Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 décembre 2005

CANDIDATURE TIBÉRINO contre LACHAUD

LETTRE OUVERTE de Régis VEZON, Délégué Départemental de l'UDF du GARD
à Mr Richard TIBERINO, Conseiller Général et Adjoint au Maire de NÎMES


Monsieur le Conseiller Général,

Notre député Yvan Lachaud, très occupé par ses activités parlementaires, m’a demandé d’accuser réception du courrier que tu as bien voulu avoir l’amabilité de lui adresser.

Je suis très heureux de le faire en souvenir de la campagne que nous avons menée ensemble sur la Ville de NÎMES et sur son Sixième canton. Je sais que tu attaches une grande importance à ce mandat que tu as arraché in extremis au Parti Communiste. J’ai le souvenir de ces négociations et en particulier de celles qui ont abouti au désistement d’Amar Khadre Elbas en ta faveur.

J’entends dire que tu es très présent au quotidien sur le terrain et je veux que tu saches que toute l’UDF s’en félicite. La presse, toujours mal informée, s’est faite l’écho de ton assiduité dans les établissements scolaires lors des troubles dans les banlieues ; il ne faut pas écouter ces balivernes pas plus que celles qui te soufflent des écrits comme celui que tu viens d’envoyer à notre député Yvan Lachaud.

Tu ne l’as pas oublié, j’en suis certain, Yvan est aussi premier adjoint en charge des Finances de la Ville. Depuis 2001 il conduit d’une main de maître sa délégation et les budgets qu’il a présentés sont d’une grande rigueur pour les comptes publics tout en permettant la réalisation du contrat « Faire revivre Nîmes » que nous avons ensemble proposé aux électeurs.

Tout le monde sait que notre liste aux municipales était conduite par l’ex RPR, l’ex DL et l’UDF. C’est le pacte qui nous lie – mais souhaites-tu que cela se prolonge - jusqu’aux prochaines échéances municipales de 2008.

A l’Assemblée Nationale c’est un autre débat qui n’a rien à voir avec les affaires locales ou départementales ; l’UMP et l’UDF n’y sont pas unies par le même accord.

A ce sujet nous avons décidé de t’apporter notre aide dès le premier tour dans le canton que tu honores de ton action quotidienne et assidue : nous allons investir un candidat afin que les électeurs puissent faire un véritable choix et principalement pour que le Parti Communiste ne récupère pas ce que nous lui avons ensemble enlevé.

J’ai été très heureux de te faire part de ces quelques réflexions et projets.

Joyeux Noël à toi et à ceux qui te sont vraiment chers !


Régis VEZON

Post Scriptum : Ce jour d’hiver 2005 nous apprend que tes amis viennent de t’investir sur la Première circonscription du Gard ; nous espérons que cela ne nuira pas à ton activité intense et soutenue au Conseil Général du Gard ou à la Mairie de Nîmes. On dit souvent « qui sème le vent récolte la tempête ». Je suis certain que l’année 2008 verra se lever un vent combatif…

07:15 Publié dans VIE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Le 23 DÉCEMBRE 2005

CANDIDATURE TIBÉRINO contre Yvan LACHAUD

La décision unilatérale de Mr TIBÉRINO de mettre soudain fin à l'accord UDF/UMP de 2001, sur la base duquel repose notamment la majorité en Mairie de NIMES, accord qui était valable jusque Mars 2008, nous vaut de nombreuses réactions.

La lettre ouverte de Régis VEZON, Délégué Départemental de l'UDF du GARD a recueilli aussitôt l'appui unanime de nos adhérents qui se sont exprimés par mail.

Aujourd'hui, nous avons reçu d'un de nos Conseillers Départementaux le texte d'une analyse de la situation nouvelle ainsi créée, analyse qui est vraisemblablement assez proche de la position que prendra ultérieurement notre instance dirigeante.

Voici le texte de ce document :

"COUP DE CANIF"

"La presse locale s’en était déjà fait l’écho. Cette fois-ci c’est officiel : l’UMP a ouvert les hostilités contre l’UDF - du moins dans le GARD et à NÎMES - en rompant unilatéralement l’accord conclu en 2001 entre les deux familles du centre et de la droite républicaines et qui a, notamment, abouti de laisser le
fauteuil de Maire de NÎMES à un candidat UMP et celui de Député de la 1ère Circonscription à un candidat UDF.

"C’est suite à cet accord que l’on a retrouvé, pour occuper ces deux fonctions, Mr Jean-Paul FOURNIER et Mr Yvan LACHAUD et qu’une liste commune a été présentée aux nîmois pour former une équipe municipale composée d’élus issus de ces deux familles.

"Prétextant l’attitude critique que l’UDF a le courage d’adopter au Parlement face à certaines décisions du gouvernement - dont celle de présenter un budget insincère aggravant injustices et inégalités, outre la profondeur de notre dette - l’UMP locale a décidé de présenter un candidat aux législatives face au député UDF sortant.

"On peut cependant observer que l’UMP a soigneusement évité d’envoyer contre Yvan LACHAUD un de ses “poids lourds” mais un simple “second couteau” plus connu par son activisme échevelé et ses déclarations fracassantes que par la profondeur et la constance de son action publique. Il est vrai que vouloir aujourd’hui s’opposer à un député (UDF) sortant à qui les gouvernements UMP successifs depuis 2002 ne cessent de confier des missions délicates et bénéficiant ensuite de leur écoute, relève de l’exercice du grand écart où l’apprenti candidat risque de s’y rompre bien des os.

"Mais, sur le principe et hors ces considérations, l’UMP a bien porté un “coup de canif” à l’accord de 2001, y compris au sein de la majorité municipale nîmoise : inévitablement, les partisans des deux candidats ne manqueront pas de se déclarer et de s’envoyer à tout propos quelques petites piques bien politiciennes qui ne manqueront pas de dégrader les rapports entre les élus des deux camps.

"Quelles sont les conséquences de ce “coup de canif” ?

"Sur le plan national, il est certain que l’attitude de l’UMP va, plus que jamais, obliger l’UDF à devoir présenter partout des candidats face aux sortants UMP, quels que soient les risques encourus. Mais il ne faut pas négliger l’effet de la - fort incertaine - élection présidentielle qui va précéder de quelques semaines les législatives. Les résultats du premier tour des présidentielles vont vraisemblablement bouleverser bien des stratégies. Anticiper ces résultats et les alliances qui seront alors recherchées relève de la politique fiction. Les candidatures aventureuses du moment risquent fort de n’être plus celles de demain.

"Sur le plan local nîmo-nîmois, la décision de l’UMP rend caduc l’accord municipal UDF/UMP. Mais, à l’UDF, nous ne donnons pas la priorité aux accords entre les appareils des partis politiques - et/ou leurs dirigeants locaux - mais aux engagements que nous avons pris avec les citoyens eux-mêmes. Les élus municipaux UDF ont signé un contrat vis-à-vis des nîmois au travers d’un programme pluriannuel “Faire Revivre Nîmes” sur la base duquel ils ont été mandatés. Leur volonté est de soutenir ce programme jusqu’à son terme.

"Les coups d’épingle habituels, pas plus que ce nouveau coup de canif beaucoup plus sérieux, n’auront aucun effet sur leur détermination de respecter et faire respecter ce contrat. C’est ce devoir que les élus UDF rempliront. Ils n’en ont aucun autre à remplir vis-à-vis de qui que ce soit d’autre ; sauf au respect des femmes et des hommes, partenaires ou non, quelle que puisse être la différence de leurs opinions et de leurs engagements.

"Ce sont les nîmois qui, au terme, jugeront et diront qui a respecté ou non ses engagements."

NÎMES, le 23 Décembre 2005

Écrit par : UDF du GARD | vendredi, 23 décembre 2005

Les commentaires sont fermés.