Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 14 avril 2007

EUGÉNISME & DÉMOCRATIE

medium_images.55.jpgJ’ai beaucoup trop d’estime, et parfois d’amitié, pour nombre d’élus et de militants de l’UMP que je côtoie quotidiennement, la plupart d’ailleurs fort sincères dans leurs convictions, pour ne pas être tenté de me tourner vers eux, hors tout débat politico-politicien, et leur faire part combien certaines dérives, que j’observe chez Mr SARKOZY, me préoccupent au plus haut point.

Je comprends que ces élus, ou ces militants, veuillent incarner la ”vraie droite”, celle respectueuse des valeurs essentielles de la République et des Droits de l’Homme, celles héritées d’une longue tradition humaniste puisée depuis la profondeur des âges de notre si riche Histoire : la France n’a pas à en rougir car elles sont à mettre au crédit de l’honneur, du prestige et du rayonnement de notre Nation. Qu’on ne vienne donc pas me faire ici un procès d’intention.

Mais, dans le débat d’aujourd’hui, et à la veille d’un scrutin où le sort de la France va se trouver de nouveau à un carrefour essentiel, j’estime qu’il nous est posé des questions de fond, des questions d’éthique sur le type de société que nous voulons construire. Et il est de notre responsabilité à tous de devoir réagir en conscience.

Aux yeux de celles et de ceux qui croient en la perfectibilité - et à la responsabilité - des Hommes et des Femmes, à la puissance de la Culture sur la Nature, aux vertus du vrai questionnement face aux vices des fausses certitudes, à l’utilité sociale et sociétale de la Politique face à la vanité des exercices du Pouvoir, et aussi aux forces de l’acquis sur les données de l’inné, nous pourrions espérer que Mr SARKOZY n’a pu que se laisser aller à un toujours possible dérapage face à quelques soucis électoraux qu’on peut comprendre. Ce serait certes moins grave qu’un aveu de conviction.

Mais, hélas, et c’est un fait peu contestable, au fil de cette campagne commencée par Mr SARKOZY il y a plusieurs années sous divers habits ministériels, il est des signes successifs et fidèles dans leur ligne qui ne manquent pas d’inquiéter nombre de français.

Je pourrais évoquer d’abord cette forme de ”néo-conservatisme” qui est apparu dans son raisonnement.

Le ”néo-conservatisme” n’est pas une expression politique : il est actuellement incarné par Mr BUSH Junior, celui-là même devant lequel Mr SARKOZY est allé faire comme une sorte d'acte d’allégeance. Il faut le dire, même si je n’ignore pas que cela agace souvent qu’on évoque cet incident....
....le ”néo-conservatisme” n’est pas davantage une doctrine économique conceptualisée par l’”École de Chicago” et fondée sur un hyper-libéralisme qui trahit même le mot ”libéral”, un hyper-capitalisme qui est une forme de cannibalisme et la loi de la jungle financière qui cantonne le mot ”valeur” dans le seul lexique boursier....
....le ”néo-conservatisme” n’est pas qu’une attitude qui privilégie le langage et les pratiques guerrières, les instincts d’une animalité drapée dans des voiles de la religiosité des Croisés, mais il est d’abord le ”degré zéro de l’humanité”....
....le ”néo-conservatisme” c’est d’abord une métaphysique, une mystique, une pensée, une morale. Il comporte un postulat de base : le vieux mythe de la prédestination, de l’inné ravivé, rafraîchi, modernisé par la foi en une génétique-reine, du naturalisme biologisant.

Le ”Bien et le Mal” existent, naturellement, ils se combattent. ”Nous naissons bons ou mauvais et, quoiqu’il arrive, quoiqu’on fasse, tout est déjà réglé par la Nature”. Une Nature qu’on peut appeler Fatalité, ou Destin, ou Dieu. Une nature figée.

Ce ”néo-conservatisme” donne à Mr SARKOZY une propension de vouloir être désormais à la droite de la droite. Et plus le temps passe, plus les incertitudes naissent, plus cette propension se développe.

Déjà, en 2006, dans un projet de loi contre la délinquance, n’avait-il pas proposé une disposition qui permettait de ficher tout individu dès l’âge de 3 ans (!) dès lors que celui-ci, à la crèche ou à la maternelle, montrait déjà des signes d’insoumission ? Non soutenu par Mr DE VILLEPIN, Mr SARKOZY n’a pas insisté et le projet est tombé à l’eau. Jusque quand ?

Plus récemment, on entend de la bouche de Mr SARKOZY qu’on naît ”pédophile”, ou avec des ”tendances suicidaires”. Si on le suit dans ce raisonnement, on naît donc criminel, violent, violeur, chômeur, paresseux, handicapé, délinquant, homosexuel.... ou juif. C’est la plus typique des thèses ”néo-conservatrices” qui reviennent à réduire l’humain au biologique et à dire : ”On n’y peut rien !”.

Logiquement, et pleinement dans ses fonctions, Mgr André VINGT-TROIS, Archevêque de Paris, a critiqué ces propos : ”L’Homme est libre. Il ne faut pas oublier que nous sommes dans une société qui fait déjà une chasse génétique. Quand on décrète que des enfants atteints de trisomie 21 ne doivent pas naître, qu’est-ce qu’on fait ? Ce qu’il y a de plus grave encore, c’est l’idée que l’on ne peut pas changer le cours de l’existence. C’est dire que quelqu’un est prédéterminé par la famille qui l’a entouré, les conditions dans lesquelles il a vécu. Cela veut dire que l’Homme est conditionné absolument, donc sans liberté et sans responsabilité. Il y a là un relent d’eugénisme”.

EUGÉNISME !

Le mot est lancé, même s’il n’a jamais été prononcé par Mr SARKOZY. Étymologiquement, en grec, “eu” (=“bien”), “gennân” (=”engendrer”). Ce qui signifie ”bien naître”. Un vieux rêve qui a tourné en enfer en plusieurs périodes de nos sociétés. Les nazis n’avaient rien inventé : les enfants nés malades ou faibles, les handicapés mentaux et physiques, ou encoe juifs, tsiganes étaient tués dès la naissance. De cette manière, seuls les plus forts subsistaient et pouvaient se reproduire.

Aujourd’hui, la science offre des possibilités jusqu’ici inconnues qui faisaient déjà rêver les médecins, les juristes, les psychiatres, les politiques, les philosophes (comme Alexis Carrel, Prix Nobel 1912), avant même l’arrivée d’Adolf HITLER. Il y a des scientifiques d’extrême-droite qui estiment même qu’il faudrait faire des tests génétiques à la naissance ou faire un tri des embryons pour éliminer les pédophiles ou les homosexuels dès avant leur naissance.

On crée donc indirectement le camp des ”honnêtes gens” et celui des ”autres”, les fraudeurs, ceux qui se lèvent tard (ou ne se lèvent pas), les paresseux, les chômeurs, les rebelles, etc.... Nous sommes déjà dans le mode binaire qui crée le camp des ”bons” face au camp des ”mauvais”. Si vous n’êtes pas à droite (”les bons”), vous ne pouvez être qu’à gauche(”les mauvais”).

Cette certitude autorise tout (”Tout devient possible !”) affirme le journaliste Daniel RIOT : le cynisme, l’absence de scrupules, l’irrespect, le culot, le toupet, le ”fascisme de la langue”. Le mensonge peut, lui-même, devenir ”noble” puisqu’il s’avère indispensable pour que l’élite gouverne le peuple, le ”vulgum pecus”, la masse des gens ”vulgaires”, le ”troupeau”, la ”racaille”.

Le mensonge devient l’outil premier de la ”raison d’État”. Ce que les gens ”croient” a plus d’importance que la vérité des faits : c’est, par exemple, BUSH et les ”armes de destruction massive” de Saddam HUSSEIN, c’est SARKOZY et ses statistiques faussées, ses démentis pleins d’assurance, des affirmations gratuites, ses promesses intenables, ses proclamations vertueuses, ses vérités étouffées, ses détournements de références historiques, etc....

Mr SARKOZY est bien sorti du système culturel français et européen. Quand je vous disais en introduction ma préoccupation.... Oui : c’est bien de l’avenir de notre Société dont il s’agit aujourd’hui.

Le choix qui sera fait par les français dans quelques jours n’est pas une simple étape politique pour remplacer tel gouvernant pour en mettre un autre : c’est un choix de société et de civilisation qui sera fait. C’est la place de l’Homme dans cette Société qui sera déterminée.

Et cela dépasse, et de loin, tous les discours que l’on peut entendre.

Commentaires

trés bon article.... bonne analyse! Si on veut la pousser un peu plus loin, je vous renvoies à un trés bon article publié par le réseau voltaire sur les conditions de l'enrichissement de la famille Bush à partir du grand-père et l'arrière grand-père de l'actuel président. Enrichissement nauséabond puisqu'il a participé à l'avènement des idées nazis dont les Bush étaient trés proches à l'époque... idées pour lesquelles ils ont bénéficiées des largesses du régime hitlérien.

http://www.voltairenet.org/article12294.html?var_recherche=bush%20hitler?var_recherche=bush%20hitler

Décidément contrairement à Charles de Gaulle, Monsieur Sarkozy a une vision bien étriquée de l'Histoire....

Écrit par : Martial BOILLOT | dimanche, 15 avril 2007

Je ne vois pas trop l'intérêt de mettre côte à côte Hitler et Bush. C'est le genre de raccourci qui détruit toute analyse raisonnée et contradictoire, qui fera au final le jeu des extrémistes. L'article sur Sarkozy et les néo-conservateurs donne en revanche à réfléchir et m'a suggéré les idées qui suivent.

Pendant cette campagne, on aura tous pu constater une chose : Sarkozy utilise tous les moyens pour parvenir à ses fins. Lorsqu'il parle du travail, qu'il donne des leçons à la gauche, qu'il dresse en permanence les "gens honnêtes" contre "les fraudeurs" que fait-il sinon subvertir le langage, réécrire l'histoire à sa façon, asséner une vérité unique ? Ce travail de sape entraîne un brouillage permanent des repères, une impossibilité d'une pensée claire, qui mettra dans un proche avenir complètement hors-jeu les intellectuels, les scientifiques, les journalistes critiques et toute opposition. Et nul besoin d'interdire telle ou telle opposition comme dans les dictatures fascistes ou staliniennes : ceux qui pensent différemment seront disqualifiés, moqués, plus écoutés ou plus audibles. Comme il l'a déjà démontré à plusieurs reprises, Sarkozy tranchera tout débat en invoquant tel sondage ou telle "opinion commune" qui vont dans son sens.
Quand on sait :
-que cette stratégie politique se fait dans un contexte d'hypermédiatisation autour de la personnalité de Nicolas Sarkozy et le recours à une forme de propagande subtile par la TV, les groupes de presse, non seulement depuis le début de la campagne mais depuis cinq ans … ;
-qu'on n'apprend plus aux gens à réfléchir, à prendre de la distance, à confronter l'actualité immédiate aux repères culturels, philosophiques, historiques etc…qu'on ne lit plus Camus, Voltaire, Orwell, Hugo, Zweig...et que la culture politique de beaucoup se limite aux Guignols...
-quand on est conditionné à ce point par un discours unique distillé par les médias et l'opinion commune ; qu'on comble les désirs de la population et de la jeunesse par de la technologie high tech et de la consommation de divertissements, de marques -cocon bien confortable et bien connu depuis les années 1960 de la société de consommation qui endort et aliène.

...On est en droit de s'interroger et peut-être de s'alarmer lorsque N.Sarkozy revendique Camus qui démontrait dans "L'Homme révolté" que les dérives politiques totalitaires avaient toutes comme ligne directrice "la fin justifie les moyens".

Écrit par : Philippe JACQUES | dimanche, 15 avril 2007

A propos de la "vraie droite"...Qu'elle est-elle justement cette droite, qui n'est d'ailleurs pas unique mais bien multiple, comme nous la démontré et expliqué depuis fort longtemps déjà et avec beaucoup de talent, René Rémond. Celui-ci, décédé cette semaine, distinguait au moins trois droites: les légitimistes, les orléanistes et les bonapartistes. Ces droites existent toujours aujourd'hui et les différences entre elles ne sont pas qu'anecdotiques ou de circonstance (électorales...). Les "valeurs de la République et des Droits de l'Homme", "la tradition humaniste"..., auxqu'elles "les militants et élus UMP se réfèrent sont sur ce thême les "frêres" de ceux de l'UDF. On pourraît ajouter la liberté, la responsabilité, les valeurs de la famille et du travail. Sommes-nous donc de droite à l'UDF? Bien entendu! Nous sommes tous simplement un peu moins libéraux, un peu moins conservateurs, un peu moins dirigistes...que la droite d'à coté, représentée par l'UMP, parti fourre-tout à vocation hégémoniste qui ne tardera pas à imploser sous l'effet de ses multiples contradictions et nous l'espérons de la victoire prochaine de François BAYROU. Sous l'effet également du rapprochement de l'aile réformiste et réaliste du parti socialiste avec notre UDF dans un grand parti démocrate. Comment "sociaux démocrates" et "démocrates sociaux" ne pourraient-ils pas se retrouver sur les valeurs énoncées ci-dessus. Les temps ont changé et ce qui était impossible voire absurde car sans fondement hier ou avant hier est souhaitable et réalisable aujourd'hui. Il y a bien sur moins de différences entre un Strauss-Kahn et un BAYROU qu'entre le 1er et un Emmanuelli. Et le PS pour vaincre est-il condamné ad vitam aeternam de le faire avec le soutien des BOVE, BESANCENOT ou LAGUILLIER! Absurde et dramatique pour le pays. La France doit relever de grands défis et le succés ou le déclin dépendent en grande partie de cette reconfiguration historique du paysage politique. Remercions François BAYROU d'en avoir eu la vision puis le courage de mener le combat.

Écrit par : Philippe RIBOT | dimanche, 15 avril 2007

Bonjour, je suis d' accord avec l'analyse faite, quant au bien et mal, nous naissons éffectivement avec cette ambivalence en nous, mais je crois que l'acquis amplifie l'un ou l'autre, il en est de même pour l' homosexualité et le reste !
Effectivement la France est composée de multiples entités et est une terre d' accueil permanente en référence à notre devise Liberté égalité Fraternité

Écrit par : Nicole FUSTER | lundi, 16 avril 2007

Les commentaires sont fermés.