Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 20 février 2007

BAYROU VAINQUEUR AU SECOND TOUR

medium_images.39.jpgSONDAGE IFOP du 19 Février 2007

Si François BAYROU était présent au second tour face à Nicolas SARKOZY ou à Ségolène ROYAL, il emporterait la mise quelque que soit son challenger :

• face à Nicolas SARKOZY, François BAYROU obtiendrait 52% des votes.

• face à Ségolène ROYAL, François BAYROU obtiendrait 54% des votes.

(En cas d’un duel Nicolas SARKOZY face Ségolène ROYAL, SARKOZY l’emporterait avec 53%)

Au premier tour de l’élection présidentielle :

• Nicolas SARKOZY recueillerait 32 % des intentions de vote (soit moins 0,5% par rapport à Janvier)
• Ségolène ROYAL recueillerait 25,5% (soit moins 2,5% par rapport à Janvier)
• François BAYROU recueillerait 16% (soit plus 3,5% par rapport à Janvier). C’est là son score le plus élevé jamais atteint.
• Jean-Marie LE PEN se maintient pour sa part à 11%.

Enfin, 83 % des Français plébiscitent (quel que soit le candidat élu) la constitution d’un gouvernement d’union nationale composé de personnalités de divers camps politiques.

Voilà un sondage qui bouleverse totalement le paysage politique. Quand un autre précédent révélait, il y a quelques jours, que 79% des français affirmaient que ”rien n’était joué”, on mesure mieux aujourd’hui la portée de cette affirmation.

Même s'il ne s'agit que d'un sondage à un instant donné (et que tout peut toujours changer d'ici 2 mois), c'est un vrai plébiscite pour François BAYROU.

01:15 Publié dans SOCIÉTÉ | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : UDF, Politique

Commentaires

L'opinion accorde du crédit à F.Bayrou et à ses idées. C'est plutôt une bonne nouvelle car cela montrerait que les Français veulent se réapproprier la politique et veulent un changement, pas seulement l'alternance mais un nouveau "contrat" entre la sphère politique et les citoyens.
Comment maîtriser ce mouvement ? Faut-il un ras de marée pour recomposer le paysage politique ? C'est un art difficile : soit on attend après les élections, soit on envoie des signes et les pièges sont nombreux -on le voit lorsque F.Bayrou donne des noms, ce qui peut clarifier mais aussi troubler , ou comme ce matin sur France Inter où les idées de Cohn Bendit sur le pôle social-démocrate et un travail commun entre plusieurs familles politiques, malgré leur intérêt, butaient sur des interrogations de la part de M.Morin (et pour M.Cambadélis, sur une fin de non recevoir, logique politicienne au moment où Me Royal semble relancée).
Faut-il bousculer le "paysage politique" ce qui a toute son importance si on veut aller au fond des problèmes , réconcilier les Français, réhabiliter le politique, prendre à bras le corps les grandes réformes etc. ? Ne faut-il pas en même temps insister sur le contenu du programme qui a une résonancce auprès des cadres, professions intellectuelles etc. mais ne fait pas sens encore pour les catégories populaires ou modestes et les déçus de la politique ?

Écrit par : Philippe JACQUES | mercredi, 21 février 2007

Les commentaires sont fermés.