Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 05 mars 2006

FORAINS À NÎMES

François VAN DE VILLE
Président du Groupe UDF à NÎMES

communique :

À propos des incidents regrettables qui se déroulent actuellement à NÎMES autour de l’installation de la fête foraine, le Groupe UDF rappelle que :

1°/ les industriels et commerçants forains sont des partenaires qui contribuent au développement économique et social de la Cité. Ils sont l’un de ses acteurs essentiels. Ils doivent pouvoir participer à son rayonnement et son attractivité, contribuer à sa vie sociale.
En cette qualité, ils ont droit au même respect que tout autre partenaire. Ils sont aussi soumis aux mêmes devoirs dans le respect de la Loi.

2°/ l’absence de vrai dialogue conduit actuellement à des crispations stériles, entraînant les très regrettables incidents que l’on sait.
Seul un dialogue renouvelé et constructif - même si les faits récents le rend plus difficile - peut mettre fin à la situation présente.

3°/ l’évolution importante des métiers forains, sur laquelle repose leur développement, apporte des contraintes nouvelles - notamment en matière d’espace horizontal et vertical - qui rendent les allées Jean Jaurès totalement impropres à ce développement, outre les difficiles problèmes de sécurité ou de stationnement rencontrés sur ce site.
Il importe que la Cité offre aux activités foraines un nouvel espace répondant à cette évolution et ces contraintes, permettant un développement économique harmonieux et répondant aux exigences environnementales.

20:00 Publié dans VIE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Il est vrai que ces forains sont des chefs d'entreprise et comme tels soumis à cette précarité qui est le lot de leurs pairs.Précarité tant redoutée et tant décriée par ceux qui ne savent pas ce que c'est que travailler deux fois 35 heures par semaine !
Et donc on doit les écouter et chercher ensemble des solutions qui seront, forcément, des compromis.

Car cette foire au Jean Jaurès est laide et dangereuse, elle serait bien mieux ailleurs, mais se poserait alors le problème de la chalandise.

La mise en place de navettes gratuites pour les enfants accomagnés entre, par exemple, Jean-Jaurès et le Marché-gare, serait peut-être une piste à explorer

Néanmoins cette foire a un aspect négatif pour beaucoup de familles nîmoises : les attractions sont horriblement onéreuses et cela me fend le coeur chaque fois que je vois les enfants pauvres le long de la foire qui regardent les fils de bourgeois s'amuser alors qu'eux restent sur la touche : il y aurait là aussi une piste , sociale celle là .

Écrit par : Bellanger | mercredi, 08 mars 2006

Les commentaires sont fermés.