Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 24 septembre 2006

SONDAGES & CONNIVENCES UMP/P.S.

medium_sondage.jpgQuand on parle sondages, on se souvient que les grands organismes de sondage - réputés les plus “fiables” - nous prédisaient en 1995 la victoire de Balladur, en 2002 celle de Jospin et, en 2005, celle du “oui” au référendum européen. On sait le résultat final.

Aujourd’hui, où en sommes-nous ?

À en croire ces mêmes organismes, l’élection aux présidentielles se jouera dans un mouchoir de poche entre Mr Sarkozy et Mme Royal. Il est vrai que ces organismes ont pour principaux clients les grands médias contrôlés indirectement par l’UMP ou le P.S. et que, sur ce point, ils sont cohérents avec eux-mêmes et leurs propres intérêts financiers.

Sauf que cette mécanique bien huilée par ces deux-là commence à donner certains signes de dérèglement et les choses tournent de moins en moins rond pour eux.

Dans un sondage réalisé par Ipsos au sein des militants du seul P.S. (entre le 8 et le 16/9), Mme Royal caracolait en tête avec 56%, laissant loin derrière (40 points d’écart) tous ses autres camarades candidats du P.S.. Mais 5 jours après la pâle intervention de Mme Royal à Lens et ses difficiles rapports avec les jeunes, voici que Mme Royal tombe soudain à 43% chez ses petits copains du P.S.. La partie n’est pas perdue pour notre Pimprenelle nationale, mais çà trouble quand même un peu les grands stratèges dont le métier est - on le sait - de manipuler l’opinion publique au gré de leurs mentors.

Petit détail qui a quand même son importance : le premier sondage a été réalisé sur un panel de 532 sympathisants de gauche, et le second sur un panel de 409 de même sensibilité. Or chacun sait qu’en dessous de 1.000 sondés, aucun sondage n’est digne d’être considéré comme sérieux. Vous avez parlé de “grands organismes de sondage fiables” ?

Prend-on les français pour des “buses” ?

Mais voici qu’un grain de sable autrement plus sérieux vient de se glisser dans cette mécanique des sondages ; et ce grain de sable a fait l’objet d’un article du (très sérieux) grand quotidien régional “La Voix du Nord” (qui n’est pas du tout, et de très loin, un “canard local”). Il est vrai aussi que ce quotidien n’est pas contrôlé par des intérêts financiers franco-français et que toute tentative de mainmise du P.S. et de l’UMP sur cet organisme de presse est autrement plus ardue.

“La Voix du Nord” donc du 22 Septembre reprend un sondage effectué sur un panel de 3.792 électeurs - excusez du peu ! - issus de tous bords politiques et qui donne des résultats qui font plutôt désordre dans le bel ordonnancement voulu par nos Nicolas et Pimprenelle. Jugez-en :

À la question posée : “Parmi ces candidats potentiels, pour qui voteriez-vous lors du premier tour de la présidentielle ?”, les réponses sont les suivantes :

François BAYROU : 28%
• Ségolène Royal : 19%
• Nicolas Sarkozy : 17%
• Jean-Marie Le Pen : 10%
• autres candidats : 21%
• ne voteront pas : 6%

Oui, vous avez bien lu, Bayrou premier de la classe !

Voilà qui a de quoi émouvoir bien des états-majors. Et ils ne manquent pas de l’être ! Et aussitôt de se gausser de l’organisme (totalement indépendant) qui a organisé ce sondage - “Agoravox” - soulignant au passage que ce sondage s’est fait via Internet (1 français sur 2 y a actuellement accès), que la population des internautes ne serait pas “représentative” (sic !) de la population française (c’est vrai, vous et moi qui êtes ici branchés devant votre écran nous descendons tous de la planète Mars !). Et nos IPSOS, BVA et consorts de souligner “qu’eux” sont des organismes “fiables”, que leur méthodologie "ne souffre d’aucune lacune” (Ah oui, il faut oublier 1995, 2002, 2005, etc...!).

Mais redevenons un peu sérieux. Rien n’est gagné pour François Bayrou, malgré ce sondage (d)étonnant. Car ce n’est qu’un sondage d’un moment précis et fait à six mois d’une élection. Et on sait que rien ne se jouera avant les toutes dernières semaines précédant la consultation.

Pourtant, à force de ne plus voir la différence qu’il y a entre les programmes de Nicolas et de Pimprenelle (qui ne cessent de se “piquer” mutuellement leurs idées), il est vrai que ce sondage révèle une évolution très sensible de l’opinion française, et que François BAYROU a visé juste en mettant le pied dans la fourmilière UMP-P.S., que son message hors les perpétuels mêmes sentiers ravinés depuis 25 ans de ces deux-là commence à être entendu des français. Malgré l’ostracisme organisé des grands médias qui veulent l’ignorer dédaigneusement.

Voilà un sérieux encouragement pour notre ami François.

14:50 Publié dans DÉBATS | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : UDF, POLITIQUE

Commentaires

Je trouve contestable que l'on mette en avant (comme l'a fait le quotidien "La Voix du Nord"), ce sondage car il est scientifiquement exact qu'un sondage sur un échantillon non représentatif n'a guère de sens.
Ce qu'on peut en tirer, c'est:
1) Les internautes lecteurs d'Agoravox qui ont voté mettent Bayrou en premier, certes. Mais cela ne signifie pas grand'chose en soi (trop peu de votants pour qu'on puisse en tirer quelque chose même sur le lectorat d'Agoravox, tellement plus nombreux). Et il s'agit d'une semaine où l'on parlait enfin un peu plus de Bayrou que d'habitude. Reste à voir d'ailleurs si ce sera durable.
Les chiffres n'ont aucune importance de ce point de vue. Mais il est vrai que les sondages publiés sont quasi tous déformés et donc peu utilisables. Passons-nous des sondages!
2) Deux hypothèses envisageables qui restent à confirmer par des sondages plus sérieux:
- les internautes seraient nettement plus favorables à Bayrou que la moyenne dans leur classe sociologique parce qu'ils ont accès à une information moins débile et moins orientée que celle de TF1 entr'autres (sur Agoravox par exemple) ; ce qui laisse penser qu'en informant les autres, on peut changer les choses...
Avec un bémol : il faut trouver un moyen d'informer les autres sur ce qu'est Bayrou, et cela n'est pas si simple hors télévisions pour bien des gens.
- les internautes manifesteraient un désir d'autre chose que Sarkozy et Royal partagé par le peuple et qui sera visible plus tard dans la campagne pour les non-internautes, souvent encore peu intéressés aujourd'hui par la présidentielle.
Avec un autre bémol : les internautes ne représentent qu'une partie de la société et ne sont pas représentatifs du peuple tout entier.
3) Une remarque enfin : les réactions des personnes qui réagissent aux articles sur Bayrou partout sur internet sont à tonalité nettement favorable, et d'autant plus favorable qu'ils ont pris le temps d'aller lire projet, discours, etc.
Et ça c'est très encourageant. Plus que des sondages.

RÉPONSE de François VAN DE VILLE :

Vous avez tout-à-fait raison, cher ami Cratyle. Il n'est pas de mon intention de faire des sondages de ce genre un vitrine de la réalité de l'opinion française. Mais quand les instituts "officiels" plombent perpétuellement François BAYROU à 7/8% et que, par ailleurs, d'autres sondages moins "institutionels" le portent à 28%, on peut s'interroger sur cet écart de 1 à 4. La vérité est certainement entre ces deux chiffres. Et votre analyse sur le profil général des internautes par rapport à lla population de façon plus générale est parfaitement juste. Et nous connaissant vous et moi, vous saviez que je ne pouvais qu'être de cet avis. Amitiés.

Écrit par : Cratyle | dimanche, 24 septembre 2006

Je partage le point de vu de Cratyle et affirme que les sondages à 6-7 mois des élections n'ont strictement aucun intérêt. Ni dans un sens, ni dans l'autre.

J'ai même trouvé un sondage ou l'on propose un choix entre Sarkozy et Ségolène Royal et un autre entre droite et gauch .
Sinon je vous invite à consulter un sondage qui dément tout le monde : http://www.presidentielle-2007.net/sondage-quel-president-1.php

Mais bon, c'est du délire tout ça.

PS: J'ai fait un sondage ce midi à un repas avec des amis... 100% Bayrou, même ceux qui votaient avant PS ou au contraire à Droite !

Amitiés.

>>>>>>RÉPONSE de François VAN DE VILLE :

Cher ami,
C'est exactement ce que j'ai écrit dans ma note et ce que j'ai répondu à notre Cratyle. Nous sommes tous les trois d'accord sur ce point, à savoir le caractère surfait et complétement artificiel des sondages.
Bien à vous.

Écrit par : Farid Taha (Dr) | dimanche, 24 septembre 2006

Les commentaires sont fermés.