui, sur ordre sarkozyen donné devant tous les responsables UMP, a été chargé de ”kärcheriser définitivement” l’homme de la ”troisième chaise”, de la ”nouvelle voie”.

MÊME LE CHAUFFEUR !

Et pour cela tous les moyens sont bons. Y compris celui de recruter des ”soldats de l’ombre” et des ”soldats fantômes” pour les Législatives. Il a dû faire vite pour mettre sur pieds un (provisoire) ”PSLE” et avoir des candidats dans plus de 50 circonscriptions pour bénéficier des subsides d’État et en priver Bayrou, son ancienne idole qu’il brûle désormais au lance-flammes. L’UMP lui a donné un coup de main (histoire de le noyauter un peu plus). Mais Morin a du mobiliser toute sa famille avec un sens aigu du sacrifice : tout le monde y est passé, de l’épouse, du frère, du cousin, d’amis jusqu’aux collaborateurs les plus proches ou les plus obscurs, le webmaster, les porte-serviettes, etc..... Même le chauffeur y est allé de sa candidature ! Et on les retrouve inscrits dans l’Ariège, la Creuse, le Lot, les Pyrénées Atlantiques (tiens, chez Bayrou !), du Nord au sud en passant par la Normandie, bien sûr !

On comprend la réaction d’Éric Azière, chargé des élections et des fédérations à l'UDF Mouvement Démocrate (MoDem), qui brocarde à juste titre  ”l'armée de figurants” du PSLE.

Et tout ce charivari parce que les règles du financement public des partis a établi que chaque voix recueillie au premier tour des législatives vaut au moins 1,66 € par an pendant 5 ans (ce montant, valable pour la législature précédente, doit être réévalué), mais à condition toutefois de passer la barre des 1% dans 50 circonscriptions.

Ah, encore une histoire de fric ! Quand çà vous colle à la peau....

Commentaires

Pas fameux, en effet, cette histoire-là... Cela ne va pas favoriser les réconciliations...

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 24 mai 2007

Je souhaite souligner l'admirable dignité dont a fait preuve François Bayrou lors du meeting, hier.

Quelle que soit sa douleur ou sa déception de voir des "amis" le quitter, et qui se lisait sur son visage, il n'a pas laissé la salle les siffler, la tançant même lorsqu'elle a été démonstrative dans son légitime sentiment de rejet: "soyez gentils", "ne restons pas dans l'éruptif". Il a été capable de dépasser sa peine personnelle pour lancer le Modem non sur le terrain du réglement de compte, de la vengeance, mais sur celui de l'espoir, de la grandeur, et du rassemblement.

Merci à lui d'apaiser les tensions et de remettre de la réflexion, de la pensée, dans la politique bien souvent cantonnée au spectacle des sentiments exacerbés.

Écrit par : Clémence LACOUR | vendredi, 25 mai 2007

Les commentaires sont fermés.