Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 avril 2006

À PROPOS DU DANGER

Après le calamiteux épisode du CPE, on pouvait croire que le fil des choses a repris chez nous son cours normal, ou plutôt que, pendant un an, il ne se passerait plus grand'chose, sauf que de suivre les sondages successifs qui nous promettent déjà que....

Je ne suis pourtant pas sur que les mois à venir soient tout-à-fait ce "long fleuve tranquille".

Avez-vous entendu parler de Mahmoud Ahmadinejad ? Retenez bien ce nom : il risque fort de vous devenir familier, tout comme le fut, en son temps, le nom d’Adolf Hitler pour une multitude qui connaissait à peine son nom avant qu’il ne mette notre continent à feu et à sang.

Je lisais tout récemment qu’il n’y a pas eu, depuis plusieurs siècles, d’homme plus efficace pour la propagation de la religion chiite que G.W. Bush. Et chaque jour qui passe montre en effet que c’est son invasion de l’Irak qui a donné aux iraniens des ambitions et des moyens nouveaux de propager le chiisme.

Il y a peu de décennies, le pays leader du monde arabo-musulman était l’Égypte. Aujourd’hui, c’est incontestablement l’Iran : elle a, d’une part, du pétrole et, d’autre part, elle possédera bientôt l’arme nucléaire. Et Mahmoud Ahmadinejad, l’actuel président iranien, est un fou d’Allah, prêt, en son nom, à mettre à feu et à sang une grande partie du monde.

Autant les USA, avant l’invasion de l’Irak, se posaient des questions qui n’existaient pas - on ne sait toujours pas aujourd’hui pourquoi ils ont attaqué l’Irak car il n’y avait aucune raison rationnelle de le faire - autant le conflit qui s’ouvre entre l’Iran et le monde occidental, par USA interposés, est un vrai problème, infiniment plus grave et préoccupant que ne l’a jamais été l’Irak : c’est la première fois en effet que vont s’opposer deux parties belligérantes disposant chacune de l’arme nucléaire. Cela risque fort de n’être pas qu’une guerre locale et porte en soi les germes d’une déflagration mondiale.

Du point de vue iranien, les choses s’expliquent assez bien : il y a, d’une part, la capacité d’expansion de l’Iran qui est une grande puissance - elle l’était déjà à l’époque du Shah - forte de ses capacités énergétiques ; mais, d’autre part, du point de vue défensif, l’Iran considère que, puisque les USA ont fermé les yeux sur des pays comme l’Inde ou le Pakistan qui se sont armés nucléairement (quand ils ne les ont pas aidés pour ce faire), et qu’ils ont encouragé Israël à en faire de même, pourquoi pas eux ? L’Iran, qui se veut être le pays leader de cette région, veut se doter des mêmes moyens, nucléaires compris.

On voit bien que la logique du Traité de non-prolifération des armes nucléaires a été bousculée par les USA eux-mêmes. Et on perçoit dès à présent le danger de cette prolifération, surtout de la part d’un pays comme l’Iran qui proclame que son objectif est l’anéantissement de l’État d’Israël. Au nom d’Allah.

C’est un danger énorme. Et nos petites chamailleries politiciennes franco-françaises que nous affectionnons tant risquent fort de devenir “roupie de sansonnet” à côté de ce danger qui nous menace tous. Les tensions sur nos approvisionnements pétroliers et leurs cours ne sont que d’infimes prémices à ce qui risque fort de nous attendre, à savoir notre étranglement économique et énergétique.

On estime de plus en plus généralement que la montée de l’islamisme est comparable à la montée du nazisme et que c’est là le phénomène le plus inquiétant depuis les années 30. Mais, pendant ce temps en France, on nous rabâche les oreilles des dangers des OGM, du CPE ou de l’énergie nucléaire ! Il y a quelque chose de délirant dans notre débat politique d’aujourd’hui et les mouvements sociaux qui l’agitent.

C’est là qu’on s’aperçoit que nos petites querelles sont ridicules. On ne regarde que notre nombril ; alors que, si on voulait établir une hiérarchie des peurs - celles qui sont légitimes et celles qui le sont moins - la question iranienne devrait être mille fois au-dessus de toutes les autres. Un peu comme en France en 1936 on ne se préoccupait pas d’Hitler mais du droit aux congés payés !

Pour peut-être atténuer ce danger dans les esprits, il s’en trouve pour affirmer que l’Iran ne cherche après tout qu’à devenir la première puissance du Moyen-Orient face à l’Irak - si celle-ci finit un jour par se relever de ses déchirements religieux et ethniques - et imposer sa volonté face à Israël. Ce qui n’est déjà pas rien.

D’autres, par contre, avancent non sans raison, l’hypothèse que l’Iran veut, au nom d’Allah et du fanatisme chiite, affronter l’Occident tout entier et en exterminer le camp dont l’avant-poste est Israël, l’allié des USA, et quelques émirats ou autres royaumes affiliés à cette alliance.

Et la France, aux yeux des iraniens, fait partie du lot car c’est un pays laïc, anti-communautariste et républicain, donc un pays “aux mains de Satan” ; mais aussi un pays méditerranéen à leur portée et une entrée idéale vers l'opulente Europe. Nous sommes en première ligne ou, du moins, juste derrière les avant-postes.

Face à ce qui pourrait paraître pessimisme spéculatif, on trouve toujours en face des gouvernants pour jouer les “docteurs tant mieux”, ce qui arrange bien leurs petites affaires. Mais que ce conflit se limite ou non au Moyen-Orient, les conséquences mondiales seront à terme identiques.

Le chiisme, quoique minoritaire dans le monde arabo-musulman, est maintenant devenu une importante réalité. Au début, on croyait qu’il était surtout cantonné en Iran : on voit maintenant qu’il est majoritaire en Irak, fort présent en Syrie et fait tâche d’huile dans d’autres nombreux pays, musulmans ou non, sous couvert d'intégrisme.

Quels sont les moyens de réaction de l’Occident ? Plutôt limités ! D’abord G.W. Bush a agité à tort en Irak le joker militaire dans un pays où cela était inutile. Parfaite absurdité ! Au-delà, les sanctions possibles sont rendues très aléatoires en raison des fortes réticences de la Chine et de la Russie. Une intervention américaine est politiquement impensable, ne serait-ce que pour des raisons internes aux USA. Certains pensent aussi à une intervention d’Israël : c’est militairement possible, mais politiquement difficile. Et l’Occident ayant arrêté de financer l’État palestinien, l’Iran a pris le relais et le Hamas est devenu une arme de guerre supplémentaire face à Israël, une sorte d’avant-poste de l’Iran à portée de fusil de Jérusalem ou Tel-Aviv. Ce qui aggrave le conflit.

L’Occident est donc sans moyens réels de riposte et rien ne peut arrêter aujourd’hui la montée en puissance de l’Iran.

Alors, en France, si la campagne présidentielle s’ouvre dans ces conditions, les attributs des candidats seront vus sous un tout autre jour que celui actuel. Et une candidate comme Mme Royal risque fort d’en faire les frais : ce n’est plus en parlant de la famille ou des enfants, ni des OGM ou du CPE qu’on fera pencher la balance, mais en développant une véritable vision géopolitique mondiale. La France se tournera alors vers un candidat apte à mener le combat contre ce danger.

La politique est décidément un art tout-à-fait imprévisible.

Commentaires

Bravo pour ce billet. La france, aujourd'hui, doit porter des visions au delà des clivages politiques et je souhaite qu'une nouvelle génération politique naisse à des projets et des actions dans les perspectives du monde tel qu'il est.
Mr de Villepin et Mr Sarkozy devraient ouvrir leurs ambitions aux jeunes hommes capables de réfléchir sur les méthodes pragmatiques qui allient leur compétence et leur enthousiasme.

Écrit par : BV | lundi, 24 avril 2006

AHMADINEJAD N'EST QUE L'ARBRE QUI CACHE...LA RUSSIE.
Depuis 1999 La Russie effectue un étonnant retour au premier plan mondial.Depuis cette période la croissance du PIB Russe frise les 7% par an en moyenne et 2006 devrait dépasser ces performances.
Premier producteur mondial de GAZ, quatrième producteur de Pétrole, la Flambée des cours des énergies fossiles profite pleinement à la Russie, maintenant dégagée du carcan communiste et convertie à l'économie de Marché (jadis c'était l'économie de Marchais....Georges, évidemment!)
La Russie a su conserver l'avance scientifique et technologique de l'URSS en matière spatiale, nucléaire et d'armement.
Récemment Monsieur POUTINE est allé en Algérie pour annuler une grande partie de la dette algérienne à l'ancienne URSS et vendre à l'état Algérien 50 CHARS d'assaut et 40 avions de combat.On peut se demander quel usage il compte en faire ? A moins que ?
Pour en revenir à la république Islamique d'IRAN, il est évident pour tout observateur averti que les Iraniens ne disposent pas de savants et d'ingénieurs nationaux susceptibles de maitriser la technologie nucléaire , quelle soit civile ou militaire.En fait ce sont des ingénieurs russes qui opèrent dans les sites concernés.
Toujours est-il que toutes les provocations d'Ahmadinejad sont concertées avec les russes et ont pour effet de faire grimper le cours du Barril de Brut et remplir les poches de la Russie par voie de conséquence.
De même, le Cartel GAZIER de fait établi entre POUTINE et BOUTEFLIKA va leur permettre d'imposer le prix du GAZ et comme l'un et l'autre sont, pratiquement, les deux seuls fournisseurs de Gaz pour l'Europe, l'hiver prochain risque de ne pas être triste ( ou plus exactement de l'être vraiment ) de VARSOVIE à BELFAST.
Sur le plan géopolitique c'est le bipolarisme de la guerre froide qui refait surface et la frontière IRAN/IRAK risque de devenir le nouveau rideau de fer entre les USA et la RUSSIE par alliés interposés, comme dans le bon (sic) vieux temps du mur de BERLIN !
Maintenant que ces données géopolitiques puissent jouer un rôle dans la prochaine campagne présidentielle, j'en doute fort : tout cela passe trop au-dessus des têtes de nos concitoyens qui non seulement ne sont pas informés, mais encore sont désinformés : " panem et circenses" comme disait JUVENAL.
A moins que....cette nouvelle guerre froide s'avise de devenir chaude . Aprés tout, le pétard Ahmadinejad pourrait bien exploser dans les mains de POUTINE ?
Cela n'arrangerait les affaires de personne et surtout pas celles de Madame ROYALE, j'en conviens.
Amicalement votre

Écrit par : Bellanger | mardi, 25 avril 2006

Les commentaires sont fermés.