Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 novembre 2006

DÉBAT D'ORIENTATION BUDGÉTAIRE 2007

medium_images.19.jpg

Mr Yvan LACHAUD (Député UDF), 1er Adjoint au Maire de NÎMES, Délégué aux Finances, est intervenu ce 18 Novembre 2006 au Conseil Municipal, pour présenter le document de base ouvrant le DÉBAT D'ORIENTATION BUDGÉTAIRE 2007.

Au cours de ce débat, Mr François VAN DE VILLE, Président du Groupe UDF, est intervenu dans les termes suivants :


Monsieur le Maire, chers Collègues,

Commenter aujourd’hui des orientations, demain un budget quand, d’années en années depuis 6 ans, nous restons fidèles aux mêmes engagements, c’est-à-dire ceux que notre majorité a pris vis-à-vis des nîmois dans son programme “Faire Revivre Nîmes”, notamment :
• engagements quant au maintien sans augmentation aucune des taux d’imposition
• engagements quant au programme pluriannuel que nous poursuivons depuis sans relâche
• engagements quant aux réformes en profondeur de notre administration pour un meilleur service de nos concitoyens,
• engagements quant à l’assainissement de la situation financière de notre Collectivité, confrontée qu’elle est face à un lourd héritage qu’elle doit assumer....,
....commenter donc une telle continuité peut paraître un exercice difficile si on ne veut pas tomber dans les travers de refaire d’années en années les mêmes commentaires.
Nous venons d’entendre le Premier Adjoint Délégué aux Finances - Mr Yvan LACHAUD - nous présenter les orientations budgétaires pour 2007, orientations qui seront concrétisées dans quelques semaines par l’adoption du Budget Primitif que nous serons appelés à ratifier.


Aujourd'hui, cependant, la situation est un peu différente. Le budget que nous devrons examiner dans quelques jours sera le dernier de notre mandat dont nous aurons à en assurer pleinement l’éxécution puisque, au plus tard début 2008, les nîmois seront appelés à exercer leur droit de juger, d’apprécier le travail accompli et dire s’ils souhaitent ou non qu’il soit poursuivi par les mêmes femmes et les mêmes hommes de notre majorité, ou par d’autres.

On peut donc, aujourd’hui, jeter à la fois un regard sur le temps écoulé et les évolutions que nous avons conduites, mais aussi un regard vers l’avenir pour aller plus loin encore dans cet accomplissement et répondre à l’attente de nos concitoyens.

Nous avons relevé, dans l'exposé de notre Premier Adjoint, des éléments qui ne peuvent que nous satisfaire :
• satisfaction pour le maintien des taux au même niveau depuis 6 ans quand d’autres collectivités proches ont insulté nos concitoyens en relevant les leurs de 80% sans pour autant faire quelqu’effort que ce soit pour que cet argent ainsi collecté ne soit pas engouffré dans des dépenses nouvelles totalement improductives. Notre attitude est là tout-à-fait exemplaire.
• satisfaction encore quand on constate que, malgré l’augmentation des coûts de l’énergie qui grève tous nos budgets, les dépenses de fonctionnement sont contenues, notamment par une formation accrue de nos agents municipaux qui permet à la fois qu’ils soient mieux traités, mieux adaptés aux exigences du service du à nos concitoyens, mais surtout plus performants. Ce qui permet de poursuivre la réduction du personnel, notamment par des départs à la retraite non remplacés en totalité, réduction que j’avais moi-même mise en œuvre pendant les 3 ans où j'en avais assumé la responsabilité et qui, depuis, demeure poursuivie.
• satisfaction pour les dépenses de fonctionnement également contenues, notamment par la réduction de 14,3% de notre dette - donc du coût des intérêts induits - quand nos prédécesseurs l'avaient menée jusqu'en 2001 là où on l'a trouvée.
• satisfaction encore pour cette capacité d'investissements améliorée, malgré de lourds handicaps, pour embellir, enrichir notre Cité, mieux la mettre en valeur, la rendre plus attirante tant pour des activités économiques nouvelles, favoriser la création d'emplois, comme nos autres activités touristiques.

Contrairement à ce qu’on lit ou entend ici ou là (comme il y a encore quelques instants par un porte-parole de l'opposition), il n’y a pas que le parvis des arènes où l’on investit (à noter que ce chantier n'est d'ailleurs pas, et de loin, le principal poste d'investissements). Il y a eu et il y aura aussi :
• Jean Jaurès, nos places, le pourtour des halles, la Maison Carrée, le Campus Universitaire, les équipements de plusieurs établissements scolaires, des crèches, des maternelles ou encore des constructions nouvelles.
• et encore des travaux de proximité, ceux environnementaux, notre voirie, longtemps laissée à l’abandon, et dont la réfection est un chantier immense
• le soutien accru à nos associations.
• enfin, le respect de cette autre exigence des nîmois qu’est le PPCI, malgré les quelques nuages qui planent actuellement sur une amélioration des engagements de l’État.

Je vous disais donc, il y a quelques instants, que nous étions aujourd’hui à un moment où on peut à la fois regarder ce qui a déjà été accompli et ce qui reste à faire. Un moment donc où on peut aussi commencer à formuler des projets pour répondre à l’attente de nos concitoyens.

Mais, en attendant :
• nous avons la satisfaction de constater la mise en œuvre, au sein du service des finances, d’un "pôle fiscalité" dont l’objectif est une plus juste répartition de notre imposition locale. Même si j’ai du noter et regretter la difficulté de baisser des taux d’imposition - dont on peut déplorer le niveau élevé en raison des exigences du remboursement de la dette dont nous avons hérité - quand grand nombre de nîmois bénéficient déjà d’abattements.
• nous avons surtout retenu le souci et la volonté affirmée de rétablir une réelle équité fiscale en vue d’améliorer l’actuelle situation du contribuable nîmois.

Je vous parlais donc d’objectifs et de perspectives. L’œuvre de redressement déjà entreprise depuis 6 ans est immense. Elle doit, cependant, être poursuivie sans relâche et avec ténacité.

C’est donc une ambition qui nous est proposée. Mais ce doit être aussi une volonté.

Nous souhaitons que celle-ci soit partagée par le plus grand nombre.

Je vous remercie de votre attention.

14:05 Publié dans VIE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : UDF

Les commentaires sont fermés.