Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 février 2006

KAFKA EST DE RETOUR

Votre bambin est intenable ? Il vole des cubes à ses petits copains de crèche ? Il tire les cheveux de sa voisine de maternelle ? Méfiez-vous, et courez chez le psy : votre enfant file un mauvais coton, il est même un délinquant potentiel et il faut le mettre d'urgence sous camisole chimique.

Exagèration ? Non. C'est à peu de choses près ce qu'a préconisé un rapport très officiel du très sérieux Institut national de la recherche médicale (Inserm), qui revendique un dépistage «prédictif» des troubles de conduite chez les enfants, dès leur plus jeune âge. “Traquez les indociles” recommandent ces experts, “surveillez les agressifs, ayez à l'oeil les manipulateurs en herbe, et traitez-les tant qu'il est temps”.

Selon ce rapport, en dépistant précocement les enfants qui présentent des troubles de conduite et en les traitant tôt, on aurait des chances de diminuer beaucoup le risque de délinquance à l'adolescence. Ces experts préconisent le «repérage des perturbations du comportement dès la crèche et l'école maternelle».

L'air de rien, les chercheurs stigmatisent comme pathologiques «des colères et des actes de désobéissance», et ils les présentent comme «prédictifs» d'une délinquance. «Des traits de caractères, tels que la froideur affective, la tendance à la manipulation, le cynisme, l'agressivité», mais aussi «l'indocilité, l'impulsivité, l'indice de moralité bas», sont ainsi mentionnés comme «associés à la précocité des agressions».

Ces experts soulignent que 2% environ des enfants de 5 à 19 ans souffriraient d'hyperactivité. Ils recommandent un examen de santé vers 36 mois : à cet âge-là, on peut faire un premier repérage d'un tempérament difficile, d'une hyperactivité et des premiers symptômes du trouble des conduites.

Faudra-t-il aller dénicher à la crèche les voleurs de cubes ou les babilleurs mythomanes ?

VERS UN CASIER MÉDICO-JUDICIAIRE DÈS 6 ANS ?

«Ce n'est pas quand un adolescent de 15 ans est devenu un délinquant multirécidiviste qu'il faut commencer à se préoccuper de son cas.». (Nicolas Sarkozy - Novembre 2005).

Le ministre de l'Intérieur n'hésite plus à citer les travaux de l'Inserm pour promouvoir un plan sur la prévention de la délinquance, évoquant par exemple un carnet de développement de l'enfant dès l’âge de 6 ans qu'il nomme «carnet de comportement». Un projet qui devrait être présenté courant mars en Conseil des ministres. Une sorte de “casier médico-judiciaire” avant la lettre, en quelque sorte.

On ne sait ce qui fait le plus froid dans le dos, du rapport orwellien de l'Inserm ou de son instrumentalisation politique à des fins sécuritaires. Santé publique ou danger public ?

De nombreuses personnalités élèvent leurs voix contre ce projet en affirmant que “personne au monde ne peut prédire qu'un enfant de 3 ans qui présente des troubles des conduites sera un délinquant douze ans plus tard”.

Kafka est de retour....

(Lu dans "Libération" le 28/2/2006)

23:20 Publié dans SOCIÉTÉ | Lien permanent | Commentaires (12)

Commentaires

Nombreuses de vos formules me rappellent étrangement le contenu de cette pétition... ?

http://www.pasde0deconduite.ras.eu.org/index.php

RÉPONSE de François VAN DE VILLE :

Je vous remercie de votre message.
Comme je l'ai indiqué dans ma note, ma réaction est venue de la lecture d'un article passé dans Libé le 28/2.
J'ignorais alors l'existence et le contenu de votre pétition, dont j'ignore d'ailleurs la date de sa publication.
Nous ne pouvons que nous féliciter de la convergence d'analyse de ce projet.
En espèrant que nos prises de position contribueront à éloigner cette funeste perspective.
Cordialement vôtre.

Écrit par : Denis | vendredi, 10 mars 2006

Tout d'abord ne nous trompons pas d'époque : nous sommes au XXI° siècle, il y a plus de 7 milliards d'humains qui, d'ailleurs se concentrent dans les villes.Dans les endroits les plus reculés et les plus inaccessibles de la planète on est à peu près sur de trouver au moins une bouteille de Coca Cola vide, les humains laissent des traces même sur la Lune et Mars.La surpopulation c'est "la pollution finale" !
Nous ne sommes pas que des animaux mais nous sommes aussi des animaux : chez n'importe qu'elle espèce la surpopulation entraine l'agressivité : dans les élevages on est obligé d'épointer les becs des poulets pour qu'ils ne s'entretuent pas.
Donc, si nous voulons controler la violence, qui commence effectivement dés la maternelle, il faudra effectivement suivre et ficher les enfants qui sont les plus violents de façon innée !
Car Jean-jacques Rousseau et Trophim Lyssenko, sont certainement les deux plus grands crétins que l'humanité ait jamais porté : Toutes les études scientifiques le confirment : pour ce qui est des comportements humains l'inné l'emporte largement sur l'acquis . Comme dirait BLANC à propos de FRECHE : Chassez le naturel, il revient au galop !
Une autre donnée nouvelle est que , nécessairement, nous aurons un poucentage incompressible de la population qui ne trouvera jamais d'emploi et qu'il faudra assister, ce que l'on fait déjà, mais cela ne peut qu'aller en augmentant.
L'oisiveté est la mère de tous les vices : cette marge de chomeurs incompressible constitue un terreau fertile pour le développement des comportements criminels.
Alors il faut choisir : ou bien l'on accepte que des enfants se fasse massacrer par des criminels au volant, des professeur poignarder dans leur classe, des enfants racketter à la sortie des écoles, ou bien on entreprend de détecter les asociaux et les criminels en puissance dès le plus jeune âge et on instaure des structures propres à les suivre et les controler.

Écrit par : Bellanger | samedi, 11 mars 2006

Cher François,
Je suis heureux de constater que, même si nos idéaux politiques ne sont pas les mêmes, des points de convergences existent. Et j'en suis d'autant plus satisfait quand il s'agit de sujets aussi importants.
Pour la date de la pétition, je ne peux vous la préciser, apparemment quelques mois... Ce que je peux vous dire, c'est qu'elle vient de parvenir aux mouvements d'éducation populaire et que par les réseaux de connaissance des militants de ces associations, des signatures abondent un peu plus chaque jour.

_________________________________________________

Réponse à Mr Bellanger,
Juste quelques mots pour vous dire, en tant que citoyen et acteur d'éducation, je suis extrêmement choqué par vos propos.
Si je vous comprends bien, notre société devrait repérer, ficher, ENFERMER tout enfant "pré-disposé" à une déviance de la norme (au fait, quelle norme ?)...
Doit-on alors les EXTERMINER également ?

Quant à votre remarque stérile sur le chômage incompressible : doit-on comprendre que les chômeurs sont des criminels potentiels ? Merci de ne pas polluer les espaces de discussion de telles imbécilités ! (le mot reste faible et courtois)

Écrit par : Denis | lundi, 13 mars 2006

Réponse à l'incourtois DENIS sur mon commentaire :

La vérité ne fait jamais plaisir à entendre ou à lire.Quand on n'a pas d'arguments sérieux pour alimenter la controverse, il est facile de lancer des attaques lapidaires , de déformer les propos et de faire des procés d'intention.

Wolfgang PAULI disait :" la vérité ne triomphe jamais, heureusement les imbéciles finissent par mourir ", ...ce que je ne vous souhaite pas évidemment.

Recevez, Monsieur DENIS, l'expression de ma très éxacte considération.

Écrit par : Bellanger | mardi, 14 mars 2006

Réponse à "Bellanger" (M. ? Mme ?)
Il me semble que d'arguments sérieux versés au dossier, la pétition à laquelle je faisais référence plus haut est suffisamment complète... A mon modeste niveau, je pense que ce n'est pas, par exemple, en continuant les coupes drastiques dans les budgets des associations d’éducation populaire qui ne cessent d’intervenir auprès des enfants et jeunes les plus démunis et malheureusement exposés à la violence quotidienne que l’on endiguera les problèmes.
Ethiquement parlant, comment peut-on, dans une démocratie comme la notre, faire la proposition de camisoles médicamenteuses pour nos enfants agités ? Il faut être sérieux, c’est par l’éducation (je n’ai pas dit que par l’école !) que l’on pourra inverser la tendance.

Sans attiser d’avantage la polémique, je n’ai pas du tout l’impression d’avoir déformé vos propos que je trouve personnellement scandaleux. De plus, concernant les citations dont vous semblez habile à l’usage : elles ne sont effectivement que des outils de la rhétorique (à utiliser avec prudence et dans un contexte approprié), elles ne sont pas des arguments en soi…
Respectueusement

Écrit par : Denis | mardi, 14 mars 2006

Cher François,
D'après l'incipit de la pétition, elle est diffusée depuis le 29 janvier 2006 et les signatures affluent par milliers chaque jour.
Cordialement

Écrit par : Denis | mercredi, 15 mars 2006

Réponse à l'AMER DENIS

Cher monsieur,

contrairement à ce que vous semblez penser , je suis un zélateur de l' éducation, ou plutôt de l'instruction, cette fameuse instruction publique qui m'a formé à coup de règle sur le bout des doigts, de lignes à recopier et de piquet à genous les mains sur la tête dans un coin de la classe !

Que sont-ils devenu ces "hussards noirs " de la République
dont le corps créé par Jules Ferry, a su chasser l'analphabètisme, l'illétrisme, et l'obscurantisme, de nos villes et de nos campagnes ?

Quel merveilleux creuset que cette instruction publique qui a su former des citoyens sans qu'il soit besoin de camisole de force médicamenteuse !

Ajourd'hui, les enfants franchissent les portes de l'éducation nationale, le matin, avec le voile et les croyances moyen-âgeuses de leurs parents ( une vraie camisole de force culturelle ) et en ressortent l'après midi chargés des mêmes handicaps !

Alors , Monsieur DENIS, rendez moi l'école de Jules FERRY et je signerais votre pétition.

Pour conclure sur une note humoristique, puisque vous avez flatté mon habileté à manier les citations et puisque vous êtes "acteur éducatif", permettez moi une pincée de poil à gratter par cette citation de WINSTON CHURCHILL sur les enseignants :

"" ceux qui peuvent font, les autres enseignent.""

Écrit par : Bellanger | vendredi, 17 mars 2006

Cher Monsieur Bellanger,
Merci pour cette citation que je trouve excellente, vraiment ! Mais « acteur d'éducation » n'est pas nécessairement synonyme d’« enseignant »…

Comme vous l’avez très bien soulevé le Ministère de l’Education nationale n’est plus Ministère de l’Instruction publique : changement de dénomination qui exprimait l’ambition plus large de cette institution dans son engagement pour la jeunesse, pour la formation citoyenne, pour l’élévation globale du niveau de connaissance de la nation tout entière… mais toujours dans un cadre laïc, seul cadre permettant la transmission du savoir hors de toute contrainte obscurantiste et/ou religieuse.
Malheureusement, le gouvernement actuel, dans son désengagement progressif de l’Etat, souhaite en revenir à un seul ministère de l’instruction où serait transmis un seul et modeste « socle de connaissances » (le terme n’est pas de moi, il est officiel)…

De plus, pensez-vous qu’une instruction qui vous a « formé à coup de règle sur le bout des doigts, de lignes à recopier et de piquet à genous (genoux, c’est mieux) les mains sur la tête dans un coin de la classe » est réellement pertinente ? Car destinée à des enfants et des jeunes confrontés tous les jours à la violence de leur quartier : violence sociale mais aussi violence physique des petits délinquants qui y sont implantés… Personnellement, je ne le crois pas, comme je ne crois pas que la solution passe par un soi-disant « dépistage » des enfants dès l’âge de 3 ans, « dépistage » accompagné de camisoles médicamenteuses !

Que l’Etat relance une politique réellement ambitieuse et engagée envers la jeunesse, plutôt qu’une répression policière croissante à la limite du respect des Droits de l’Homme…

Je trouve scandaleux, par exemple, que pendant les émeutes de novembre dans les banlieues, ne se soit exprimé que le ministre de l’Intérieur, et jamais le ministre de l’Education nationale… Le ministre de l’Intérieur était dans son rôle puisque nécessité du retour de l’ordre public, mais quelles propositions du Ministère de l’Education pour un projet d’avenir pour les jeunes ?… RIEN !
Ah, si ! Sortie de l’école à 14 ans, retour du travail de nuit dès 15 ans et CPE pour les autres… La jeunesse à la merci des patrons… Mais ce n’est pas le débat ici !

Au plaisir d’une prochaine citation

Écrit par : Denis | samedi, 18 mars 2006

Cher Monsieur DENIS,

vous avez relevé ma faute d'orthographe volontaire ( si elle avait été involontaire, mon correcteur orthographique me l'aurait signalée.)
Puisque vous goûtez mes citations en voici une de VOLTAIRE : "je laisse l'orthographe aux imprimeurs".
Quand à moi, j'ai le plus grand respect pour l'orthographe qui est une école de rigueur.

Pour en revenir à mon sujet central, il y a quelques 3000 ans , DEMOCRITE donna naissance à la Famille Patriarchale qui remplaça la famille utérine ou Clanique.
Ainsi le père chef de famille devenait le protecteur de la femme et des enfants.
Ce père fort , ayant autorité sur la famille, etait un point de repère essentiel pour la construction personnelle des enfants.
En effet, les enfants et surtout les garçons ont besoin d'une opposition forte apportée par le père . C'est ainsi que l'enfant se forme sur un socle solide.
ARCHIMEDE disait : "donnez moi un point d'appui, je soulèverais le monde ."
30 ans avant nous, aux USA le "pater familias" a commencé à disparaitre, avec les résultats que l'on connait.
Maintenant c'est chez nous que cette nouvelle donne familiale fait des ravages : une jeunesse déboussolée , sans repères.
Quand à l'ancien professeur, celui qui donnait des coups de règle, c'était le procureur du père , c'était un point d'appui sur lequel l'éducation des enfants pouvait se faire.

Maintenant, à une époque où l'on met la charrue avant les boeufs, où c'est l'habit qui fait le moine, et où ceinture dorée vaut mieux que bonne renommée, le vernis remplace la pierre, et les maisons sont construite en commençant par le toit (ou presque ).

C'est pour cela qu'un socle de connaissance est indispensable : il constitue des fondations sur lesquelles un bon citoyen peut se construire.

Maintenant quel est le rôle de l'éducation ?
Donner la meilleure culture générale? oui, mais alors comment trouver un emploi ? Car le culture, à l'inverse de la confiture, ne nourrit pas son homme.
Faire des individus spécialisés immédiatement employables, mais alors, quid du citoyen éclairé ?

Le problème de l'orientation se pose dans tout son entier.

Finalement la quintessence de l'éducation n'est-elle pas de faire éclore et de développer l'esprit critique?
Se pose alors le problème de la méthodologie de l'éducation.

Le fameux socle de connaissance devrait , en tout cas comprendre l'acquisition et le développement de l'esprit critique dès le plus jeune âge : c'est vital pour la société.

Bien à vous

Michel Bellanger

ps : il y a des fautes d'orthographe, cherchez bien.

Écrit par : Bellanger | dimanche, 26 mars 2006

Cher Michel,
Quelle vision progressiste de la société…
Je ne crois pas avoir de leçons à retenir des Etats-Unis, fondés dans l’obscurantisme religieux de pionniers fondamentalistes où l’idéal (que vous semblez partager) du « quaker » a amené cette nation toute entière dans une dégénérescence absolue ! Sauf encore quelques intellectuels peu médiatisés (mais cela va sans dire)… A moins que ce ne soient que des réminiscences nostalgiques du modèle pétainiste de la famille française ? En n’oubliant surtout pas de célébrer la fête des pères ! Mais vous vous vexerez en me reprochant d’interpréter vos écrits, ce que je ne crois pas… Ah, j’oubliais également : vous critiquiez le port du voile à l’Ecole (en ce point, je vous rejoins) mais vous ne semblez pas réserver un meilleur sort aux femmes dans votre modèle de société ?

Écrit par : Denis | mardi, 28 mars 2006

Monsieur DENIS,

dés que vous vous sentez largué , vous sortez l'insulte et les condamnations lapidaires : me traiter de Pétainiste, moi un zélateur de Jules Ferry et de l'école de la République, de Quaker, moi qui suis plus proche de Michel Onfray que du grand Mufti.

Votre problème, Monsieur Denis, est que vous n'avez aucune référence, votre culture a l'épaisseur du papier à cigarette, et vous tentez de surfer sur la pensée unique.

Je vous laisse à vos certitudes d'lllttré.

Écrit par : Bellanger | mercredi, 29 mars 2006

Monsieur Bellanger,
Relisez, je vous prie, je n'ai formulé aucune insulte à votre égard. En revanche, je trouve que vous vous vexez dès que je m'interroge d’avantage sur vos convictions réelles !
Vous me reprochez un manque de culture et de références : effectivement, je n’ai pas fait le choix de la citation décontextualisée… Quant à mon illettrisme, il s’avère n’avoir choqué ni l’université, ni le centre de recherche qui m’ont décerné deux titres de maîtrise, ni même d’ailleurs, la commission de l’école doctorale.

Il me semble pourtant avoir été armé d’un peu d’esprit critique dans cette école de la République (ce qui ne sera plus le cas dans le « socle de connaissances » qui ne comprendra plus que le français et les mathématiques), mais si le fait de défendre une opinion s’apparente à « surfer sur la pensée unique »… Alors je préfère en rester là, Monsieur le patriarche.

____________________________________________

Monsieur DENIS

comme il n'y a plus de place sur "KAFKA est de retour" , je migre sur " les ralentisseurs" pour répondre à votre dernier commentaire :

Si vous ne m'avez pas traité moi personnellement de Pétainiste et de Quaker, cela s'adressait à mes idées ce qui revient au même.

D'une part parceque c'est indécent, et d'autre part par charité et pour ne pas vous blesser, je ne vous jetterez pas mes diplômes à la figure.

Mais je vous rappellerais, avec Françoise SAGAN, que "la Culture, c'est ce qui reste quand on a tout oublié ".

Vous souhaitez en rester là ? Voila au moins un point sur lequel nous sommes d'accord!

Vous me qualifiez de "Patriarche " : sans le vouloir vous me faites plaisir et me complimentez . L'appelation me plait et me va bien : je me l'approprie.

Ciao

Le Patriarche

Écrit par : Denis | mercredi, 29 mars 2006

Les commentaires sont fermés.