Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 décembre 2005

CANDIDATURE TIBÉRINO contre LACHAUD

LETTRE OUVERTE de Régis VEZON, Délégué Départemental de l'UDF du GARD
à Mr Richard TIBERINO, Conseiller Général et Adjoint au Maire de NÎMES


Monsieur le Conseiller Général,

Notre député Yvan Lachaud, très occupé par ses activités parlementaires, m’a demandé d’accuser réception du courrier que tu as bien voulu avoir l’amabilité de lui adresser.

Je suis très heureux de le faire en souvenir de la campagne que nous avons menée ensemble sur la Ville de NÎMES et sur son Sixième canton. Je sais que tu attaches une grande importance à ce mandat que tu as arraché in extremis au Parti Communiste. J’ai le souvenir de ces négociations et en particulier de celles qui ont abouti au désistement d’Amar Khadre Elbas en ta faveur.

J’entends dire que tu es très présent au quotidien sur le terrain et je veux que tu saches que toute l’UDF s’en félicite. La presse, toujours mal informée, s’est faite l’écho de ton assiduité dans les établissements scolaires lors des troubles dans les banlieues ; il ne faut pas écouter ces balivernes pas plus que celles qui te soufflent des écrits comme celui que tu viens d’envoyer à notre député Yvan Lachaud.

Tu ne l’as pas oublié, j’en suis certain, Yvan est aussi premier adjoint en charge des Finances de la Ville. Depuis 2001 il conduit d’une main de maître sa délégation et les budgets qu’il a présentés sont d’une grande rigueur pour les comptes publics tout en permettant la réalisation du contrat « Faire revivre Nîmes » que nous avons ensemble proposé aux électeurs.

Tout le monde sait que notre liste aux municipales était conduite par l’ex RPR, l’ex DL et l’UDF. C’est le pacte qui nous lie – mais souhaites-tu que cela se prolonge - jusqu’aux prochaines échéances municipales de 2008.

A l’Assemblée Nationale c’est un autre débat qui n’a rien à voir avec les affaires locales ou départementales ; l’UMP et l’UDF n’y sont pas unies par le même accord.

A ce sujet nous avons décidé de t’apporter notre aide dès le premier tour dans le canton que tu honores de ton action quotidienne et assidue : nous allons investir un candidat afin que les électeurs puissent faire un véritable choix et principalement pour que le Parti Communiste ne récupère pas ce que nous lui avons ensemble enlevé.

J’ai été très heureux de te faire part de ces quelques réflexions et projets.

Joyeux Noël à toi et à ceux qui te sont vraiment chers !


Régis VEZON

Post Scriptum : Ce jour d’hiver 2005 nous apprend que tes amis viennent de t’investir sur la Première circonscription du Gard ; nous espérons que cela ne nuira pas à ton activité intense et soutenue au Conseil Général du Gard ou à la Mairie de Nîmes. On dit souvent « qui sème le vent récolte la tempête ». Je suis certain que l’année 2008 verra se lever un vent combatif…

07:15 Publié dans VIE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (1)

samedi, 17 décembre 2005

VOTE BUDGET MUNICIPAL 2006

INTERVENTION de Mr François VAN DE VILLE

Président du Groupe UDF en Mairie de NÎMES
lors du Conseil Municipal du 17 Décembre 2005


"Il est de coutume d’entendre ou de lire que, dans une Collectivité, le vote du budget est toujours le moment fort qui serait la marque de l’approbation que l’on apporte ou non à la politique générale entreprise par cette Collectivité.

"Le lieu n’est pas de faire ici le rapprochement entre notre Assemblée avec d’autres aux enjeux beaucoup plus vastes, où des choix difficiles y sont proposés et peuvent faire débat : nous devons rester ici sur des considérations beaucoup plus simples et ce sont ces dernières qui, seules, doivent emporter notre conviction.

"Quelles sont ces considérations ?

"Lorsqu’ensemble nous avons été élus en Mars 2001, c’est sur la base de l’engagement de toute une équipe pour “Faire revivre Nîmes”. C’est un contrat que nous avons signé avec les nîmois.

"Pour respecter ce contrat, l’actuelle majorité municipale conduit depuis son élection une politique qui est d’une constante continuité et qui répond à un triple objectif :
• celui de maîtriser nos dépenses de fonctionnement
• celui de ne pas augmenter les impôts des nîmois
• celui de dégager les marges de manœuvre nécessaires à une ambitieuse politique d’investissement et de développement.

"Je ne reviendrai pas en détail sur la gestion de bon sens que vient de nous présenter Mr Yvan LACHAUD. Je me contenterai simplement de souligner deux points qui, pour les élus UDF, sont des principes de base.

"Nous constatons, toute polémique mise à part, que ces principes sont bien devenus ceux de notre Collectivité toute entière :
1°/ alors que dans d’autres Collectivités proches on voit les impôts augmenter dans des proportions qui sont une véritable insulte au pouvoir d’achat de nos concitoyens, les taux d’imposition de notre Collectivité, eux, restent inchangés depuis 5 ans. Cette stabilité est exemplaire. Elle porte la marque du respect de nos engagements.
2°/ la réduction de notre dette, fruit de gestions successives hasardeuses, est poursuivie. Elle a entraîné la diminution substantielle de nos frais financiers. Elle permet aujourd’hui d’augmenter notre capacité d’investissements et de combler des retards accumulés.

"Il s’agit là de préalables auxquels nous, à l’UDF, nous sommes très attentifs, que ce soit ici ou ailleurs : pour nous, toute action se situe dans ce cadre fondamental.

"Avec des investissements et des attributions budgétaires définies depuis 5 ans, et qui répondent aux vœux et aux attentes des nîmois, les résultats commencent aujourd’hui à être présents.

"Nous pouvons déjà, dans nombre de domaines touchant la vie quotidienne des nîmois, constater de sensibles améliorations.

"Pour ne citer que quelques exemples, j’évoquerai :
• plus de propreté grâce à un effort budgétaire conséquent…
• un système éducatif revalorisé et devenu plus performant :
• côté écoles, des créations et d’importantes restructurations menées à bien. L’objectif qu’il y ait un ATSEM par classe est atteint.
• côté Université, après son changement de statut, la Ville affirme sa volonté de faire aboutir, avec l’ensemble despartenaires concernés, l’ambitieux projet de campus.
• plus de sécurité aussi par un effectif de police renforcé et l’installation de la vidéo-surveillance.

"Un nouvel élan est aussi donné dans l’aménagement de notre Cité. C’est un travail de longue haleine pour la sortir de l’état d’abandon où elle se trouvait souvent plongée. On peut citer la voirie, vaste chantier s’il en est, mais aussi l’embellissement de nos places, la mise en chantier de l’ambitieux projet AEF qui est le fer de lance de notre centre-ville.

"On ne peut occulter davantage d’autres réalisations comme Debussy, la Place de l’Horloge, celle en cours du Chapitre, et bien d’autres en cours.

"Comment ne pas évoquer aussi, trois mois après les inondations qui nous ont de nouveau frappés, l’effort gigantesque porté sur le PPCI, la mobilisation de ressources supplémentaires pour accélérer la mise en place des bassins de rétention ? Un effort qui, là encore, doit s’inscrire dans la durée.

"Malgré les obstacles ou les difficultés rencontrées, notamment celles semées sur notre chemin par d’autres Collectivités territoriales qui n’affichent souvent pour nous que mépris ou indifférence, il s’agit donc de conforter les premiers signes de la renaissance de NÎMES.

"Le chemin qui reste à parcourir est encore long, fort long. Les séquelles d’un lourd passé sont encore profondes.

"Nous sommes cependant confortés aujourd’hui dans notre réflexion et notre décision par ce budget 2006, fruit d’une longue et patiente préparation, d’une écoute attentive des besoins, d’une connaissance approfondie du terrain, d’un sens aigu des grands équilibres à respecter.

"Yvan LACHAUD, qui en est l’artisan, nous a apporté, tant par ses explications orales qu’au travers des abondants documents qui nous ont été communiqués, l’assurance que ce budget était bien de nouveau dans la ligne de nos engagements de Mars 2001.

...............................................

"Pour conclure, ce qui compte pour nous, membres du Groupe UDF, ce n’est pas un supposé devoir d’allégeance que nous devrions remplir mécaniquement au sein d’une majorité à laquelle nous appartenons parce qu’ensemble nous avons pris les mêmes engagements vis-à-vis des nîmois.

"La majorité n’est pas une mécanique. Elle est et elle reste une conquête de chaque jour, de chaque instant. L’usage de la démocratie est une autre exigence.

"Ce qui compte pour nous aujourd’hui est le respect des engagements pris en Mars 2001, et eux seuls.

"Pour cette raison, et cette raison seule, le Groupe UDF approuve la délibération qui nous est soumise aujourd’hui.

14:40 Publié dans VIE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : UDF, Politique