Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 avril 2007

Les CONSÉQUENCES d'un SCRUTIN

Les français se sont massivement exprimé ce dimanche 22 Avril en étant près de 85% à se déplacer aux urnes pour désigner celles et ceux de leurs candidats aux élections présidentielles.

C’est une victoire inespérée de la démocratie qui atteint, avec un tel taux de participation, un record inégalé depuis plus de 30 ans. On ne peut que s’en réjouir.

Ceci démontre que les français ont parfaitement entendu le message de celles ou de ceux des candidats qui leur disaient que le sort de notre nation se jouait par ce scrutin tant la situation de la France est grave et qu’il fallait casser le système en place.

C’est ainsi que François BAYROU a triplé son score de la précédente élection. Avec près de 19% des voix, il a mis fin au bipartisme dominant et créé au centre une force irréversible, une troisième force qui rassemblera dans un grand mouvement ceux des français qui ne se retrouvent pas plus dans les discours élimés de la droite que ceux de la gauche archaïque.

Chacun a surtout retenu l’effondrement du Front National de Mr Le Pen : il est vrai que la droitisation à outrance de Mr Sarkozy a laissé le candidat du Front National quasiment tout nu, une grande partie de son électoral ayant retrouvé dans le discours de Mr Sarkozy une grande part des thèmes favoris de leur ancien leader. Ce que nous n’avons cessé de dénoncer ici : ce scrutin nous a donné largement raison.

Demain, que ce soit avec Mme Royal ou avec Mr Sarkozy, la question est de savoir avec quelle majorité ils pourront gouverner.

Mme Royal n’a pas grand’monde sur sa gauche, cette dernière étant totalement laminée, notamment avec un Parti Communiste à son étiage historiquement le plus bas (±2%), ce qui sonne le glas d’un mouvement qui a tant marqué notre histoire pendant des décennies. Idem pour les Verts : ce que je prévoyais déjà ici même il y a peu.

Mr Sarkozy a peu de chance de voir se rallier à lui Mr Le Pen, pas plus que Mr De Villiers (à moins qu'on ne propose à ce dernier quelques députés pour pouvoir exister). Et quant aux chances de rallier à lui l’UDF, il lui faudrait pour cela entreprendre un virage considérable vers le centre et le programme socio-économique auquel l’UDF reste attachée. On ne peut imaginer que les électeurs de l’UDF vont se rallier massivement sous la bannière de Mr Sarkozy avec son actuel programme qui reste un véritable épouvantail pour notre démocratie, même si le discours peut parfois être (fort trompeusement) séducteur.

Les 15 prochains jours qui nous séparent du second tour vont être décisifs. Chacun va devoir se déterminer face à deux projets de société qui, en l’état actuel, sont aussi détestables l’un que l’autre.

Les français ont donné au centre de François BAYROU les moyens d’être la clef d’une possible réponse à ces interrogations essentielles qui engagent l’avenir de la France. Les deux candidats du second tour ne pourront pas l’ignorer.

Commentaires

Bonne synthèse... comme je n'ai pas le courage de me lancer dans l'analyse ce matin je reprend à mon compte la tienne. Bayrou détient les clefs de ce 2è tour... aucun des 2 candidats ne peut gagner sans le centre. Bayrou a rassemblé 7 millions de français nous attendons avec impatience qu'il nous dise ce qu'il compte faire avec cette force que nous représentons... assez rapidement et avec clarté, allant jusqu'au bout de cette logique que nous avons largement approuvée...

Écrit par : Farid TAHA (Dr) | lundi, 23 avril 2007

Pour ma part, je remercie tous les acteurs qui ont fait que FB est arrivé à ce niveau, mettant l'UDF dans une position forte pour l'avenir.

Cependant, je n'attends pas de consigne de vote. J'espère sincèrement que l'échéance de la députation ne va pas baffouer la position tenue jusqu'ici et que FB ne penchera pas pour un clan ou pour un autre. Qu'il garde son indépendance, c'est ce qui fait sa force. C'est à chaque électeur de se responsabiliser et de décider, sans subir d'influence, pour qui il va voter au second tour. C'est comme ça que je conçois le centre: libre.

Écrit par : Vincent | lundi, 23 avril 2007

Curieux pays où celui qui était donné favori du second tour contre les 2 qualifiés est appelé au rôle d'arbitre...
J'attends que François Bayrou laisse la liberté de choix à ses électeurs.
Les personnes très proches qui ont collaboré avec Mme Royal (plutôt contre d'ailleurs) nous ont donné leur jugement sur sa versatilité et son incompétence. A nous électeurs de faire le nôtre.

Écrit par : RODRIGUEZ | mardi, 24 avril 2007

A mon tour de préciser la position d'un militant de base qui ne veut surtout pas que tout ce qui a été fait depuis quelques mois n'ait servi à rien ou si peu.

Aujourd'hui nous appartenons à une famille politique qui existe réellement par elle-même et qui a fait la preuve sur le terrain qu'elle commençait à s'enraciner dans la vie de nos compatriotes. C'est la raison pour laquelle j'ai beaucoup apprécié la réaction de François Bayrou dimanche soir, qui a confirmé que nous pouvions compter sur lui pour garder et amplifier le socle sur lequel notre formation politique est assise.

C'est d'ailleurs le discours attendu par nombre de militants et d'électeurs qui ne souhaitent pas un ralliement pour l'un ou l'autre des 2 candidats. Il paraît impensable en effet que nous soutenions un candidat qui s'est clairement placé sur la droite de la droite de l'échiquier politique pour récupérer les voix du FN. Pauvre Mme Veil : qu'attend elle de Mr Sarkozy? Je ne cite qu'elle, tellement les autres UDF ralliés sont insignifiants et pathétiques, au même titre que Besson autre traître à qui la devise " plutôt mourir que se déshonorer" est à mille lieues de son petit esprit.

En ce qui concerne la candidate socialiste, le contexte est un peu différent : il est évidemment surréaliste d'envisager un rapprochement sur la base d'une union de la gauche reconstituée avec Mme Buffet, du haut de ses 1,8% des voix, comme gardien du temple. Malgré tout il y a quand même davantage de points de convergence entre les programmes de François Bayrou et de Ségolène Royal. C'est problablement insuffisant pour appeler à voter pour elle, mais c'est quand même un début pour l'avenir, surtout si Sarkozy est élu.

J'en viens donc à ma grande inquiétude et à celle de nombre de nos amis militants : il y a malheureusement de plus en plus de fissures dans la faible carapace de certains de nos élus. J'ai cru comprendre que Sarkozy serait reçu ce soir très, très cordialement par un édile important de l'UDF à Rouen. J'ai aussi entendu çà et là que des députés UDF commençaient à céder aux sirènes venues de l'UMP afin de sauver leur siège ou leur municipalité. J'espère que tout cela n'est que ragots de journalistes.

De toutes façons, nous allons bientôt savoir et je suis certain que François Bayrou saura faire le nécessaire pour pouvoir capitaliser sur les presque 19% de voix obtenues dimanche dernier. Il saura, j'en suis sûr, rappeler à ses élus que la fidélité aux idées est, et doit être, une valeur capitale chez nous et que les plus grandes victoires sont toujours celles obtenues dans la difficulté.

Une de nos amies qui a passé beaucoup de temps sur les marchés ces dernières semaines me demandait très récemment si nous pouvions avoir confiance : je lui ai bien entendu répondu que oui. Notre candidat a toujours su faire preuve de courage : il a refusé la soumission à la loi du plus fort il y a cinq ans, il a refusé un portefeuille prestigieux. Bref il a refusé de faire allégeance ce qui n'a pas été le cas de tous les membres de son groupe parlementaire.

Dans ces conditions je suis de ceux qui pensent que certains doivent se déterminer rapidement et franchement et que leur adhésion au nouveau parti appelé à remplacer l'UDF soit conditionnée à une discipline de parti. Il y a sans doute à l'UDF quelques militants prêts à prendre des responsabilités sur des bases claires, et je suis certain que le nouveau parti démocrate social (peu importe son nom) a tout à y gagner.

Voilà quelques pensées très personnelles sur les évolutions à venir de notre mouvement. Je ne suis certes qu'un modeste adhérent, mais je crois savoir que mon opinion est partagée par beaucoup qui n'osent pas l'exprimer. Je souhaite même qu'elle soit transmise en haut lieu et que nous soyons très nombreux à faire cette démarche.

Un dernier mot : je suis un adepte de la formule " res, non verba". Pour ceux qui n'ont pas fait de latin je traduis : des réalités, non des mots.

Michel ESCATAFAL -délégué cantonal

Écrit par : Michel ESCATAFAL | mardi, 24 avril 2007

J'ai adhéré voici quelques temps à l'UDF en Vaucluse, quittant ainsi les rives du PS dont je ne supportais plus le mercantilisme et l'inefficacitée face à Jacques Bompard, maire FN devenu Devillieriste !

Votre blog est vraiment au top niveau et j'ai apprecié notamment votre explication quand au devenir de l'UDF ainsi que les questions que nous nous posons pour le vote du 6 mai prochain.

Bien à vous

Écrit par : Jean-Paul FERRARY | mardi, 24 avril 2007

Les commentaires sont fermés.