Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 31 janvier 2007

François BAYROU à NÎMES

François BAYROU à NÎMES

Il suffisait de voir le foisonnement de journalistes et photographes qui ont suivi François BAYROU lors de son séjour à NÎMES ce lundi 29 Janvier pour constater qu'il y a réellement un "phénoméne" BAYROU.

Celui qu'hier encore les médias méprisaient ou ignoraient le plus souvent est devenu un centre d'intérêt pour toute la presse dès lors que celle-ci constate que les sondages successifs le placent en "3ème homme" dans la compétition présidentielle, avant même Mr LE PEN. (Hier un sondage le plaçait à 14% !). Phénoméne que personne n'imaginait il y a peu encore.

Déjeuner de presse avec la présence inattendue de J.F. KAHN (Marianne), puis longue rencontre d'écoute dans un CAT de handicapés et, enfin, le bain de foule très chaleureux avec les militants - dont de très nombreux jeunes - dans un café-brasserie proche des arénes. Ce fut l'enthousiasme encore sous les flashes et les projecteurs d'une presse fort nombreuse et une véritable forêt de perches.

Au cours de son séjour, François BAYROU a accordé une interview vidéo que voici :


François BAYROU reviendra à NÎMES le 28 Mars pour un grand meeting.

02:35 Publié dans VIE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : UDF, Politique

mardi, 30 janvier 2007

CITÉ de la MUSIQUE et de la DANSE

medium_images.32.jpgUne CITÉ de la MUSIQUE et de la DANSE à NÎMES

Après sa décision de construire un ambitieux “Centre Nautique” qui sera inauguré à l’automne prochain, le Conseil Communautaire de NÎMES-MÉTROPOLE va délibérer ce jeudi 1er Février pour créer un “Projet Culturel, Artistique et de Fonctionnement” comprenant la réalisation d’une SMAC (Scène de Musiques Actuelles).

Ce projet de SMAC était attendu de tous les habitants du bassin nîmois depuis d’innombrables années. Ce n’est pas une simple salle de spectacle de type “Zénith” mais un lieu qui, outre ses deux salles (l’une de 500 places assises ou 1.300 debout, l’autre de 300 places), comprendra aussi des équipements autorisant des formations professionnelles liées aux métiers du spectacle (éclairagistes, preneurs de sons, etc....), traitement de l’image (réalisation de clips vidéo, captation vidéo de concerts), création musicale assistée par ordinateur, studios de répétition, studio d’enregistrement, infothèque, multimédia, espace d’accueil à multi-usages, studios pour hébergement d’artistes en résidence passagère, etc....

Cette SMAC, bâtie sur un terrain de 60.000 m2 situé à NÎMES-COURBESSAC - et cédé pour l'euro symbolique par la Ville de NÎMES - aura un développé de ±2.800 m2. Il représentera un investissement d’environ 10 millions d’€. Les équipements comparables les plus proches sont actuellement ceux de MARSEILLE et LYON. Il est prévu qu’elle accueillera entre 60 à 80 concerts par an.

Mais, plus important, cette SMAC est le premier volet d’un projet beaucoup plus vaste appelé à devenir ensuite une “Cité de la Musique et de la Danse” : en effet il est prévu à terme, sur ce même vaste terrain, la construction d’un autre bâtiment qui abritera dans un même espace le “Conservatoire de Musique et de la Danse”, équipement au très vaste rayonnement régional mais actuellement réparti dans plusieurs bâtiments plus ou moins vétustes et parfois peu adaptés aux exigences des disciplines prodiguées.

Cette Cité de la Musique et de la Danse, avec sa SMAC, fera donc du bassin nîmois un lieu de vie exceptionnel à impact national. C'est un projet auquel j'étais personnellement spécialement très attaché.

C'est une chance de plus pour l'avenir du bassin nîmois, son développement et son rayonnement.

15:05 Publié dans VIE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : UDF, Politique

lundi, 29 janvier 2007

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

medium_images.31.jpgAu moment où on parle beaucoup - et avec raison - du cataclysme du réchauffement climatique et de ses menaces sur notre environnement, je vous invite à visionner une brève vidéo (d'origine anglo-saxonne et précédée, pendant 47 secondes, d'un extrait du retentissant discours de Tony BLAIR à ce propos) avec ensuite des vues très remarquables sur les effets de ce réchauffement, le tout sur un fond musical des Pink Floyd.

Très beau document fort impressionnant.

LES EXPERTS ÉCONOMIQUES VOTENT BAYROU

L'Expansion a publié, dans son numéro de février, les évaluations de six experts au sujet des projets des principaux candidats à la présidentielle 2007.

Seul François BAYROU obtient la moyenne de la part de tous les experts, avec un total de 7/10.

Il devance les cinq autres :
• Nicolas Sarkozy obtenant 5/10 ;
• Ségolène Royal 4,5/10 ;
• Dominique Voynet 4/10 ;
• Jean-Marie Le Pen 3/10 et
• Marie-George Buffet 2,5/10.

Elie Cohen qualifie de "début de crédibilité européenne" le projet de François Bayrou, tandis que Denis Ferrand souligne la bonne idée de la "défiscalisation des revenus tirés des brevets déposés par les centres de recherche européens".

Défiscaliser les revenus des brevets

Le candidat centriste se distingue de ses concurrents aussi sur l'Europe : lui ne fait pas dans l'euroscepticisme, quitte à courir le risque du statu quo. Pas question de revenir sur l'indépendance de la BCE, «même si l'Eurogroupe doit décider de la politique économique européenne», précise sa fidèle lieutenante, Marielle de Sarnez. Le protectionnisme ? «À manier avec prudence», répond-elle. L'Union doit tout faire pour promouvoir ses normes sociales et environnementales, mais dans le cadre des accords de libre-échange. Tout au plus, le «centriste intégral» souhaite - sur le modèle de la législation américaine - un Small Business Act européen qui garantisse qu'une part significative des marchés publics soit réservée aux PME du Vieux Continent. Enfin, pour favoriser l'innovation à l'intérieur de l'Union, il propose de défiscaliser les revenus tirés des brevets déposés par les centres de recherche européens...

Voici le lien vers l'article complet

15:44 Publié dans DÉBATS | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : UDF, Politique

samedi, 27 janvier 2007

BRAVITUDE

medium_images.30.jpgL'ESPRIT DES MOTS
par Philippe BARTHELET

Les gazettes auront beaucoup parlé de la "bravitude" que l'air de la Chine fit découvrir sur la Grande Muraille à une dame socialiste. Et flatteurs d'applaudir, et de se déclarer jaloux de l'invention de ce beau mot qui exprimerait "la pleinitude d'un sentiment de bravoure".

On remercie de la leçon d'un ancien grand maître de l'Université, et l'on est heureux d'apprendre que le superlatif des noms se forme en français avec le suffixe-tude (solitude, latitude, étude peut-être ?), nuance qui, à notre honte, nous avait jusqu'ici échappé (mais dans ce cas, révérence parler, pourquoi pas "bravouritude ?).

Notre analyste du langage conclut par une leçon de morale politique : "L'inventivité sémantique fait partie de la capacité d'un candidat à parler une autre langue que la langue de bois". Au point de parler une autre langue que la langue commune ? Comme si précisment la langue de bois" que l'on dénonce si fort chez les autres n'était pas un artifice fabriqué à mesure, né de l'incapacité à dire avec les mots de tous qu'un chat est un chat (et Rollet un fripon).

Interrogée à son retour sur ce qu'elle avait voulu dire avec son néologisme, la bravitudinaire a répondu qu'elle n'avait eu d'autre intention que de faire "de la poésie, de la philosophie".

On pourra s'inquiéter de cet aveu : si pour elle la poésie consiste à malmener sa langue et la philosophie, à dire n'importe quoi....

jeudi, 25 janvier 2007

Jean-François DENIAU

medium_thumbnail.jpg
Jean-François DENIAU, Académicien, ancien Ministre, diplomate, navigateur, homme d'une immense culture, est parti à l'issue d'un long combat.

Ceux qui visitent régulièrement ces pages savent combien j'aimais citer dans les livres à (re)lire les oeuvres de cet homme immense et riche de pensée. Son oeuvre restera à nos chevets.

Au moment de mettre en ligne, je prends connaissance de l'hommage que lui a rendu François BAYROU. Celui-ci résume fort bien tout ce que j'aurais pu ou voulu dire. Je reprends donc ici les termes du communqué de François :

"C'était une personnalité flamboyante, il était prêt à tous les combats, dès l'instant qu'ils concernaient les droits de l'homme et la liberté. Il était une personnalité flamboyante qui va manquer à la vie politique et intellectuelle française. Il vivait cette vie engagée avec une élégance, un style, presque un romantisme qui en faisait un visage à nul autre pareil. Je rends hommage à l'écrivain, l'homme de culture, l'artiste que toute sa vie révélait. Il a affronté la maladie comme il affrontait les totalitarismes : courageusement et librement, avec le refus de se soumettre"

08:25 Publié dans SOCIÉTÉ | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : UDF, politique

lundi, 22 janvier 2007

UN HOMME NOUS A QUITTÉS

medium_images.28.jpg
L’Abbé Pierre nous a quittés. Il a fait partie de ces hommes sans qui le monde d’aujourd’hui ne serait pas tout-à-fait ce qu’il est.

Sans lui, le regard que nous portons sur ces déshérités de la vie serait peut-être ou absent ou indifférent. Le message qu’il nous laisse est et demeurera bien au-delà de lui. Nous en sommes tous les porteurs.

Son œuvre est et sera à continuer inlassablement.

dimanche, 21 janvier 2007

À PROPOS DE DISCOURS

BILLET du 21 JANVIER 2007

medium_images.26.jpgSi d’aventure un jour, entr’amis, vous vous livrez à un de ces jeux de devinettes qu’on affectionne parfois pour distraire de conversations languissantes, je vous propose celui-ci : “Un (ou une) candidat(e) prononce un discours et, pour mieux émouvoir son auditoire, cite successivement Clemenceau, Jaurès, Blum, Hugo, Zola, Gambetta, Moulin. Question : à quel bord politique appartient ce candidat ?”

Chacun, pouvant analyser qu’il ne s’agit là que d’hommes, de penseurs ou de militants répondant à une philosophie de gauche, même s’ils appartiennent tous à notre histoire et notre patrimoine commun, on vous répondra vraisemblablement qu’il s’agit d’un candidat héritier de ces valeurs-là. Et ils auraient raison de le penser.

Eh bien, depuis le 14 Janvier dernier, ils ont tout faux. Ou, plus exactement, on devient moins affirmatif : en effet toutes ces références ont été citées devant quelques milliers de militants, tous réputés de droite et venus adouber leur candidat, Mr Nicolas Sarkozy.

Bien étrange : Mr Chirac, dont on sait que sous une étiquette de droite, il n’a jamais cessé d’être et de faire une politique de gauche, aurait-il fait un émule en la personne de celui qui, aujourd’hui, prétend vouloir lui succéder ?

C’était pourtant un très beau discours que celui de Mr Sarkozy, un de ces discours d’anthologie qu’on pourra repasser à ceux qui veulent s’entraîner dans l’art de l’expression orale. Et, de sa part, ce n’était pas tout-à-fait une surprise : ce diable d’homme, à défaut de toujours convaincre, sait fort bien parler. Très souvent longuement et sans aucune note à sa portée, même si, en cette circonstance, il s’en est tenu mot à mot à un texte parfaitement élaboré, vraisemblablement rédigé par un de ces “speechwriters” professionnels dont je me demande à quelle sensibilité politique ils pouvaient bien appartenir.

Qui ne pouvait vibrer en effet à entendre dans la même lignée de ces évocations de Jaurès, Blum, etc... : “Nous sommes les héritiers de 2.000 ans de chrétienté et d’un patrimoine de valeurs spirituelles que la morale laïque a incorporé” ? Puis aussi encore cette très belle évocation du testament des moines de Tibéhirine. Il a du y avoir quelques remous dans les tombes de nos augustes penseurs de gauche dont grand nombre reposent au Panthéon.

(Cela sonne aussi le glas du chiraquisme lequel avait nié ces mêmes références chrétiennes lors de l’élaboration du texte de la constitution européenne).

Et encore cette phrase que j’ai relevée : “Ma France, c’est le pays qui a fait la synthèse entre l’Ancien Régime et la Révolution, entre l’État capétien et l’État républicain”. Quand on sait que cette synthèse est reconnue par les historiens comme ayant été l’œuvre politique essentielle de l’empereur Napoléon 1er, lequel a aussi imposé notre drapeau tricolore en en faisant ce “drapeau de la liberté” évoqué par Mr Sarkozy, on peut se demander s’il n’y a pas du bonaparte chez ce candidat-là.

Enfin, Mr Sarkozy a fait l’énumération de ses propositions pour la France, réunies autour de son slogan de campagne “Tout devient possible”. On aimerait y croire quand on constate les marches descendues par la France, passée de la 9ème position pour la richesse produite par habitant (quand Mr Chirac a pris le pouvoir) à la 17ème place aujourd’hui et quand d‘autres nations européennes ont fait le chemin inverse, quand nous voyons les files d’attente aux Restos du Cœur, les SDF sous leurs tentes, un million d’enfants pauvres, un million et demi de RMistes, deux fois plus de chômeurs que les anglais, quand notre “modèle social” est financé pour bonne part par l’endettement dont le seul coût des intérêts engloutit la totalité du fruit de notre impôt sur le revenu, etc.... Si on veut vraiment que “tout de(vienne) possible”, on était en droit d’attendre l’annonce des mesures urgentes et nécessaires pour rembourser cette dette insupportable qui nous plombe, nous et les générations à suivre, donc la réduction du train de vie de l’État. Or de cela, pas un mot !

On a entendu aussi cet hommage rendu à la position adoptée par Jacques Chirac à propos de l’affaire irakienne. Très bien ! On pourrait applaudir si nous n’avions pas encore en mémoire cette déclaration du même Sarkozy auprès de Mr Bush évoquant "l’arrogance” de la France dans ce dossier. Et c’est encore le même qui s’est battu pour le “oui” au référendum européen et, récemment, a mis son échec sur le dos de l’euro. Où est la cohérence ? À quoi joue-t-on ? Est-ce de nouveau à la fracture sociale comme son devancier, Mr Chirac; qui l’a aggravée dans les proportions inouïes que l’on sait ?

De même que je n’ai jamais glissé de ma vie de citoyen le moindre bulletin de vote portant le nom de Mr Chirac (même à un 2ème tour !), pas plus que je n’ai jamais glissé celui d’un candidat de gauche ou d’un quelconque extrême, j’étais jusqu’ici déjà peu décidé à voter pour Mr Sarkozy. Le mérite de son discours - que j’ai écouté avec attention - m’a résolument renforcé dans ma conviction que, décidément, je ne pourrai pas voter davantage pour ce candidat-là. Et pourtant Dieu sait si j’admire chez tout homme ces qualités que sont force de travail et volonté.

medium_images.27.jpgAlors il y a “en face” “la” Royal. Et là, ce n’est pas drôle du tout. Voici qu’elle nous fait l’éloge de la justice chinoise, l’une des plus expéditives du monde, qui fait des milliers de victimes par an, se livre au trafic des organes des suppliciés au profit des intérêts du “parti”, fait même payer à leur famille les balles ayant servi à les tuer, ne respecte même pas leur dépouille sitôt la mort donnée. Voici cette justice qui, après avoir envahi le Tibet, y a fait des milliers de condamnés parmi les patriotes qui défendaient leur patrie.

C’est çà "la Royal” ? C’est çà son modèle pour la société française ? Parodiant je ne sais plus qui j’ai entendu vaguement au cours d’une émission de radio, je crois que Mme Royal est la pire caricature de la gent féminine que l’on ait produite en France depuis la création de Bécassine.

Et ce pauvre Montebourg - pour une fois qu’il y avait un mec au P.S. au visage sympathique - et qu’on met au piquet pour un mois parce qu’il s’est risqué à un mot d’humour - très douteux, il est vrai - qui n’a pas plus à sa Majesté. C’est de la “susceptibilitude” qui montre la limite étroite de son intelligence. C’est une méthode de maîtresse d’école sous la 3ème République. Pitoyable !

Je ne me prêterai pas pour autant à ce débat sur l’ISF que paierait le couple Hollande-Royal. Ce n’est pas gravissime en soi. Mais il est vrai que lorsqu’on paye l’ISF, on ne tient pas ces discours d’un autre âge sur les “riches” : çà fait plutôt désordre. Nous sommes en pleine démagogie.

Et quant aux propositions de “la” Royal, c’est un vide abyssal que des camarades" essayent ici ou là de combler par des déclarations..., qu’elle s’empresse aussitôt de désavouer.

Pauvre P.S. ! Il mérite mieux que çà. La France aussi.

mercredi, 17 janvier 2007

NOUVEAU NOM DE DOMAINE URL

François VAN DE VILLE

a un NOUVEAU NOM DE DOMAINE URL

http://www.francois-van-de-ville.com/

Ce nom remplace celui que vous étiez des milliers à visitiez régulièrement et qui était :

http://francoisvandeville.hautetfort.com/

excellent outil grâce auquel nous avons pu créer entre nous les liens que vous connaissez.

Merci d'en prendre note pour vos liens et vos "favoris"

jeudi, 11 janvier 2007

À PROPOS DE LA DÉCISION en POLITIQUE

medium_images.24.jpg
BILLET du 11 JANVIER 2007

Aussi loin remonte notre mémoire ou l’imagerie populaire - voire aussi la littérature de nos plus grands auteurs - on a toujours connu ces hommes et ces femmes réfugiés sous des ponts, dans les recoins d’une porte ou sur une bouche de métro et exposés à toutes les intempéries. Parfois même au risque de leur vie quand les nuits étaient par trop froides.

En 1954, une jeune prêtre - l’abbé Pierre dont on découvrait le nom - a ébranlé l’opinion française sur le sort de ces malheureux. Depuis, inlassablement, il a consacré son ministère à vouloir leur venir en aide, cherchant même aussi à leur rendre un peu de dignité en créant une structure - Emmaüs - susceptible de donner un emploi à certains d’entr’eux.

Depuis, d’autres associations se sont aussi créées : toutes n’ont cessé de crier le scandale de ces situations et se sont tournées pour cela vers les pouvoirs publics pour les dénoncer. Mais jusqu’ici sans grand succès : ces pouvoirs publics restaient totalement sourds. Et dès lors que les rigueurs de l’hiver s’estompaient un peu....

Et voici que soudain, il y a quelques semaines, une nouvelle association inconnue, mais portée par la voix d’un grand comédien français - Jean Rochefort - est parvenue à mobiliser tous les médias, s’emparer d’Internet : contre toute attente, le problème des sans-logis est devenu une affaire nationale, faisant sortir les ministres de leur torpeur, projeter dans l’urgence - voire la précipitation - de nouvelles dispositions légales, promettant jusqu’à l’inimaginable.

Lire la suite