Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 23 avril 2006

POIDS LOURDS

La Ville de Nîmes a hérité de nombreux vestiges que nous ont laissés les romains, voici 2.000 ans. Outre la Maison Carrée, la Tour Magne, le Temple de Diane, il y a aussi les incontournables arènes.

Leur visite vient d’ailleurs, comme ces autres monuments, d’être réorganisée et des diaporamas permettent désormais de revivre “en vrai” les “jeux” souvent cruels qu’elles ont abrités au fil des siècles.

De nos jours, outre les corridas qui en font la première scène tauromachique d’Europe - avant même celles de nos proches voisins espagnols (si, si !) - nos arènes nîmoises permettent d’accueillir les grandes tournées d’artistes en renom. Il est vrai qu’avec une “jauge” de près de 15.000 spectateurs, ça vaut bien des “zéniths”.

Pour accueillir ces artistes, la Ville de Nîmes louait jusqu’ici chaque année une scène capable de recevoir les tonnes de matériels de sonorisation et autres praticables ou projecteurs.

Membre de la Commission d’Appel d’Offres, j’ai participé ce vendredi 21 Avril à une de ses réunions hebdomadaires - toutes fort attentives d’ailleurs aux moindres détails - et au cours de laquelle nous avons décidé d’acheter une scène aux performances beaucoup plus élevées - ce qui sera financièrement très vite amorti - et permettra une meilleure visibilité latérale, ce qui dans des arènes de forme ovale a une certaine importance.

Pour nous aider dans le choix de cette scène, nous avons reçu le directeur des arènes - à ne pas confondre avec l’organisateur des spectacles tauromachiques ! - directeur fort compétent et amoureux de son monument qui nous a apporté toutes les précisions nécessaires.

Je ne crois pas, en vous révélant ici certains détails de nos débats, trahir un certain devoir de réserve qui interdit aux membres de la Commission d’extérioriser leur contenu. Mais je suis resté perplexe : jugez-en.

J’y ai ainsi appris qu’il est des artistes qui pèsent plus lourd que d’autres, le mot “peser” étant ici chiffré en tonnes (de matériel) qui permettent à ces artistes de se faire entendre des spectateurs. Et de nous citer pour exemple (pris certainement au hasard), qu’Yvette Horner ou Annie Cordy (que je n’ai jamais vues sur scène dans les arènes) ne péseraient que 9 tonnes et d’autres jusque 10 fois plus.

Faut-il croire qu’il y en a qui ont une voix qui porte plus haut et fort que d’autres, et que certains autres seraient totalement aphones ? À moins qu’il faille nombre décibels pour masquer leur indigence vocale. Je n’épiloguerai pas sur les performances des uns ou des autres.

Mais une question me taraude depuis : s’il arrivait qu’un jour nos ténors politiques veuillent venir faire leur show dans nos arènes, qui “pésera” plus lourd que l’autre ? Qui de Ségolène ou de Nicolas ? (Je pourrais aussi en citer de nombreux autres, vous le savez....).

Je n’ai pas la réponse. Si jamais je l’obtenais un jour - promis-juré ! - je vous la révélerai ici.

18:45 Publié dans VIE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.