Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 décembre 2002

À PROPOS DES LEçONS D'UN SCRUTIN

BILLET du 9/12/2002

Tous les regards étaient ce soir tournés vers cette élection législative dans les Yvelines où il fallait remplacer la députée UDF Anne-Marie IDRAC nommée depuis son élection Présidente de la RATP.

Il était normal qu'à ce député UDF succède un autre député UDF. Et c'est le très charismatique Chritian BLANC, ancien PDG d'AIR FRANCE et brillant négociateur des accords sur la Nouvelle Calédonie, qui a reçu le soutien de toute l'UDF et de François BAYROU.

Il s'est trouvé cependant, face à notre candidat naturel, un autre candidat qui s'est présenté contre lui avec l'étiquette UMP, au risque de faire passer la gauche. Et ce candidat UMP a reçu aussitôt le soutien très actif de ministres éminents du gouvernement.

Jusque là, au-delà de la décision regrettable de présenter face à face deux candidats de droite qui, tous deux, soutiennent le même gouvernement, rien de plus normal que ceux-ci reçoivent chacun le soutien de personnalités de leurs camps respectifs.

Mais c'est là que les affaires se sont sensiblement compliquées : alors que le candidat UMP a reçu plusieurs ministres de haut niveau de son camp, Mr Alain JUPPÉ s'est élevé aussitôt à l'idée qu'un ministre UDF - Mr Gilles DE ROBIEN - aille de son côté soutenir le candidat UDF. Et l'on a vu cette palinodie à peine croyable de l'intervention de Mr JUPPÉ au plus haut niveau de l'Etat pour empêcher Mr DE ROBIEN de remplir son devoir de soutien au candidat de son propre camp.

On sait combien cette démarche a surpris et indisposé certains et jusque Mr RAFFARIN lui-même qui a pris aussitôt quelque distance vis-à-vis de l'attitude de Mr JUPPÉ, autorisant Mr DE ROBIEN de recevoir en son ministère Mr Christian BLANC et nombre de personnalités qui le soutenaient, pour leur témoigner son propre appui.

Les électeurs ont aujourd'hui très sévèrement montré leur agacement face à l'attitude de Mr JUPPÉ et ont durement sanctionné le candidat UMP. Le candidat UDF a reçu près de 47% de voix, le candidat UMP moins de 31%. Et le candidat UDF est en tête sur la quasi totalité des communes concernées.

Les électeurs ont condamné aujourd'hui avec vigueur le sectarisme et l'intolèrance de certains qui veulent s'attribuer le monopole de la droite et usent pour cela de méthodes dilatoires. Le message est suffisamment clair pour qu'il serve de leçon à ceux qui se sentent quelque vocation d'user par ailleurs de semblables méthodes.

"Il n'y a que les faibles qui se referment, qui se privent des compétences des autres...... Aucune ambition ne sera satisfaite sur la division, sur le sectarisme et sur la fermeture. Nous devons avoir présent à l'esprit.... qu'il ne peut y avoir de victoire, ni maintenant, ni demain, ni jamais, si nous ne sommes pas capables de nous additionner". (Nicolas SARKOSI - Novembre 2002)

Puisse Mr JUPPÉ entendre ce message et celui adressé aujourd'hui clairement par les français.

Les commentaires sont fermés.