Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 mai 2007

APRÈS LE 6 MAI

Les dés sont jetés. Et le score est sans appel et sans surprise. Celui ”qui voulait le plus la France” l’a gagnée. La machine la plus huilée et la mieux organisée lui a permis de l’emporter. Requiem pour la "Madone". Une belle réussite personnelle préparée depuis longtemps. Chapeau bas !

Bienvenue donc en ”Sarkoland” ? Pas de plaisanterie : la France  a connu d’autres risques. Et le suffrage universel, souverain, impose le respect. A Nicolas SARKOZY de se montrer digne de ses responsabilités et à la hauteur des nombreux défis qu’il a à relever.

Au-delà des faits, on peut déjà observer une certaine jubilation chez les ”sarko-centristes” qui vont tout faire pour brûler celui sans lequel le ”Centre”, même borgne, n’existerait plus depuis 2002. Rien que le sourire de Judas de Gilles DE ROBIEN a de quoi mettre de mauvaise humeur les esprits les plus sereins en cette journée de vote qui est d’abord, pour tous les démocrates, une fête de la démocratie. Et ne parlons pas du duo SANTINI-CHARASSE !

Chez les militants qui restent proches de François BAYROU, il faut attendre de leur part, dès jeudi, avec la fondation du ”Mouvement Démocrate”, détermination, esprit de combat, mobilisation. L’ampleur de la défaite de Mme ROYAL renforce encore la responsabilité d’homme ”central” de François BAYROU, non pas entre mais au-dessus des deux camps.

Mais oui ! François BAYROU n’est-il pas le seul qui ait fait bouger les lignes dans le champ républicain, SARKOZY les ayant fait bouger à la droite extrême ? François BAYROU n’est-il pas le seul qui, avec sa social-économie et sa démocratie sociale, ait rénové la pensée politique pendant cette campagne marquée par une droite ”décomplexée” mais classique et par une gauche bien ”floue” et archaïque ?

Nombre de celles et de ceux qui ont voté pour François BAYROU au premier tour ont bien des raisons de croire  en l’avenir de sa ”révolution tranquille” malgré la désertion des notables soucieux de leur ”soupe”, les tentatives d’OPA sur tout (y compris sur le sigle UDF), les traîtrises en tous genres.

”Ceux qui ont rejoint l’UMP n’étaient pas de vrais UDF” a déjà dit François BAYROU. Ceux qui ont conservé leur étiquette UDF en appelant à voter SARKOZY dès le premier tour, ou en cassant la campagne du même BAYROU de ”l’intérieur”, auraient moins de cas de conscience et se laveraient une âme bien noire en rejoignant aujourd’hui avec clarté l’UMP.

”Un traître, en nous quittant, nous affaiblit bien moins qu’un lâche défenseur”, écrivait Jean RACINE.

Il leur sera beaucoup pardonné.

Les grandes trahisons sont toujours effacées par l’Histoire. Alors, courage, vous les valets du centre excentré, vous les amateurs de potages servis par l’UMP, vous les champions de valeurs proclamées mais oubliées ou plutôt dévoyées ! Il est des moments où la  clarté est un devoir citoyen.


La vie continue. Et les combats politiques aussi. Avec les législatives en ligne de mire.

Commentaires

Nous attendons avec impatience la naissance officielle du mouvement démocrate... Nous travaillerons pour qu'il grandisse dans la droite ligne tracée par François Bayrou, de toutes nos forces...

Ce parti, à la différence des autres, ne devra pas mettre de distance entre les élus et le peuple, il doit être dans le peuple, il sera porté par lui et grandira avec lui....

Écrit par : Ghislaine CHARIGNON | lundi, 07 mai 2007

Gueule de bois...

Ce matin le réveil est difficile comme la soirée l'a été. Le jus d'orange semble évidemment moins sucré au petit déjeuner, et ce ne sont pas les interventions de nos élus qui ont pu nous rassurer.

Alors au risque de me répéter, je dis et redis que ceux qui se sentent bien dans la majorité présidentielle doivent y rester et l'assumer. Ce n'est pas un crime, même si cela ne nous fait pas plaisir et ne nous facilite pas la tâche sur le terrain.

En fait, heureusement qu'il y a eu l'intervention de François Bayrou pour nous rassurer, surtout après celle de Cavada que je n'ai pas senti bien déterminé dans ses convictions. Il n'est pas le seul malheureusement.

Donc, si j'ai bien compris, François Bayrou, nous devons voter ou approuver ce qui va dans le bon sens et ne pas voter ou désapprouver ce qui n'y va pas. Cela me paraît constructif et raisonnable.

Cela me permet aussi de dire que nous ne sommes pas, ou plus du tout, dans la majorité présidentielle.
Pourquoi ? Tout simplement parce que si l'on se revendique de la majorité présidentielle on vote toujours ou on approuve toujours les textes proposés par la dite majorité présidentielle. Dans le cas contraire on est dans l'opposition.

Je sais, beaucoup vont penser que je suis naïf, mais rassurez-vous je ne le suis pas. Cela étant, c'est à ce prix qu'on acquiert la confiance des électeurs. Il ne faut jamais dévier de sa ligne de conduite, surtout pour des considérations électoralistes, car c'est toujours comme cela que l'on suscite les plus grandes déceptions.

Rappelons-nous quand même, sans faire de raccourci, que l'on peut gagner des élections sans renier ses principes, ni perdre son âme. Rappelons-nous que l'on peut gouverner, faire des réformes sans faire dans la démagogie. Rappelons-nous enfin, que c'est le seul moyen de laisser son pays en bon état quand vient l'heure de quitter le pouvoir. Voir l'action menée par Raymond Barre entre 1976 et 1981.

Je m'arrête sur ce rappel qui appartient déjà à l'histoire, mais qui est tellement réconfortant si nous arrivons à être assez nombreux pour suivre la ligne tracée par François Bayrou. Celle-ci me paraît la seule qui soit légitime et ce n'est pas le spectacle offert par le PS depuis hier soir, malgré un score honorable de sa candidate, qui me fera changer d'attitude.

Michel ESCATAFAL

Écrit par : Michel ESCATAFAL | lundi, 07 mai 2007

Quel dommage de constater qu'à l'heure où François Bayrou et les électeurs qui lui ont fait confiance sont sur le point de parvenir à créer une alternative à l'affrontement manichéen droite/gauche,une majorité de députés de l'UDF a décidé de se contenter de l'obole octroyée par l'UMP.

Cela ne facilitera pas la tâche du nouveau mouvement, vu la proximité des prochaines échéances électorales. Mais au moins la situation est claire.

Ces députés renégats, entrés dans la vie politique depuis plusieurs décennies le plus souvent, sont imprégnés de la logique d'affrontement entre idéologies monolithiques. Or cette logique bipolaire ne sera pas celle du futur Mouvement Démocrate. Au sein du nouveau parti,ils auraient sans doute freiné la démarche de François Bayrou. Je pense que les électeurs de ce dernier n'ont pas regretté le départ de monsieur Douste-Blazy et ses acolytes, ils ne regretteront pas ceux qui ne vont pas manquer de se rallier à l'UMP dans les jours prochains. Quand un membre est gangrèné...

Écrit par : Karl DECAUX | lundi, 07 mai 2007

C'est clair, vivement que les fondations soient posées pour que le mouvement démocrate se mette en marche.

Michel, je pense pour ma part que nous ne serons pas dans l'opposition... tout comme nous ne serons pas dans la majorité présidentielle... Nous devons être au dessus des camps pour garder l'âme de ce qui s'est passé pendant la présidentielle. Nous devrons voter le budget s'il est bon, dans le cas contraire, s'il doit être amélioré, on s'abstiendra. S'il est déraisonnable, on votera contre....

En gros, nous serons libres de notre jugement, indépendants. C'est l'une des lignes de conduite que nous devrons maintenant respecter et défendre.

nb: c'est vrai que le jus d'orange de ce matin manquait de douceur ;-)

Écrit par : Vincent BONNAL | lundi, 07 mai 2007

Je me permets d'intervenir sur ce blog,

Futur adhérant du Mouvement Démocrate et dans l'attente d'une vraie fondation d'un mouvement Social-Démocrate dans ce pays ; j'ai la crainte, et peut être la certitude, de la mise en marche d'une machine à "casser" le centre par l'UMP et les UDF "umpéisés" depuis bien longtemps.

La dilution du socle éléctoral de François BAYROU dans le système "majoritaire à deux tours" ne fera qu'aider à cette funeste entreprise.

Il nous faudra une vigilence de tous les instants...

Écrit par : Jean-Christophe PRANDINI | mardi, 08 mai 2007

Les commentaires sont fermés.